Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 décembre 2016

HASTA SIEMPRE, FIDEL !

prensa latina.jpg

23 novembre 2016

Appel d’André Chassaigne pour la candidature communiste

bandeau beziers pcf.jpeg

NOUS COMMUNISTES

Réunis en conférence nationale le 5 novembre à Paris, les délégués du PCF de tout le pays ont envoyé un message fort, dont la teneur et le sens profond méritent ici d’être précisés. Les médias l’ont en effet interprété comme un vote contre Jean-Luc Mélenchon. Cette lecture est superficielle. Certes, la personnalisation de cette candidature, comme son orientation, suscitent de justes interrogations auprès de nombre de nos militants. Il n’empêche, l’essentiel est ailleurs. Ce vote revêt un sens positif, constructif et dynamique.

Dans le contexte actuel, une candidature issue du parti communiste est légitime et nécessaire pour faire entendre la voix des communistes. Bien au-delà, elle a vocation à rassembler les progressistes de notre pays. Malgré les coups de boutoirs assénés depuis 2012 par les gouvernements socialistes, nous demeurons toujours animés par un « esprit de conquêtes sociales », par un attachement viscéral aux valeurs humanistes, celles de paix, de justice, de partage, d’égalité et de fraternité. Ces mots et ces valeurs nourrissent et animent l’engagement de nos militants dans tous nos départements. Notre identité est une identité généreuse. C’est aussi une identité d’avenir, celle d’où viendra le salut de la gauche.

Alors que certains sont pressés d’enterrer les communistes et annoncent la fin de leur parti historique, nous sommes pourtant toujours vivants, debout, combatifs, force organisée et ouverte, présents dans les assemblées élues comme dans les combats menés par nos concitoyens. Nous, communistes, avons vocation à fédérer le peuple de gauche, à unir tous les progressistes et former ainsi un front uni contre les forces de l’austérité et de la xénophobie. Loin de toute ambition personnelle, nous pensons que les défis à relever sont collectifs : contrer à gauche la dérive libérale du parti socialiste, empêcher le retour au pouvoir d’une droite extrême et faire face au danger du Front National, refuser l’abandon de l’idéal progressiste de notre Contrat social hérité de la Révolution et de la Résistance. Il revient aux communistes, forts de leur histoire faite de luttes sociales émancipatrices, de porter aujourd’hui une candidature de la révolte face à la résignation, une candidature qui rassemble, dans le respect, tous ceux qui souhaitent incarner une alternative à la dérive libérale qui gangrène notre société et désespère les peuples. Une candidature qui portera l’exigence et l’urgence de mettre en chantier une société nouvelle. Une candidature qui n’affronte pas seulement la finance par les mots, mais par les actes, en s’appuyant sur les intelligences et les mobilisations sociales.

Cette fin de semaine, par leur vote, les communistes se doivent de prendre leur responsabilité devant l’Histoire, notre Histoire.

André Chassaigne, publié dans l'Humanité du 22 11 2016

19 novembre 2016

BÉZIERS ET LA COMMUNE DE PARIS

bÉziers

07 novembre 2016

Mon Béziers-Mon gaz

Nous avons pu lire dans le bulletin municipal “La mairie de Béziers a négocié un accord avec l’entreprise Dyneff, une offre unique pour les Biterrois”. J’ai recherché à la mairie trace de cet accord, il n’y a rien d’écrit. Toutefois le Maire peut se prévaloir d’un accord oral. Mais alors, celui-ci aurait été passé hors mise en concurrence et hors cadre des marchés publics. Les deniers du contribuable ont été utilisés pour assurer la promotion (journal municipal et affiches) d’une entreprise privée.
Il s’agit donc d’une intervention économique illégale. Les autres fournisseurs de gaz autres que Dyneff pourraient agir juridiquement contre ce contrat oral.
 
Aimé COUQUET, Conseiller municipal et communautaire

03 novembre 2016

BÉZIERS - LA CULTURE HIER, AUJOURD'HUI, DEMAIN

Inbox.jpg

25 octobre 2016

communiqué sur le référé en liberté concernant affiches et articles de Ménard

accueil_ta_montpellier.jpg
“Le recours en liberté contre deux affiches et des écrits “anti-migrants” des bulletins municipaux de Béziers n’a pas été retenu par le juge administratif pour des raisons de forme. Les affiches avaient été retirées et il n’y avait pas urgence à agir. Par contre sur le fond, le juge retient l’essentiel : les articles mis en cause dans le journal municipal ont dépassé la vocation dévolue à une telle publication et méconnu le principe de neutralité du service public. Ces articles sont donc illégaux.
 
Le Maire de Béziers qui par les articles L 2111-1 et suivants du Code Général des Collectivités Territoriales est le premier magistrat de la commune, devrait en tenir compte.”
 
Aimé COUQUET, Conseiller Municipal de Béziers.

15 octobre 2016

BEZIERS ET BITERROIS : 2 RASSEMBLEMENTS LUNDI 17 ET MARDI 18 OCT

1) Afin de rappeler à tous qu'à toutes occasions, une terreur d’État pourrait se substituer à un état d'urgence, la section LDH de St-Pons-de-Thomière/Hauts-Cantons fixe un rendez-vous anti-colonialiste, lundi 17 octobre à 14h, sur le pont Vieux de Béziers, afin que l'on puisse se remémorer un épisode majeur de la guerre d'Algérie. Lors de cette participation mémorielle, une couronne de fleurs avec pour inscription ,"à nos frères Algériens,17/10/1961", sera déposée dans l'Orb, afin de saluer la mémoire des militants indépendantistes assassinés et jetés dans la Seine en 1961, sur ordre du préfet de police Papon avec la complicité de l'OAS.

2) Après le rassemblement du samedi 15/10 : contre les campagnes d'affichages racistes et xénophobes de Robert Ménard, pour un Béziers de Liberté, d'Égalité et de Fraternité rassemblement devant la mairie de Béziers à partir de 17h MARDI 18 OCTOBRE, soirée du conseil municipal...


- sur la soirée sanglante du 17/10/1961 :http://www.humanite.fr/mot-cle/17-octobre-1961

14 octobre 2016

Rassemblement samedi 14h à la Mairie de Béziers, pour protester contre les affiches mises en place par la municipalité

jean eiffel.jpgVous trouverez ci-dessous l'appel citoyen à protester en se rassemblant devant l'hôtel de ville samedi 15 octobre à 14h. Les communistes de Béziers s'associent à cet appel.

"Une fois de plus, la Mairie d'extrême-droite de Béziers utilise les moyens de communication municipaux pour exposer dans toute la ville son rejet de l'autre, son fantasme du "grand remplacement" en jouant sur les peurs et en attisant les divisions. Loin des invasions barbares menaçant notre civilisation, thème cher à l'extrême-droite la plus rétrograde et anti-républicaine, ces réfugiés fuient avant tout la misère, la guerre et les bombes dont la politique étrangère guerrière de notre pays, au service des intérêts financiers, est largement responsable.

Robert Ménard aime parler de "sa ville" mais nous sommes de nombreux biterrois à refuser cette communication hystérique et coûteuse au service de la haine, du rejet, du mensonge et de la manipulation de masse. Face à cette attitude fossoyeuse des idéaux républicains et de la tradition d'accueil de notre ville, nous appelons à un rassemblement citoyen

SAMEDI 15 OCTOBRE - 14h - DEVANT LA MAIRIE DE BÉZIERS "

13 octobre 2016

Appel du PCF 34

Proposition de rencontre aux organisations du FDG, à EELV, au NPA, à LO, aux associations et citoyens progressistes.jpg

11 octobre 2016

Campagne d'affiches illégales du Maire de Béziers

affiche .jpgMonsieur le Sous-Préfet,
 
Robert Ménard, Maire de Béziers, vient de faire placarder dans toute la ville des affiches qui portent un message racial, haineux et intolérable. Le cout de cette campagne est supportée par le contribuable local.
Je vous demande de saisir la justice pour que ces messages de haine raciale soient retirés de la voie publique et Robert Ménard condamné.
 
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Sous-Préfet, l’expression de mes sentiments distingués.
 
Aimé COUQUET, Conseiller Municipal et Communautaire.

BÉZIERS - DÉBAT : QUESTIONS INDUSTRIELLES

bÉziers

09 octobre 2016

Proposition de motion ou de voeu de soutien aux salariés de la CAMERON et des ateliers SNCF de Béziers.

Monsieur le Président de la CABM,
s/c de Matthieu Reynier, Directeur de Cabinet.
 
Objet : Proposition de motion ou de voeu de soutien aux salariés de la CAMERON et des ateliers SNCF de Béziers.
 
“370 emplois industriels, plus des centaines d’emplois induits sont menacés sur le Biterrois par les décisions des directions de la CAMERON et de la SNCF sur le dépôt de Béziers.
 
C’est un véritable séisme social et économique qui pourrait impacter tout le tissu social des communes de l’agglomération (PME, artisanat, commerce, fermetures de classes...). L’industrie et le service public, le transport notamment, sont les premiers éléments qui structurent les activités économiques. Aucun territoire n’est viable sans industrie.
 
Les salariés de la CAMERON et du dépôt SNCF ont des propositions pour maintenir et développer le potentiel de l’emploi. L’irréparable ne doit pas se produire.
 
Le Conseil de la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée, conscient de la gravité de la situation soutient les salariés de ces deux entreprises, leurs dossiers de développement, et décide d’intervenir auprès des pouvoirs publics et des décideurs concernés.”
 
Aimé COUQUET.

07 octobre 2016

Contre la présence de Zemmour à Béziers

 

Invité, aux frais du contribuable biterrois, Eric Zemmour était présent ce jeudi 6 octobre au Palais des Congrès de notre ville. Un appel avait été lancé pour un rassemblement devant le dit Palais des Congrès pour exprimer le désaccord des hommes et femmes de progrès de la venue dans la patrie de Jean Moulin de cet idéologue de la division, de la discorde et de la haine. Plus de deux cents personnes sans doute se sont retrouvées dans l’avenue Saint Saëns, cependant qu’entraient dans la salle où devait avoir lieu la prestation de Zemmour un public à coup sûr fort différent de celui qui était dehors. Là coiffés de drapeaux phrygiens, brandissant drapeaux et pancartes, certaines originales, ou exposant des collages… ont été écoutées plusieurs allocutions.

A Linda Mendy, d’Esprit Libre, a succédé Aimé Couquet, élu d’opposition. Ont également été entendus Médhii Rolland, Paul Barbazange, secrétaire de la section de Béziers du parti communiste Omar Kathiri… Les intervenants ont mis l’accent sur les valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité, fondements de notre République. Y a été ajouté le concept de laïcité qui conditionne la notion du « Vivre ensemble » dans le cadre d’une diversité qui fait notre richesse. Certains des orateurs ont mis l’accent sur la situation économique et sociale extrêmement dégradée qui caractérise Béziers. Dans ce contexte naissent des idéologies de violence et même de guerre qui ont été dénoncées. « Black, blanc, beur, la France c’est nous » a été un slogan repris par l’assistance, de même que la devise de notre République.

Pendant ce temps l’autre monde, celui des idées racistes, xénophobes et islamophobes continuait à arriver pour écouter Eric Zemmour venu vendre sa littérature nauséabonde qui est à l’avenant. Il y eut quelques éclats de voix au passage mais pour l’essentiel on resta calme à l’extérieur du Palais des Congrès. Il devait être un peu plus de 19 h 30 quand on a levé le camp, la pluie qui s’est mise à tomber avait laissé le temps aux organisateurs de mener à bien l’opération qu’ils avaient décidée. La vie continue, il faudra finir par déboucher sur une autre société que celle que nous subissons.

Jacques Cros

 

30 septembre 2016

PAS DE ZEMMOUR À BÉZIERS !

img315.jpg

BÉZIERS : EMPLOIS SUPPRIMÉS !

img316.jpg

25 septembre 2016

BÉZIERS POUR LA PAIX ET LE DÉSARMEMENT

Elle a eu lieu comme programmé le 24 septembre et s’inscrivait dans les actions prévues dans le cadre de la journée internationale. Elle a permis à un groupe de 25 à 30 personnes rassemblées à 16 h devant la maison de quartier Georges Brassens d’y participer.

Raymond Cubells a prononcé une allocution qui reprenait quelques aspects de la situation de tension que nous connaissons. Poursuite de la course à l’armement nucléaire, commerce faramineux des armes dans lequel la France est engagée et conditionnement des esprits pour les préparer à la guerre plutôt que de chercher ce qu’il faut faire pour empêcher qu’elle ait lieu.

Les noms de rues ont été un enjeu dans la bataille qu’ont engagée les diverses idéologies. Aimé Couquet fera le point sur la procédure judiciaire suivie autour du changement de nom de la rue du 19 mars 1962.

Il faisait très chaud et le guide n’était pas très en forme. Aussi a-t-il choisi d’écourter le circuit qu’il avait prévu de nous faire suivre. Il a arrêté la visite à la jonction de la rue Louis Malbosc et de la rue Pierre Brossolette mais complètera par des informations sur divers noms de martyrs de la Résistance. Quelques anecdotes nous ont été servies au passage.

Finalement cette initiative aura permis à quelques Biterrois, certains venus des villages voisins, de participer sans trop de dépense d’énergie aux journées qui avaient lieu dans une quinzaine de villes de France. Merci à ceux qui avaient pu y prendre part.

paix.jpg

19 septembre 2016

A Béziers pour la paix le 24 septembre

Plutôt que d’organiser un déplacement coûteux en argent et en énergie à Toulouse ou Marseille, le collectif pacifiste du Biterrois a préféré prendre des dispositions pour permettre une mobilisation de ses amis dans le cadre de cette journée internationale de la paix.

Rappelons le contexte de tensions que fait naître la situation de crise socio-économique que nous subissons. Il est générateur de tous les risques. La guerre ne serait sûrement pas une solution mais une aggravation terrible des difficultés. Déjà, la violence qui s’est installée avec le terrorisme, les conflits locaux, leurs conséquences au plan des conditions de vie de chacun, de l’environnement, montre bien que nous tournons le dos à la revendication première du droit à la paix. On ne la satisfera pas par le conditionnement des esprits à l’idée illusoire qu’on peut se protéger par le recours à la force armée ou à des plans d’urgence qui entretiennent la peur, mauvaise conseillère en la matière. Les mesures prises ont fait la preuve de leur inefficacité. Il faut analyser ce à quoi conduit une logique de domination des plus forts sur les plus faibles. Il faut poser la question de la nécessité d’un autre ordre mondial que celui qui se met en place et qui nous renvoie au temps du colonialisme. C’est vrai aussi au niveau des politiques intérieures des puissances impérialistes. Elles nourrissent l’injustice, les appels à la révolte et tournent le dos au besoin du vivre sereinement ensemble dans la diversité des origines, des confessions, des cultures.

Conscients que c’est dans une autre voie que celle de la guerre à laquelle on nous prépare qu’il faut s’investir, le collectif pacifiste du Biterrois vous invite à une initiative. Il s’agit de la découverte d’un circuit dans le quartier des Martyrs de la Résistance. Nous vous donnons rendez-vous

Le 24 SEPTEMBRE à 16 h

Devant la maison de quartier Georges Brassens

(31 Avenue Auguste Albertini, Béziers, à côté de l’Iranget)

13 septembre 2016

BÉZIERS 15 SEPT : NON A LA LOI TRAVAIL !

La section de Béziers appelle à participer à l'appel ci-après, jeudi 15 septembre à 10h30 devant la Bourse du Travail.
Jeudi 15 septembre 2016, grève et manifestation
pour l’abrogation de la Loi Travail, pour les revendications!
10 h 30 devant la Bourse du Travail
à l’appel de l’intersyndicale
CGT,  FO, FSU, Solidaires

07 septembre 2016

BÉZIERS : enseignements de la fête de La Plantade 2016

Le repas « républicain » photo Marianne Perrot

Le bureau de la section de Béziers du parti communiste s’est réuni lundi 5 septembre pour tirer rapidement quelques enseignements de la fête de La Plantade qui s’était tenue la veille. La caractéristique première c’est l’affluence, sensible au moment du débat central qui avait lieu en fin de matinée et de la participation au repas qui a rassemblé plus de trois-cents convives.

Qu’est-ce qui est en cause dans cette mobilisation ? Le fait que la fête durait sur un jour au lieu des deux habituels a forcément favorisé la concentration. D’autres facteurs ont joué : le désaccord avec la politique autoritaire de Ménard a fait venir des amis qui ne partagent pas toute l’idéologie des communistes mais qui ont exprimé leur indignation et leur solidarité. C’est qu’on reconnaît aux communistes leur rôle important dans l’opposition au maire de Béziers. Le contexte général est caractérisé par la dégradation socio-économique qui s’est encore accélérée. Elle s’accompagne de la prise de conscience de l’impuissance du parti socialiste à résoudre quoi que ce soit. Nous ne sommes plus au mois de juin, les lignes ont bougé.

La presse Midi Libre et La Marseillaise ont plutôt bien couvert la fête de La Plantade. Midi Libre a mis presque exclusivement l’accent sur l’aspect économique. Aucun des deux quotidiens n’a fait état de la question de la paix pourtant assez bien développée dans l’exposé de Didier Le Reste et reprise dans le débat. Le sentiment qui dominait au sein du bureau était quand même la satisfaction. Satisfaction aussi à propos de la position donnée par Didier Le Reste, mieux reçue que celle de Pierre Laurent il y a un an. Mais la situation a évolué et évoluera encore sans aucun doute. En attendant bravo aux militants qui ont relevé le défi et qui se sont mobilisés pour assurer à la fête un succès indéniable. Le détail financier sera repris et examine plus complètement quand tous les éléments seront connus.

Jacques Cros

06 septembre 2016

BÉZIERS : LA FÊTE DE LA PLANTADE ET LA PRESSE

beziers

Article Midi Libre du 5.09.16.jpg

05 septembre 2016

Débat à l’édition 2016 de la fête de La Plantade

Photo Nicolas Cossange

Il a eu lieu par une chaleur étouffante ce dimanche 4 septembre en fin de matinée. Il y avait affluence, sans doute plus de cent-cinquante personnes. A la tribune avaient place Paul Barbazange, secrétaire de la section du PCF de Béziers, Nicolas Cossange, secrétaire départemental, Aimé Couquet, élu local, et Didier Le Reste membre du Conseil National de l’organisation. Comme c’est habituel cette initiative avait mobilisé amis et camarades du voisinage, immédiat ou plus lointain.

Aimé Couquet a d’abord rappelé les conditions matérielles nouvelles de cette 33ème fête de La Plantade. Elle s’est heurtée à une offensive du maire de la ville qui ne doit pas supporter sa traditionnelle popularité. Les militants avaient fait front et malgré les circonstances le succès a été une nouvelle fois au rendez-vous.

Paul Barbazange a rappelé le contexte socio-économique que connaît Béziers. Il a valeur d’exemple et le débat que nous allons avoir, avec les perspectives immédiates ou un peu décalées, avec les échéances électorales de 2017, nous interpelle.

Didier Le Reste a présenté une analyse de la situation politique soulignant la question de la paix qu’il faut relier aux tensions que crée la crise que nous subissons. Au passage il a dénoncé la place qu’occupe la France dans le commerce des armes et la diversion qui est tentée dans l’affaire du burkini et autres considérations non essentielles pour dévoyer les consciences sur ce qui es ten cause. Il mettra en exergue la réflexion souhaitée par la direction du parti communiste sur les élections présidentielles de 2017. A l’évidence la politique menée par la majorité actuelle n’est pas de gauche et met hors-jeu ceux qui la consuident. Les échanges qui suivront seront riches, divers, contradictoires parfois, toujours sereins. La situation au niveau des menaces pour l’emploi sera développée par Jean-Marc Biau de la CGT. Les risques de guerre seront l’objet d’un commentaire sur le retour de l’idéologie colonialiste qui l’accompagne avec son cortège de racisme, de xénophobie et d’islamophobie. La laïcité a été l’objet d’appréciations différentes. Pour les uns elle s’accompagne de la liberté de conscience et n’a pas dans le passé fait toujours la preuve de sa volonté de paix et de justice.

Quelle candidature aux présidentielles de 2017 ? S’il y a unanimité sur la condamnation de ceux qui nous gouvernent il n’y a pas accord sur ce qui doit l’emporter dans le choix d’un candidat. Pour certains il est déterminé par qui est susceptible de rassembler.et de gagner, pour d’autres il faut se saisir des circonstances et utiliser ce vote pour promouvoir l’idée de rupture avec un système social qui a fait son temps. Dans cette perspective on ne peut pas faire l’impasse sur la nécessité impérieuse de disposer d’un parti révolutionnaire qui corresponde aux exigences de l’heure a-t-il été affirmé par le dernier intervenant. La logique du profit source de nos misères doit céder la place à d’autres finalités.

Les échanges ont continué, le verre à la main, au moment de l’apéritif, pris au son de l’animation musicale de la fanfare Steel Band de Narbonne, qui a suivi ce débat. Un débat ouvert, porteur d’espérance. C’est que les difficultés de chacun sont insupportables à présent. Outre le risque de guerre, la question de l’emploi, du pouvoir d’achat, de la protection sociale… en sont les illustrations les plus graves.

Jacques Cros

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

33eme fête de la Plantade réussie.
Affluence énorme, des stands toujours plus nombreux, un bon débat, aprés celui de fin de matinée, l'après midi en soutien à nos camarades kurdes, les D-Mineur en concert toujours excellents...
Les communistes ont prouvé avec les biterrois qu'ils ne s'inclineraient pas devant les diktats de Menard. Maintenir la fête dans ces conditions était un défi, sa réussite démontre que la politique peut être populaire, festive et familiale.
Une fois de plus à Beziers, la fête de la Plantade aura placé la rentrée sous le signe de la paix, du progrès et du changement de société. Le succès de notre tombola / bon se soutien prouve que les biterrois sont nombreux à partager nos valeurs.

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

01 septembre 2016

FETE DE LA PLANTADE 2016

Midi libre Plantade.jpg

25 août 2016

LES MILITANTS DU CERCLE POPULAIRE JOSEPH LAZARE FÊTÉS

bÉziers

Environ vingt-cinq d’entre eux étaient présents ce mercredi 24 août au 2 de la rue Voltaire invités à fêter leur participation à l’activité du cercle à l’occasion de la Feria 2016. Robert Auzéby a fait un bilan financier et d’ambiance de ce qu’ont été les cinq soirées à la bodega. Il a remercié les participants à cette traditionnelle activité et rappelé les autres initiatives qui se déroulent tout au long de l’année, avec notamment la tenue des repas à thème le premier vendredi de chaque mois. Cela permet à chacun d’approfondir sa réflexion sur des sujets d’actualité dans un climat de convivialité fort précieux par les temps qui courent. Cela aide ainsi à faire front face à une situation très dégradée au plan socio-économique. Les menaces de guerre qui planent sur nos têtes heurtent l’aspiration à la culture de paix et de non-violence à laquelle les gens sont attachés. A ce propos il faut voir quelle initiative nous pouvons prendre à Béziers dans le cadre de la journée du 24 septembre.

Auzéby a rappelé la situation désastreuse au plan social. La Cameron prévoit des licenciements, la liquidation du dépôt SNCF revient à l’ordre du jour, l’ensemble entraînant sans doute la disparition d’un millier d’emplois induits. Béziers est dans le peloton de tête au niveau du chômage et de la misère. 33 % de la population vit en effet en dessous du seuil de pauvreté. C’est dans ce contexte que va se tenir l’édition 2016 de la fête de La Plantade, la 33ème depuis sa création, visée par les mesures financières du maire de la ville. Il faut relever le défi et assurer son habituel succès populaire.

Le cercle populaire Joseph Lazare, lié on le sait à la section de Béziers du parti communiste, est une structure précieuse à laquelle sont attachés les militants. Un échange sur l’amélioration de son fonctionnement a eu lieu après l’allocution de Robert.

Ne restait plus qu’à lever le verre au travail de ceux qui se sont investis pour assurer le succès de la bodega lors de la Feria et qui préparent activement la suite, avec en particulier la fête de La Plantade.

Jacques Cros

24 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE -BÉZIERS

aff plant.jpg

programme 1 definitif.jpg

beziers,fete de la plantade

programme3 definitif.jpg

19 août 2016

BÉZIERS : LA PLANTADE 2016 MALGRÉ R. MÉNARD !

fete de la plantade,bÉziersC'est le nom d'un agréable jardin public de Béziers, situé au bord de l'Orb, entre les quartiers populaires du Faubourg et du Four à Chaux. C'est aussi le nom que les communistes du Biterrois donnent à leur fête annuelle qu'ils tiennent sur le lieu, le premier week-end de septembre, pendant deux jours.

Une fête populaire, festive, ouverte au tissu associatif, gratuite. La Plantade marque la rentrée politique dans le Biterrois et attire outre les adhérents et les sympathisants, ceux qui s'intéressent à l'actualité politique. Depuis 1984, toutes les municipalités qui se sont succédées, de droite ou de gauche ont permis que la fête se déroule dans les meilleures conditions. Le Maire d'ultra droite en a décidé autrement. Il frappe à la caisse. Robert Ménard dit appliquer la loi. Mais la constitution reconnaît l'activité politique comme essentielle dans la vie du pays. Elle permet le financement des partis politiques par l'Etat. D'ailleurs ses amis politiques ne s'en privent pas.
L'attaque contre les communistes s'inscrit dans un parti pris idéologique dont témoignent les multiples affiches municipales promouvant les ténors du l'ultra droite. La publicité faite sur panneaux municipaux d'une messe aux arènes lors de la Féria, au beau milieu d'un quartier populaire habité majoritairement par une population issue de l'immigration, ne contrevient pas seulement aux principes de la laïcité, c'est une provocation.

La fête de La Plantade se fera sur un jour, le dimanche 4 septembre 2016. Elle aura pour thème : « Contre le terrorisme : paix, emploi, justice sociale ».

Aimé COUQUET, Conseiller municipal PCF-Front de Gauche - Béziers le 8 août 2016,

14 août 2016

A la bodega Joseph Lazare samedi 13 août

 

Photos Marianne

Marianne et Jean-Pierre m’avaient proposé de me prendre en passant pour aller ce samedi 13 août manger des moules farcies à la bodéga du cercle populaire Joseph Lazare. J’avais accepté la proposition. Nous nous approchons du 2 de la rue Voltaire et Jean-Pierre gare son véhicule quelque part au fond de la Rue Pasteur. Ne reste plus qu’à rallier la bodega où nous allons passer notre soirée.Ah, à l’entrée nous sommes en quelque sorte fouillés par un vigile muni d’un appareil qui détecte les objets suspects. Oh, l’air bonhomme de l’opérateur fait que nous nous plions de bonne grâce à ce contrôle. Reste que l’affaire sera facturée 700 € pour les cinq jours. Ah, innovation, on doit utiliser une timbale consignée que l’on se procure moyennant 1 €.

Nous avons réservé, c’était plus prudent. Il y aura beaucoup de monde ce soir. Nous sommes en avance et après avoir pris nos tickets Marianne et Jean-Pierre s’offrent une assiette de tapas et un mojito. Diantre c’est qu’aujourd’hui c’est l’anniversaire de Fidel Castro dont on fête les 90 ans !

Nous voilà donc installés à une table quand nous rejoignent Chantal et Paul à qui nous avions donné rendez-vous. Un groupe de jeunes occupe l’autre extrémité de la table que nous avons en partie investie, Misty, la petite chienne de Marianne et Jean-Pierre, sera assez raisonnable. Nous sommes servis par une jeune fille des Jeunesses Communistes qui se montre efficace et d’un contact agréable. Monique et Raymond viennent nous saluer mais comme il n’y a plus de place dans notre voisinage trouvent à se caser un peu plus haut.

Les moules farcies ? Eh bien, comme prévu, délicieuses. L’ennui c’est que Misty n’a pas d’os à ronger ! Ce soir on échappe aux « zim, boum, boum » de la Feria, on n’en entendra pas le moindre écho. On peut donc échanger sans problèmes avec les camarades qui s’arrêtent à notre table pour nous dire bonsoir, nous serrer la main ou nous faire la bise.

On abandonne notre table pour faire de la place à un groupe nombreux qui vient d’arriver. On va retrouver Monique er Raymond à côté de qui des chaises libres peuvent nous accueillir. Raymond nous raconte sa généalogie ! C’est un récit original qui nous est fait ! On finit par lever le camp et rejoindre la voiture de Jean-Pierre. Il doit être quelque chose comme 23 h quand je rentre chez moi. La Feria proprement dire ? Je n’en ai pour ainsi dire pas vu trace ! Je ne vais pas m’en plaindre.

Jacques Cros

 

Décès de Gérard Rieux

Nous le savions très malade. Peut-être son état de santé était la conséquence du drame familial atroce qu’il a vécu. Peut-être le combat courageux mais difficile qu’il avait mené avec son épouse pour rendre son employeur responsable de la tragédie que nous connaissons l’avait-il usé. Gérard, notre camarade, s’est éteint ce vendredi 12 août.Monique, l’épouse de Gérard nous avait quittés en janvier 2015. Ce qui s’est passé en 2003 dans cette famille a dû avoir les pires conséquences au plan psychique et physique aussi.

Gérard était âgé de 71 ans. Il avait été professeur d’histoire-géographie et avait enseigné notamment à Bédarieux, au collège Jean Perrin de Béziers et avait terminé sa carrière au collège Marcel Pagnol de Sérignan.

Il habitait Valras où il avait eu des responsabilités dans la municipalité d’Emile Turco. Il devait même lui succéder si la situation n’était pas devenue aussi défavorable au parti communiste. Il semblait avoir surmonté, autant que faire se peut, les douloureuses épreuves qu’il a connues. Il était par exemple présent lors de la contre-manifestation organisée le 14 mars 2015 à propos du changement de nom de la rue du 19 mars 1962. Mais nous avions appris il y a quelque temps la maladie qui l’avait frappé. Une maladie apparemment imparable.

Les obsèques auront lieu mercredi 17 août à 15 h 30 au Pech Bleu. Nous présentons nos condoléances attristées à tous ceux que ce deuil afflige.

Jacques Cros

12 août 2016

BÉZIERS : BAISSE DE LA MASSE SALARIALE CONTRE PRIVATISATION

baisset.jpgPromesse de Robert Ménard : « Je ferais baisser la masse salariale à la ville de Béziers ». Tiens, c'est aussi une promesse de François Hollande pour l’État ! La politique appliquée est la même. Les départs à la retraite ne seront pas tous remplacés mais le maire embauche à tour de bras des Contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE). Il est vrai que ces contrats ne coûtent pas trop cher à la commune puisque l'Etat en prend une bonne partie à sa charge. Mais ces contrats sont précaires et sous-payés. Le maire va plus loin en supprimant des heures de nuit pour les employés qui commencent leur travail à 5 heures du matin. Cela ne suffisant pas, il passe à la privatisation de travaux de nettoyage exécutés par les employés de mairie (les privant ainsi d'une rémunération complémentaire concernant des petits salaires) sur différents sites de la ville : les halles de Béziers, le théâtre municipal, la salle Zinga Zanga, le stade de La Méditerranée et les arènes de Béziers. La dépense ne sera pas sur la même ligne budgétaire soulageant la masse salariale mais le contribuable continuera à payer environ 1 million d'euros sur quatre ans.

Il n'y a pas que sur certains murs borgnes de la ville que se trouvent les trompe-l'oeil !

Aimé COUQUET Conseiller Municipal et Communautaire PCF.

08 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE

 beziers,fete de la plantade

06 août 2016

BÉZIERS - UNE RAISON DE PLUS POUR LES DÉMOCRATES DE VENIR À LA PLANTADE

plantade marseillaise.jpg