Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE -BÉZIERS

aff plant.jpg

programme 1 definitif.jpg

beziers,fete de la plantade

programme3 definitif.jpg

19 août 2016

BÉZIERS : LA PLANTADE 2016 MALGRÉ R. MÉNARD !

fete de la plantade,bÉziersC'est le nom d'un agréable jardin public de Béziers, situé au bord de l'Orb, entre les quartiers populaires du Faubourg et du Four à Chaux. C'est aussi le nom que les communistes du Biterrois donnent à leur fête annuelle qu'ils tiennent sur le lieu, le premier week-end de septembre, pendant deux jours.

Une fête populaire, festive, ouverte au tissu associatif, gratuite. La Plantade marque la rentrée politique dans le Biterrois et attire outre les adhérents et les sympathisants, ceux qui s'intéressent à l'actualité politique. Depuis 1984, toutes les municipalités qui se sont succédées, de droite ou de gauche ont permis que la fête se déroule dans les meilleures conditions. Le Maire d'ultra droite en a décidé autrement. Il frappe à la caisse. Robert Ménard dit appliquer la loi. Mais la constitution reconnaît l'activité politique comme essentielle dans la vie du pays. Elle permet le financement des partis politiques par l'Etat. D'ailleurs ses amis politiques ne s'en privent pas.
L'attaque contre les communistes s'inscrit dans un parti pris idéologique dont témoignent les multiples affiches municipales promouvant les ténors du l'ultra droite. La publicité faite sur panneaux municipaux d'une messe aux arènes lors de la Féria, au beau milieu d'un quartier populaire habité majoritairement par une population issue de l'immigration, ne contrevient pas seulement aux principes de la laïcité, c'est une provocation.

La fête de La Plantade se fera sur un jour, le dimanche 4 septembre 2016. Elle aura pour thème : « Contre le terrorisme : paix, emploi, justice sociale ».

Aimé COUQUET, Conseiller municipal PCF-Front de Gauche - Béziers le 8 août 2016,

14 août 2016

A la bodega Joseph Lazare samedi 13 août

 

Photos Marianne

Marianne et Jean-Pierre m’avaient proposé de me prendre en passant pour aller ce samedi 13 août manger des moules farcies à la bodéga du cercle populaire Joseph Lazare. J’avais accepté la proposition. Nous nous approchons du 2 de la rue Voltaire et Jean-Pierre gare son véhicule quelque part au fond de la Rue Pasteur. Ne reste plus qu’à rallier la bodega où nous allons passer notre soirée.Ah, à l’entrée nous sommes en quelque sorte fouillés par un vigile muni d’un appareil qui détecte les objets suspects. Oh, l’air bonhomme de l’opérateur fait que nous nous plions de bonne grâce à ce contrôle. Reste que l’affaire sera facturée 700 € pour les cinq jours. Ah, innovation, on doit utiliser une timbale consignée que l’on se procure moyennant 1 €.

Nous avons réservé, c’était plus prudent. Il y aura beaucoup de monde ce soir. Nous sommes en avance et après avoir pris nos tickets Marianne et Jean-Pierre s’offrent une assiette de tapas et un mojito. Diantre c’est qu’aujourd’hui c’est l’anniversaire de Fidel Castro dont on fête les 90 ans !

Nous voilà donc installés à une table quand nous rejoignent Chantal et Paul à qui nous avions donné rendez-vous. Un groupe de jeunes occupe l’autre extrémité de la table que nous avons en partie investie, Misty, la petite chienne de Marianne et Jean-Pierre, sera assez raisonnable. Nous sommes servis par une jeune fille des Jeunesses Communistes qui se montre efficace et d’un contact agréable. Monique et Raymond viennent nous saluer mais comme il n’y a plus de place dans notre voisinage trouvent à se caser un peu plus haut.

Les moules farcies ? Eh bien, comme prévu, délicieuses. L’ennui c’est que Misty n’a pas d’os à ronger ! Ce soir on échappe aux « zim, boum, boum » de la Feria, on n’en entendra pas le moindre écho. On peut donc échanger sans problèmes avec les camarades qui s’arrêtent à notre table pour nous dire bonsoir, nous serrer la main ou nous faire la bise.

On abandonne notre table pour faire de la place à un groupe nombreux qui vient d’arriver. On va retrouver Monique er Raymond à côté de qui des chaises libres peuvent nous accueillir. Raymond nous raconte sa généalogie ! C’est un récit original qui nous est fait ! On finit par lever le camp et rejoindre la voiture de Jean-Pierre. Il doit être quelque chose comme 23 h quand je rentre chez moi. La Feria proprement dire ? Je n’en ai pour ainsi dire pas vu trace ! Je ne vais pas m’en plaindre.

Jacques Cros

 

Décès de Gérard Rieux

Nous le savions très malade. Peut-être son état de santé était la conséquence du drame familial atroce qu’il a vécu. Peut-être le combat courageux mais difficile qu’il avait mené avec son épouse pour rendre son employeur responsable de la tragédie que nous connaissons l’avait-il usé. Gérard, notre camarade, s’est éteint ce vendredi 12 août.Monique, l’épouse de Gérard nous avait quittés en janvier 2015. Ce qui s’est passé en 2003 dans cette famille a dû avoir les pires conséquences au plan psychique et physique aussi.

Gérard était âgé de 71 ans. Il avait été professeur d’histoire-géographie et avait enseigné notamment à Bédarieux, au collège Jean Perrin de Béziers et avait terminé sa carrière au collège Marcel Pagnol de Sérignan.

Il habitait Valras où il avait eu des responsabilités dans la municipalité d’Emile Turco. Il devait même lui succéder si la situation n’était pas devenue aussi défavorable au parti communiste. Il semblait avoir surmonté, autant que faire se peut, les douloureuses épreuves qu’il a connues. Il était par exemple présent lors de la contre-manifestation organisée le 14 mars 2015 à propos du changement de nom de la rue du 19 mars 1962. Mais nous avions appris il y a quelque temps la maladie qui l’avait frappé. Une maladie apparemment imparable.

Les obsèques auront lieu mercredi 17 août à 15 h 30 au Pech Bleu. Nous présentons nos condoléances attristées à tous ceux que ce deuil afflige.

Jacques Cros

12 août 2016

BÉZIERS : BAISSE DE LA MASSE SALARIALE CONTRE PRIVATISATION

baisset.jpgPromesse de Robert Ménard : « Je ferais baisser la masse salariale à la ville de Béziers ». Tiens, c'est aussi une promesse de François Hollande pour l’État ! La politique appliquée est la même. Les départs à la retraite ne seront pas tous remplacés mais le maire embauche à tour de bras des Contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE). Il est vrai que ces contrats ne coûtent pas trop cher à la commune puisque l'Etat en prend une bonne partie à sa charge. Mais ces contrats sont précaires et sous-payés. Le maire va plus loin en supprimant des heures de nuit pour les employés qui commencent leur travail à 5 heures du matin. Cela ne suffisant pas, il passe à la privatisation de travaux de nettoyage exécutés par les employés de mairie (les privant ainsi d'une rémunération complémentaire concernant des petits salaires) sur différents sites de la ville : les halles de Béziers, le théâtre municipal, la salle Zinga Zanga, le stade de La Méditerranée et les arènes de Béziers. La dépense ne sera pas sur la même ligne budgétaire soulageant la masse salariale mais le contribuable continuera à payer environ 1 million d'euros sur quatre ans.

Il n'y a pas que sur certains murs borgnes de la ville que se trouvent les trompe-l'oeil !

Aimé COUQUET Conseiller Municipal et Communautaire PCF.

08 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE

 beziers,fete de la plantade

06 août 2016

BÉZIERS - UNE RAISON DE PLUS POUR LES DÉMOCRATES DE VENIR À LA PLANTADE

plantade marseillaise.jpg

05 août 2016

La 33e fête de la Plantade tarifée par la municipalité

Le maire de Béziers a adressé un devis au Parti communiste pour la première fois. Réaction des intéressés

Depuis 1984, elle est la fête qui ouvre septembre. Le premier week-end du mois, durant deux jours, le PCF de Béziers mêle débats politiques et convivialité au jardin de la Plantade. Pour cette 33e année, la donne n'est plus la même et cela agace évidemment les organisateurs. Jeudi matin, lors d'un point presse, le conseiller municipal et communautaire Aimé Couquet en tête, ils ont exposé les bouleversements de la municipalité Ménard. "Chaque année, nous adressons une demande à la mairie pour utiliser le jardin de la Plantade, demander les tables, chaises, sono... Le maire nous a donné l'autorisation, mais nous a présenté un devis." Total de la facture : 13 160,14 € la fête. "Depuis 33 ans, malgré toutes les municipalités successives, aucune ne nous a fait payer quoi que ce soit. Ni nous, ni aucun autre parti. C'est la première fois", ajoute Aimé Couquet se sentant particulièrement visé. Explications : "Il n'y avait pas jusqu'ici de tarification pour le jardin de la Plantade. C'est le 6 juin dernier qu'a été mis en place un tarif de location." Même si le PCF est le seul parti politique à organiser une fête au sein de la ville, il parle "pour montrer, par rapport à la vie démocratique et toutes les organisations politiques quelle qu'elles soient, comment Robert Ménard - comme pour l'ABCR pour laquelle il a été condamné - n'interdit pas, mais demande des frais importants."

706,65€ pour un jour de fête

Selon le parti, ce sont 3 000 personnes qui fréquentent ce week-end jusque-là gracieux. "Ce n'est pas une secte qui se réunit. L'entrée est gratuite et la fête est ouverte à tout le monde", renchérit Aimé Couquet. Qui trouve le devis exorbitant signé de la main d'un maire qui "veut exercer une pression politique sur un parti qui ne lui fait pas de concession". Quoi qu'il en soit, la décision est prise. Pour réduire les coûts et ne rien annuler, la fête a été concentrée sur la journée du dimanche. De ce fait, la mise à disposition du jardin et la journée de gardiennage de trois agents (majorée, car un dimanche) coûteront finalement 706,65 €. Le matériel sera directement amené par les camarades. "Elle aura lieu avec les mêmes objectifs que depuis 32 ans : que les Biterrois et bien d'autres participent à la rentrée politique, avance Paul Barbazange, secrétaire de la section de Béziers. Nous veillerons à ce que l'aspect festif reste le même et que le côté politique soit, disons-le humblement, meilleur que d'habitude." "Nous ne sommes pas les seuls (les Allées de la Démocratie sont concernées) et il faut que la population comprenne ce qui est en train de se passer. Au-delà de l'économie, il y a taxation supplémentaire des milieux populaires. On organise à notre façon la résistance", conclut le secrétaire.

MIDI LIBRE du 5 août 2016

28 juillet 2016

HÉRAULT - MARCHE DE LA PAIX

BITERROIS,hÉrault,bÉziers,paix,marche de la paix

21 juillet 2016

FERIA DE BÉZIERS 2016 - BODEGA du CERCLE POPULAIRE

beziers,feria de bÉziers

20 juillet 2016

BÉZIERS - A PROPOS DU PRIX DE L'EAU :

 beziers,prix de l'eau à béziersRéaction d'Aimé COUQUET, suite à la polémique entre le maire de Béziers et le président de la CABM au sujet du prix de l’eau :
 
“Pourquoi cette polémique inutile sur la négociation de service public de l’eau et de l’assainissement de la Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée entre le maire de Béziers et le président de l’agglo ? Il aurait été plus rationnel et normal de mettre en place une régie publique pour rendre la gestion de l’eau au public, puisque l’eau est un bien commun. C’est cette position que je défends, avec l’association CARPE, depuis le début, malheureusement seul au sein de l’agglo. Pourtant une étude diligentée par la CABM avait démontré qu’avec une régie publique le prix de l’eau aurait baissé de 30 % minimum ! Alors, que fait-on ?”
 
Aimé COUQUET, Conseiller municipal et communautaire PCF

15 juillet 2016

NICE - Rassemblement à Béziers

Rendez vous samedi 16 juillet, 18h30 Place du 14 juillet.


Le 14 juillet 2016, pour la troisième fois sur une courte durée, le terrorisme frappe de façon effroyable la population de notre pays. Cette fois-ci en province. Aucune mesure d'exception ne sera capable à elle seule d'enrayer cet engrenage infernal.
C'est de justice, d'apaisement des conflits et de paix qu'ont besoin les peuples, comme l'ensemble des français. Aucun discours, aucune pratique de stigmatisation, de haine, aucun discours aucune pratique belliciste même sous couvert d'union nationale ne peuvent nous aider.
C'est dans cette perceptive constante de rassemblement des démocrates de toute sensibilité, de toutes convictions religieuses que nous appelons dans le cadre du deuil de trois jours décidé par le gouvernement, à une cérémonie de deuil et d'action le samedi 16 juillet à 18 h Place du 14 juillet devant la stèle à Jean Moulin.
Manifestation qui ne peut que se conjuguer à toute autre initiative allant dans le même sens.

La section de Béziers du PCF

vendredi 15 juillet 2016

MONTPELLIER 26 JUILLET 2016

INVIT 26 07 2016 MARTI.jpg

07 juillet 2016

MARCHE DE LA PAIX 2016

Invitation à l’édition 2016 de la Marche de la Paix.jpg

06 juillet 2016

La Garde Biterroise “OUT !”

Le 5 juillet 2016, le Tribunal Administratif de Montpellier vient d’annuler la délibération du conseil municipal du 15 décembre 2015, votée par la majorité de Robert Ménard, portant création de la “Garde Biterroise”. Le tribunal a dit le droit. Il confirme ainsi son ordonnance du 19 janvier 2016 par laquelle, répondant a un déféré du Préfet de l’Hérault, il suspendait l’exécution de la délibération de création de la garde Biterroise.
 
Je m’en réjouis étant donné que lors de cette séance du conseil, avec l’ensemble de l’opposition, je m’étais élevé contre le contenu de cette délibération portant atteinte aux libertés individuelles. Elle aurait pu ouvrir la porte aux dénonciations et à la délation. Le Maire de Béziers devra tenir compte que heureusement, Robert Ménard, n’est pas au-dessus des lois !
 
Aimé COUQUET, Conseiller Municipal PCF.

LA LUTTE CONTINUE !

tour eiffel,cgt

LA TOUR EIFFEL HABILLEE AUX COULEURS DE LA MOBILISATION.jpg

04 juillet 2016

ON LACHE RIEN !

13599871_10205203137196396_753262325454347424_n.jpg

Rdv 12H devant la préfecture à Montpellier puis départ en manifestation.

22:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : herault

26 juin 2016

Après le Brexit, plus que jamais "Faire péter l'Europe capitaliste".

Il est toujours bon de se retourner sur son passé pour le retravailler à la lumière des évènements présents. Lorsque nous nous apercevons que nous avions anticipé cela encourage à poursuivre les réflexions collectives confrontées au temps présent, dans tous les cas cela nous aide à la compréhension du réel. Actuellement le PCF souffre terriblement de son incapacité à procéder dans un cadre collectif à cet examen et à ses éventuelles dimensions autocritiques, le 37éme congrès nous a confronté à cette exigence politique sur la dernière séquence électorale (municipales, départementales, régionales) et justement sur l'Europe.

Avec le "Brexit" nous remontons un peu plus loin. Il y a maintenant près de 10 ans dans les batailles qui ont succédé à la victoire du NON au référendum sur l'Europe la section de Béziers s'est très majoritairement déterminée sur le choix du mot d'ordre: "Faire péter l'Europe capitaliste". Ce choix s'est révélé depuis une décennie un de ses fondamentaux

Je me souviens l'avoir défendu tant dans le réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" qu'au sein du conseil national. Dans le réseau, si mes souvenirs ne me trahissent pas, c'est le terme "péter" qui faisait tiquer une majorité des présents. On était plustôt pour "sortir de", quant à "capitaliste" ma foi la section de Béziers mettait peut être la barre très haut tout de suite, trop vite! Au Conseil national du PCF, bien entendu, la proposition a été alors totalement inaudible. Me semble t-il même "incompréhensible" pour ceux qui essayaient d'apprécier fraternellement les différences. Il y a 10 ans on brodait déjà avec conviction sur " la transformation démocratique des institutions européennes".

Depuis la vie politique a suivi son cours et dans ce domaine: l'accord de Lisbonne bafouant le vote des français, la poursuite obstinée par le capital de sa politique d'exploitation, d'intégration supra nationale, l'accord TAFTA, la "libre circulation" de la force de travail à exploiter conjuguée aux barbelés aux frontières de l'Europe... ont montré de vers quelle démocratie va l'Europe unie. Avec pour conséquence un rejet populaire grandissant et la captation d'une grande part de ce rejet par les forces d'extrême droite. Chaque peuple vivant cela à sa façon. En France, le Front National occupant de façon magistrale l'espace que nous leur avons abandonné.

N'oublions pas la Grèce où une équipe "réformiste radicale", parvenue démocratiquement au pouvoir, renforcée par les votes populaires un temps, a vite démontré les limites des choix théoriques d'aménagement de l'Europe capitaliste. Et les derniers mois de luttes montrent à leur façon, en France, que d'autres choix stratégiques sont obligatoires.
Vient le "Brexit", l'impensable, pour tous nos maîtres à penser de la City, Bruxelles et du palais de l’Élysée. Une brèche de première importance ouverte là où nous l'attendions peut être pas, dans des conditions de rassemblement qui peuvent nous dérouter. Une brèche de première importance quand même!

Plus que jamais gardons la clarté de l'objectif à terme " Faire péter l"Europe capitaliste" et examinons les modes concrets inventés par le réel. Nous allons avoir à affronter, les soubresauts issus du "Brexit"et la formidable capacité des instances dirigeantes à retrouver leur équilibre, les développements en Espagne sur lesquels nous pouvons avoir quelques craintes mais là aussi, examinons l'évolution réelle: rien n'est écrit.

En France, il va falloir avancer sur cette question pour ne pas laisser au FN un boulevard et au PS toute latitude de gouverner l'Europe unie dans l'intérêt du capital. Le refus majoritaire- à mon jugement dans un rapport de force dans la salle 6o% contre 40% - de porter les débats à un autre niveau lors du 37 ème congrès... montre le travail à faire dans le parti et dans le PGE .
Bien des éléments bougent, peuvent bouger. L'Europe capitaliste pétera parce qu'elle est invivable aux exploités. Travaillons les clivages pour un rassemblement majoritaire des exploités en France et en Europe.

 

Paul Barbazange le 26 06 2016.

 

22 juin 2016

BÉZIERS : MIDI DEVANT LA SOUS PRÉFECTURE

 Le PCF appelle à la mobilisation massive les 23 et 28 juin

Après avoir envisagé d'interdire la manifestation contre le projet de loi Travail « El Khomri », prévue ce jeudi 23 Juin à Paris , le gouvernement vient d'autoriser celle-ci sur un parcours négocié avec les organisations syndicales.

C'est une victoire de la mobilisation et de la détermination des démocrates à faire respecter les libertés publiques fondamentales. L'interdiction aurait été une décision scandaleuse, injustifiée. Après le passage en force du gouvernement au parlement pour imposer sa loi par l'utilisation de l'article 49-3, cette décision supplémentaire aurait été d'une extrême gravité. Le fait de l'envisager marque la dérive autoritaire du pouvoir. Il ne peut y avoir de débat démocratique si le droit de manifester est entravé.

Le pouvoir est minoritaire dans le pays. Il est incapable de dégager une majorité politique et parlementaire pour valider son projet de loi. Il choisit la politique de terre brûlée. Il prend la responsabilité devant le pays de créer un climat de tension.

Nous ne nous laisserons pas détourner de notre objectif : le retrait de la loi travail et des droits nouveaux pour les travailleurs pour une sécurisation véritable de l'emploi. Nous demandons au Président de la République de suspendre le débat parlementaire afin de permettre l'ouverture de vraies négociations avec les organisations syndicales qui sont disponibles pour faire des propositions concrètes, porteuses de progrès social et de nouveaux droits.

Comme l'a demandé l'intersyndicale,  le Président François Hollande doit « pour sortir de cette impasse, réunir les organisations syndicales et de jeunesse très rapidement ». Les Parlementaires communistes, Front de gauche, à l'Assemblée nationale comme au Sénat continueront à porter ces exigences.

Nous appelons les salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et les retraité-es, les élu-es de la République à participer massivement aux manifestations des 23 et 28 juin et à la votation, organisée par les syndicats.

Parti Communiste français, Paris, le 22 juin 2016.

21 juin 2016

1936 FRONT POPULAIRE EN DÉBAT

annule et remplace 1936 24 juin.jpg

16 juin 2016

ABÉZIERS COMME AILLEURS !

Inbox.jpg

15 juin 2016

Interdiction des manifestations : François Hollande et le gouvernement perdent leur sang froid (Pierre Laurent)

casseursjpg.jpg

PCF - COMMUNIQUE DE PRESSE

Hier, un magnifique et puissant défilé des salariés et de la jeunesse a montré l'isolement du gouvernement sur la loi El Khomri. Son acharnement à imposer cette loi sans la rediscuter et sans majorité législative pose un grave problème démocratique.


En marge de cette manifestation, des bandes de casseurs ont de nouveau pu semer la violence en s'attaquant, notamment, à l'hôpital Necker. Le gouvernement utilise ces faits condamnables et que nous condamnons pour tenter de discréditer les manifestants et les syndicats organisateurs.
Avec les parlementaires communistes, présents sur le point fixe du PCF situé boulevard de Port-Royal, j'ai pu constater, une nouvelle fois, que ces bandes de casseurs agissaient à l'écart de la manifestation. Alors qu'ils sont parfaitement identifiés, pourquoi ne sont-ils pas interpellés et comment peuvent-ils continuer à agir à chaque manifestation ? Alors que les pouvoirs publics savent interdire aux hooligans d'accéder aux enceintes sportives, pourquoi ces bandes de casseurs peuvent, en toute impunité, venir semer le désordre et le chaos?

La menace d'une interdiction de manifester, exprimée ce jour par le chef de l’État et le premier ministre, est un signe extrêmement préoccupant de fébrilité dans un moment où, tout au contraire, notre démocratie et notre République doivent affirmer avec force leurs principes et leurs valeurs essentielles.

Nous appelons donc le pouvoir à ne pas perdre son sang froid, à reprendre la négociation et à agir pour assurer la sécurité des biens et des personnes et celle du droit de manifester. Le gouvernement ne peut se soustraire à ses responsabilités en s'attaquant à une liberté constitutionnelle qui permet de faire entendre dans l'unité et sans violence le rejet de la loi El Khomri.

Pierre Laurent
Secrétaire national du PCF - Paris, le 15 juin 2016

27 mai 2016

Conférence départementale du PCF de l'Hérault, nouveau conseilL, nouveau secrétaire départemental.

Comme attendu la conférence départementale tenue à Sète le 20 et 21 mai a permis d'élire un nouveau secrétaire départemental: Nicolas Cossange, âgé de 30 ans adjoint d'enseignement au lycée Jean Moulin de Béziers, secrétaire départemental de la JC depuis quelques années, adhérent de la section de Béziers depuis les luttes victorieuses contre le CPE en 2005.

C'est donc à nouveau au coeur d'un nouvel affrontement historique que Nicolas prend d'importantes responsabilités dans notre parti. Il n'en a pas manqué jusque là, plusieurs fois candidat, élu récemment conseiller régional lors d'une élection particulièrement difficile pour les communistes il prend la première responsabilité dans la fédération. C'est un jeune militant aguerri. La tâche ne sera pas simple, il y sera aidé par un conseil départemental de 50 membres, quelque peu rajeuni, mais sur cette question nous ne sommes pas au bout de nos travaux.

Tout aussi encourageant que cette élection, l'état d'esprit général dans lequel ce vote a été acquis. Les débats de la conférence fédérale ont été vifs, je ne citerai que trois des principaux amendements retenus: l'un P.4 introduisant "le socialisme" comme objectif tout en prenant soins de rappeler combien ce concept scientifique a été galvaudé ces dernières années, (62 pour, 8 contre, 6 abstentions), l'autre P.5 précisant "qu'il faut renverser la dictature des profits en remettant en cause la propriété des moyens de production stratégiques et d'échanges" (0 contre, 2 abstentions), le troisième suscitant un long débat sur la fixation du temps de travail à 32 h ce qui libérerait 4.500.000 emplois... et quelques autres, importants également, sur la sécurité sociale professionnelle par exemple... Un contenu donc que nous n'avions pas atteint depuis le début des années 1990 et la "mutation".

Soyons juste, pour des raisons de temps, de densité des débats et aussi d'opportunité, il ne s'agissait pas d'accentuer les clivages ; de nombreuses questions cruciales n'ont été qu'effleurées: qu'il s'agisse des primaires- dont pratiquement plus un communiste ne voit plus ni l'intérêt, ni la possibilité-, ou dans un autre registre de la nécessité de faire un bilan rigoureux des dernières séquences électorales, de l'état d'organisation du parti ( 6 sections n'étaient pas présentes!), ou de la politique du PGE... Malgrès ces faiblesses, la volonté des uns et des autres, la volonté "d'unir les communistes" a été la plus forte; Nicolas a été élu avec: 75 voix, 9 nuls sur 84 votants ; soit 91% des votants. Ce n'est pas un mince résultat dans la situation de risques potentiels d'éclatement de notre parti.
Oui, "Unir les communistes " était un bon titre pour notre texte et "Unir les communistes" reste un objectif décisif du congrès et de la suite.

Je terminerai ces impressions rapides en citant une réflexion de notre camarade Michel Passet secrétaire sortant qui proposait dans son rapport introductif que "nous ayons le sens politique de laisser dans ce congrès un certain nombre de questions ouvertes". La situation, la complexité des questions qui sont dans la tête de chacun d'entre nous, l'exigent, le rassemblement des communistes pour l'action également.

Bon travail à cette nouvelle équipe formée dans la lutte.

PS: un compte rendu bien plus exhaustif sera publié sur le site de la Fédération de l'Hérault du PCF.

Paul Barbazange.

23 mai 2016

BÉZIERS - ACTIONS SUR TOUS LES FRONTS !

beziers

En réponse à la décision du gouvernement de passer en force à coups de 49-3 la loi "anti travail", le mouvement social s'est fortement exprimé le 19 mai dernier (voir articles de presse en pièce jointe)

Rien n'est joué, les mobilisations s'amplifient, nous pouvons mettre en échec le gouvernement et obtenir le retrait de cette loi anti sociale!


JEUDI 26 MAI 2016, TOUTES ET TOUS EN GRÉVE ET EN MANIFESTATION

POUR UN CODE DU TRAVAIL DU 21ème SIECLE
10 heures 30  BOURSE DU TRAVAIL - BÉZIERS
et

BÉZIERS : SAMEDI 28 MAI à 14 heures

statue de Jean Moulin Champ de mars

manifestation contre l'extrême droite à Béziers : en pièce jointe l'appel de l'Union Locale dans le cadre de l’initiative des organisations syndicales, politiques et associatives antifascistes de Béziers.

17 mai 2016

A BÉZIERS COMME PARTOUT !

19.jpg

11 mai 2016

BÉZIERS : FACE AUX EXTRÊMES DROITES MOBILISATION DE TOUS LE SAMEDI 28 MAI

Les 27, 28 et 29 mai R. Ménard organise à Béziers un rendez-vous national de penseurs d'extrême droite. Son but est d'élaborer une plate forme pouvant servir de base pour l'élection présidentielle. La droite la plus extrême que nous avons chassé du pouvoir avec Sarkozy tente de se régénérer en extrême droite sous la houlette du maire de Béziers.
Ils s'appuient sur l'ensemble des politiques menées depuis des décennies qui ont plongé notre ville et le pays dans une austérité insupportable montrant qu'une franche rupture à gauche est indispensable.

Notre ville, ne se réduit pas à cet activisme d'extrême droite. La section de Béziers du PCF depuis l'avènement de R. Ménard contribue à toutes les résistances. Des premiers contacts ont été pris avec le monde syndical et tous les démocrates déjà engagés. Un rassemblement est prévu - place du 14 juillet - le samedi 28 à 12 h devant la stèle Jean Moulin d'où partira une manifestation en ville.

La section de Béziers du PCF.

BÉZIERS - RETRAIT PROJET EL KHOMRI

2016-05-12- loi travail-49.3-BEZIERS.jpg

07 mai 2016

milice ménardienne : le récit

À L'INSUPPORTABLE DÉLIT DE SOLIDARITÉ, LA POLICE MUNICIPALE DE ROBERT MÉNARD RÉPOND PAR LA VIOLENCE POLICIÈRE !

beziers,police municipale,milice,repas partagés

Vendredi 6 mai au soir au lendemain de la célébration municipale « Caritats », célébration historique de l'esprit de solidarité envers les plus démunis pendant le Moyen-Age dans notre ville, Robert Ménard nous a donné, via sa Police Municipale, sa conception de la « charité chrétienne » !


    Bref rappel. Depuis maintenant près de 6 mois, en soutien à des associations, les communistes et jeunes communistes de Béziers participent à un partage solidaire de repas au cœur même du centre-ville, sur les Allées Paul Riquet. Ce partage a lieu sans interruption tous les vendredi et samedi soir. Depuis le début il est combattu par le Maire d'extrême-droite. Robert Ménard, qui vit d'ailleurs dans un bel immeuble récemment rénové sur ces mêmes allées, ne supporte pas cette action imposée par l'immense pauvreté et précarité de l'hyper centre de notre ville. Lui qui travaille d'arrache-pied, depuis 2 ans qu'il est Maire, à maquiller la réalité sociale d'un centre-ville qu'il imagine en vitrine de sa « révolution municipale ». Lui qui annonçait au moment de sa candidature vouloir en finir avec « les pauvres, les gitans et les Maghrébins du centre-ville ». Lui enfin qui s'évertue par une communication outrancière, fascisante et démagogique à masquer la réalité de son inaction sur les conditions de vie dans la 4éme ville la plus pauvre de France métropolitaine, ne pouvait tolérer bien longtemps en tel délit de solidarité en forme de pied-de-nez pour l'autoproclamé « Maire de tous les Biterrois » !


    Depuis le début, des patrouilles de la police municipale nous rendent visite tous les soirs, pour faire les constats d'usage car la distribution ne fait l'objet d'aucune autorisation municipale. Au vu de l'exposé précédent, qu'elle autorisation avons nous à recevoir d'un Maire qui fait la chasse aux pauvres ? Ces patrouilles se faisaient toujours dans un grand respect mutuel, jusqu'à ce que la situation ne devienne explosive il y a deux semaines. Les équipes de la Police Municipale ont alors changé de composition, nous avons vu les « nouvelles recrues » (de Bollène, d'Orange?) à l'action... Arrivée musclée, propos insultants, attitude agressive, brigade canine et crânes rasés nous avons vite compris que devant l'impasse politique pour un Maire qui ne pouvait décemment pas faire fermer une soupe populaire, le trouble à l'ordre public était sa seule porte de sortie. Intelligemment ni les bénévoles, ni les bénéficiaires des repas ne sont tombés dans le panneau. Hier c'est donc un pallier supérieur dans la provocation qu'il fallait que la milice aux ordres de Robert Ménard ne franchissent...


    Vers 20h30, en pleine distribution, une équipe de 4 policiers municipaux est venu interpeller avec une violence inouïe (insultes, placage au sol, coups portés et vêtements arrachés) un sans-abris mangeant dans un coin le repas que nous lui avions servi. Quand nous sommes intervenus pour cesser, en provoquant un attroupement, ces abus policiers insupportables, les agents municipaux se sont alors retournés de façon extrêmement violente contre nous. Appelant des renforts, deux voitures et 6 agents sont arrivés en plus, nous menaçant et faisant usage de leurs bombes lacrymogènes (une adolescente a été directement aspergée sans sommation et alors qu'elle ne faisait rien), usant de violence physique (une bénévole violemment projetée au sol, plusieurs coups portés sans raison apparente), brandissant une matraque (qu'il n'a heureusement pas utilisée) et en dépit des consignes de leur supérieur hiérarchique qui hurlait à ses agents de s’arrêter. Au final c'est une intervention de la Police Nationale qui est venu mettre fin à une situation totalement hors de contrôle de la Municipale qui l'avait provoquée et qui aurait pu se terminer bien plus mal.


    Nous avions à faire à des Policiers Municipaux totalement dépassés par les événements, en panique, visiblement pas formés pour des situations de ce genre et pourtant armés de bombes lacrymogènes, de matraques et de leur fameux « meilleur ami » le pistolet. Fort heureusement aucun d'entre eux ne s'est risqué à le sortir, heureusement la Police Nationale est intervenue assez vite. Entre un manifeste et très inquiétant mouvement de panique de la part de la Municipale et peut-être pour quelques agents un certains plaisir militant, se pose la question de la sécurité des Biterrois. Il est urgent, au vu des éléments d'hier soir, que la Préfecture interrompe immédiatement les brigades nocturnes de la Police Municipale qui n'a visiblement aucune formation pour en assumer les missions.

 Nicolas Cossange
Conseiller Régional PCF et bénévole aux repas partagés « la bonne franquette »

22 avril 2016

BÉZIERS 1er MAI

befjeeia.png

20 avril 2016

C'EST SI ÉVIDENT...

41774.HR.jpg