Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 janvier 2015

CHARLIE HEBDO - MOBILISATION BITERROISE

 Je viens de lire l’article de l’Hérault du Jour paru aujourd'hui 16 janvier, page de Béziers, titré “Je suis Charlie. A Béziers où l’hommage a semblé moins grand que partout ailleurs en France...”.

 
Quelques réflexions :
 
“ Hommage moins grand ? Faut-il mesurer la situation politique de la ville tenue par l’extrême droite. Beaucoup ce sont interrogés s’ils devaient ou non participer à l’appel du Maire de se rassembler devant l’hôtel de ville. Les trois partis politiques représentés dans l’opposition municipale, UMP, PS, PCF, s’étaient tout de même joints à cet appel. Ce qui a permis d’avoir une large et diverse participation de la population biterroise estimée à plus de 2.000. Des participants divers puisque Robert Ménard ne pouvant pas cacher sa xénophobie a été copieusement sifflé et hué, l’obligeant à rengainer la fin de son discours pour passer tout de suite à la minute de silence. Que se serait-il passé si nous n’avions pas été présents ? Je fais remarquer que mon intervention, juste avant celle du Maire, a été la plus applaudie notamment à plusieurs reprises par le même public.
 
Le samedi, au seul appel des partis de Gauche, la marche silencieuse a rassemblé plus de 4.000 personnes. Par la suite de nombreux biterrois nous ont fait remarquer qu’ils pensaient que la manifestation devait se tenir le dimanche comme au plan national. Nous avons pu remarquer que c’est le dimanche que les défilés ont reçu le plus de monde et les estimations bien larges mais nous n’allons pas chipoter la-dessus. La leçon biterroise est surtout l’échec de Robert Ménard (il suffisait de voir sa tête et sa hargne) qui voulait récupérer l’émotion provoquée par la tuerie à Charlie Hebdo à son avantage et son islamophobie, que ce soit le jeudi où il a été hué, ou le samedi par la provocation devant la stèle de Jean Moulin qui se passait d’ailleurs en dehors de la manifestation officielle dont la dislocation avait lieu devant la sous-préfecture.
 
Non a Béziers l’hommage n’a pas été moins grand qu’ailleurs mais s’est tenu dans la clarification politique. Cela est important pour l’avenir.”
 
Aimé COUQUET
 
 


Hommage à Charlie-Hebdo - Maintenant, restons... par CN-PCF

Les commentaires sont fermés.