Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 mars 2015

CONSEIL COMMUNAUTAIRE BEZIERS MEDITERANNÉE

Intervention d'Aimé COUQUET au conseil communautaire du 5 mars 2015

Le vote du budget primitif 2015 de la Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée me donne l'occasion de dire combien la décision gouvernementale de priver les territoires de 11 milliards d'euros de dotations jusqu'en 2017 est injuste. Jamais auparavant une telle saignée n'avait été pratiquée sur le différentes institutions, communes, EPCI, départements qui font vivre la République au plus près des citoyens. En même temps, dans cette logique, il caresse le projet d'affaiblir ou de supprimer les communes et les départements, lieux privilégiés pour organiser les solidarités sociales. Et, cela au moment même où la crise économique et sociale est amplifiée par les politiques d'austérité exigées par les marchés financiers et leurs relais politiques, qui viennent s'ajouter au terrible héritage laissé par la droite. De plus notre territoire souffre depuis des années de la désindustrialisation, du chômage ou de manque d'entreprises. Par conséquence manquent cruellement des recettes fiscales et notre territoire fait les frais de cette politique de calculette aveugle au détriment du contrat républicain de bien commun, de la justice et du progrès social.

Le budget présenté s'inscrit dans les critères des traités de Maastricht et de Lisbonne, c'est à dire, de l'argent qui coule à flots pour les banques et les actionnaires, et l'austérité pour les simples gens. S'il est difficile de transgresser les lois et les règlements qui sont élaborés pour appliquer cette mauvaise politique, il aurait été possible de faire de la pédagogie et un travail démocratique avec les citoyens tels qu'ils sont promis pendant les campagnes électorales. Par exemple : M. Gély a reconnu que la perte de la DGF pour notre EPCI représente 14 millions d'euros pour la période de 2014 à 2017. Pour intégrer e manque de recette, vous proposez de ne pas remplacer les départs à la retraite des fonctionnaires et de réduire fortement l'investissement qui passe de 30 millions par an à 15 M€. Ce sera moins de marchés pour les entreprises locales engendrant ainsi des diminutions d'emplois privés. Vous proposez de moins emprunter alors que la situation financière de la CABM est saine et que l'argent prêté est pratiquement gratuit. Il aurait été plus important de démontrer comment avec ces millions d'euros que ne nous verse pas l'Etat, qui pourtant s'était engagé à compenser les transferts de compétences, il était possible de maintenir ces emplois, qui devaient être nécessaires, d'investir notamment dans le domaine économique. Avez-vous peur de vous adresser aux citoyens pour qu'ils interviennent dans les décisions à prendre ?

Le contenu de ce budget qui ressemble, dans son esprit, comme deux gouttes d'eau avec celui que va présenter le maire de Béziers, le 26 mars, n'est pas à la hauteur des enjeux de notre territoire et des besoins des habitants. Je voterai contre ce budget 2015 à la sauce UMPSFN.

Aimé COUQUET, conseiller municipal et communautaire de Béziers

 

Les commentaires sont fermés.