Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 juillet 2015

BITERROIS : Conseil Communautaire Agglo - 16 juillet 2015

 DEUX  INTERVENTIONS PRINCIPALES D'AIMÉ COUQUET

 1 - Motion maintien de la chambre de commerce de Béziers :
Pour ce genre de motion qui sont pratiquement toutes unanimes, je suis toujours étonné que les mêmes qui soutiennent les politiques des gouvernements successifs avec la Réforme Générale des Politiques Publiques de Nicolas Sarkozy, de la MAPAM, suivie de la MATPAM et de la NOTRE de François Hollande qui consacrent le regroupement et la centralisation à marche forcée, puissent les adopter. Ces politiques mènent à une hyper-concentration des territoires et de leurs institutions éloignant du même coup les citoyens des lieux de décisions et des décideurs. Je voterai cette motion comme j'ai voté pour des dizaines d'autres mais je dénonce ceux qui mènent ces politiques à la Ponce-Pilate « on prend les mauvaises décisions à Paris et ici, on se lave les mains ».

2 - Sur les « Approches Territoriales Intégrées » volet territorial :
Encore un exemple de notre vassalisation à l'Europe. Un programme, un de plus, qui nous corsète vis à vis de la politique locale à mener et sacrifie la démocratie. Pour pouvoir bénéficier des crédits dits européens, « la manne » comme vient de le préciser le vice-président chargé de ce dossier, il nous faut passer « sous les fourches Caudines » de l'Europe, dixit encore le vice-président. La situation actuelle de la Grèce en est le meilleur exemple. C'est d'autant plus révoltant que cet argent nous appartient puisque l'on sait que la France verse davantage de fonds à l'Europe que ce qu'elle en reçoit. Cette pratique nous éloigne d'une véritable démocratie. Au contraire, il faudrait : mettre en place une nouvelle pratique citoyenne, non institutionnalisée, qui entend prendre les choses en main,  aider à la relance des services publics qui sont des outils modernes pour sortir de la crise, travailler la fiscalité et la dette pour desserrer l'étau financier. Par exemple pour le volet politique de la ville, la situation concrète dans les quartiers réside dans la capacité des habitants à se mobiliser, à s'engager et à se structurer de manière collective pour entreprendre. La politique de la ville a été beaucoup trop consacrée à la rénovation urbaine, au détriment de la situation sociale des habitants.
Il y a une révolution culturelle à faire.

Aimé COUQUET (pcf)

 

Les commentaires sont fermés.