Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 novembre 2015

A celles et ceux qui "pleurent" Glucksmann, le nouveau philosophe, sans même, souvent, l'avoir lu

Question à Gilles Deleuze : Que penses-tu des "nouveaux philosophes" ?

Rien. Je crois que leur pensée est nulle. Je vois deux raisons possibles à cette nullité.

D'abord, ils procèdent par gros concepts, aussi gros que des dents creuses, LA loi, Le pouvoir, LE maître, LE monde, LA rébellion, LA foi etc. Ils peuvent faire ainsi des mélanges grotesques, des dualismes sommaires, la loi et le rebelle, le pouvoir et l'ange.En même temps, plus le contenu de la pensée est faible, plus le penseur prend d'importance, plus le sujet d'énonciation se donne de l'importance par apport aux énoncés vides.

[…] Ils ont introduit en France le marketing littéraire ou philosophique au lieu de faire une école. Le marketing a ses principes particuliers : 1. il faut qu'on parle d'un livre et qu'on en fasse parler, plus que le livre lui-même ne parle ou n'a à dire. 2. et puis il faut que le même livre ou le même produit aient plusieurs versions, pour convenir à tout le monde.
[…] Les intellectuels et les écrivains, même les artistes, sont donc conviés à devenir journalistes s'ils veulent se conformer aux normes. C'est un nouveau type de pensée, la pensée-interview, la pensée-entretien, la pensée-minute.
[…] La haine de 68, […] une rancœur de 68, ils n'ont que çà à vendre. […] LA révolution doit être déclarée impossible, uniformément et de tout temps.
[…] Nouveau, oui, mais conformistes au plus haut point

"A propos des nouveaux philosophes…" / Gilles Deleuze / supplément de Minuit n° 24 / mai 1977 (in deux régimes de fous / éditions de Minuit / 2003)

Cela vaut pour Glucksmann, pour Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy….et pour Luc Ferry, Comte-Sponville, Michel Onfray et autres imposteurs !

 Joël Clérembaux

Les commentaires sont fermés.