Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 décembre 2015

COMMUNIQUÉ A PROPOS DE LA CABM - Béziers le 4 décembre 2015.

L'avis sur les propositions du Préfet concernant le projet de schéma départemental de coopération intercommunale pour la communauté d'agglomération Béziers Méditerranée a reçu un vote défavorable par une majorité lors de la séance du conseil communautaire le 3 décembre 2015. Les débats ont démontré que les motivations de cette majorité étaient diverses. Certains maires se sont exprimés en portant les décisions de leur conseil municipal qu'ils avaient réunis auparavant. Le maire de Béziers qui prônait un repliement sur la ville en défendant le bloc communal, dans une brusque volte face, sans avoir consulté son conseil municipal, avait annoncé publiquement quelques jours auparavant son désir de regrouper le maximum de communes et EPCI de l'ouest héraultais pouvant aller jusqu'à Narbonne. Un nouveau département quoi ? Est-ce la folie des grandeurs ? Qui peut démontrer que de regroupement en regroupement les choses vont mieux pour les administrés ? L'éloignement des décideurs n'a jamais été une bonne solution pour les citoyens. Il est vrai que certains maires qui eux ont voté pour le projet préfectoral, ont argué qu'au début de la mise en place de la CABM, ils étaient réticents et qu'après tout c'est passé dans le meilleur des mondes. Ils ont oublié de dire que s'ils ont pu avoir un peu plus de crédits, cela s'est fait au détriment du contribuable local par l'intermédiaire de la mise en place d'une fiscalité complémentaire, d'une taxe d'enlèvement des ordures ménagères en forte augmentation et d'un nouvel endettement.

Ce sujet important mérite que l'on donne la parole aux administrés avant d'ouvrir la guerre entre les territoires. J'ai proposé qu'un référendum local soit organisé. Il est d'autant plus concevable que tous les maires présents ont dans leur programme, sur lequel ils ont été élus, l'éventualité du recours au référendum local comme la loi le permet. Cela permet un véritable débat de fond et non d'opportunité. La démocratie s'en porterait mieux.

Aimé COUQUET, Conseiller municipal et communautaire de Béziers

Les commentaires sont fermés.