Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 février 2016

BÉZIERS : Le point sur la situation à Gaveau – Jean Macé

Une réunion s’est tenue vendredi 29 janvier 2 de la rue Voltaire (Béziers) à l’initiative de la cellule des enseignants communistes du Biterrois pour poursuivre la réflexion sur un sujet abordé par d’autres structures. Une dizaine de personnes y ont participé.

Même si nous n’avons pas de certitudes sur le projet de la mairie de Béziers il semble qu’il y a une volonté de liquider ce groupe scolaire où sont scolarisés plus de 350 élèves. Quelle en est la raison ?

L’objectif est probablement à rapprocher d’une déclaration de Ménard qui souhaite évacuer les Maghrébins et les Gitans, en fait les gens en situation sociale défavorisée, du centre-ville. Contrairement à d’autres cités le centre historique de Béziers, le quartier Saint-Jacques, est occupé par une population en difficulté. Le projet de supprimer Jean Macé – Gaveau correspond sans doute à un moyen de lui faire quitter les lieux pour la remplacer par des gens plus aisés, dans un environnement qui serait à coup sûr restauré.

Que deviendraient les élèves si le groupe scolaire disparaissait ? On peut penser qu’ils seraient dispersés dans d’autres établissements de la ville, souvent éloignés et en tout état de cause pas vraiment en mesure de les accueillir. Peut-être même serait créée une école privée pour ceux qui auraient les moyens de payer ? Ainsi serait amorcé un processus d’abandon d’un secteur par des familles pauvres qui pour l’heure, compte tenu du prix modeste des loyers, lié à la vétusté de l’habitat, peuvent y loger

Quelques remarques s’imposent. Le site de Jean Macé – Gaveau est remarquable. Des travaux ont été réalisés pour améliorer les locaux de l’école. Plutôt que de chasser des gens en déshérence il serait préférable de les aider par une politique volontariste de sens opposé à celle qui est mise en œuvre.

On ne peut pas jongler impunément avec les écoles de la ville. Il nous semble que l’administration académique et rectorale a son mot à dire face à l’action préméditée de l’élimination du seul service public du secteur. L’école n’a pas les moyens à elle seule de résoudre les questions sociales mais elle est un élément fondamental de ce qu’il faut faire pour y apporter des réponses.

Il appartient à toutes les forces de progrès de se mobiliser pour prendre en charge la défense d’un groupe scolaire menacé par des choix qui tournent le dos aux besoins populaires. Le présent document se veut une contribution à cette mobilisation. Il complète le mécontentement recensé chez les professeurs d’histoire légitimement indignés du procès que leur fait le maire de Béziers sur la qualité de l’enseignement qu’ils dispensent !

Jacques Cros.

Les commentaires sont fermés.