Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 août 2016

A la bodega Joseph Lazare samedi 13 août

 

Photos Marianne

Marianne et Jean-Pierre m’avaient proposé de me prendre en passant pour aller ce samedi 13 août manger des moules farcies à la bodéga du cercle populaire Joseph Lazare. J’avais accepté la proposition. Nous nous approchons du 2 de la rue Voltaire et Jean-Pierre gare son véhicule quelque part au fond de la Rue Pasteur. Ne reste plus qu’à rallier la bodega où nous allons passer notre soirée.Ah, à l’entrée nous sommes en quelque sorte fouillés par un vigile muni d’un appareil qui détecte les objets suspects. Oh, l’air bonhomme de l’opérateur fait que nous nous plions de bonne grâce à ce contrôle. Reste que l’affaire sera facturée 700 € pour les cinq jours. Ah, innovation, on doit utiliser une timbale consignée que l’on se procure moyennant 1 €.

Nous avons réservé, c’était plus prudent. Il y aura beaucoup de monde ce soir. Nous sommes en avance et après avoir pris nos tickets Marianne et Jean-Pierre s’offrent une assiette de tapas et un mojito. Diantre c’est qu’aujourd’hui c’est l’anniversaire de Fidel Castro dont on fête les 90 ans !

Nous voilà donc installés à une table quand nous rejoignent Chantal et Paul à qui nous avions donné rendez-vous. Un groupe de jeunes occupe l’autre extrémité de la table que nous avons en partie investie, Misty, la petite chienne de Marianne et Jean-Pierre, sera assez raisonnable. Nous sommes servis par une jeune fille des Jeunesses Communistes qui se montre efficace et d’un contact agréable. Monique et Raymond viennent nous saluer mais comme il n’y a plus de place dans notre voisinage trouvent à se caser un peu plus haut.

Les moules farcies ? Eh bien, comme prévu, délicieuses. L’ennui c’est que Misty n’a pas d’os à ronger ! Ce soir on échappe aux « zim, boum, boum » de la Feria, on n’en entendra pas le moindre écho. On peut donc échanger sans problèmes avec les camarades qui s’arrêtent à notre table pour nous dire bonsoir, nous serrer la main ou nous faire la bise.

On abandonne notre table pour faire de la place à un groupe nombreux qui vient d’arriver. On va retrouver Monique er Raymond à côté de qui des chaises libres peuvent nous accueillir. Raymond nous raconte sa généalogie ! C’est un récit original qui nous est fait ! On finit par lever le camp et rejoindre la voiture de Jean-Pierre. Il doit être quelque chose comme 23 h quand je rentre chez moi. La Feria proprement dire ? Je n’en ai pour ainsi dire pas vu trace ! Je ne vais pas m’en plaindre.

Jacques Cros

 

Les commentaires sont fermés.