Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 mai 2017

France Insoumise prendrai t elle la responsabilité de la division à Gauche ?

Voici donc la réponse des "insoumis" à la lettre (rubrique ci-dessous) de Nicolas Cossange à la proposition d'une réunion unitaire concernant le choix des candidats aux élections législatives pour l'Hérault. Le contenu et la fin de leur lettre sont clairs... c'est à Paris sous les fourches Caudines des "insoumis" que tout se décide !

 

" Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades,

Nous vous remercions pour votre engagement derrière Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise, et son projet L’Avenir en Commun, à l’occasion de l'élection présidentielle. Les résultats du premier tour étant tombés, je suis certain que nous partageons regret de n’avoir pas vu notre candidat se qualifier, tout autant que l’espoir de voir réussir nos idéaux et nos convictions au delà d’un simple témoignage.

 Depuis le printemps 2016, nous avons proposé, puis œuvré dans la construction du mouvement de la France Insoumise, allant dans la direction de la convergence des luttes, de la mobilisation citoyenne avec pour buts de rendre décisives les nouvelles formes de militantismes et la ré acception populaire de la politique – notamment à l’encontre des idées progressistes -.

La France Insoumise réunit à ce jour 520 984 citoyen-ne-s, engagés pour jeter les bases d’un rassemblement citoyen à la française, et ce peu importe s’ils sont « encartés » ou non dans une formation politique. Elle poursuit dans l’idée que la clé réside sur le mélange subtil visant à s’appuyer sur l’expertise et la diversité des expériences professionnelles, syndicales, associatives et politiques de l’ensemble de celles et ceux qui la composent.

L’espace politique de la France Insoumise, au carrefour de la République, de la démocratie directe et participative, de l’écosocialisme et de la planification écologique, propose à de nouvelles générations de citoyens de s’engager collectivement en politique et d’expérimenter de nouvelles pratiques. Nombreux sont celles et ceux qui nous ont rejoint pour un premier engagement politique ou qui ont retrouvé la voie du militantisme alors qu’ils avaient souvent été déçus par le passé.

En novembre 2016, lorsque nous avons appris les résultats des votes des militants du PCF et d’Ensemble, nous avons invité les membres de vos formations respectives à rejoindre un cadre commun, large et pluraliste, intégrant toutes les forces soutenant la candidature de Jean-Luc Mélenchon, le cadre de la France Insoumise. De la même façon, nous vous avons convié à participer aux travaux de nos groupes d’appui, aux assemblées ouvertes de circonscription en vue des élections législatives et de participer collectivement à la proposition et à la construction de candidatures pertinentes, pouvant constituer la future majorité de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée Nationale.

Concernant les investitures pour les législatives, nous avons proposé une charte explicite : « Nous devons donc construire notre campagne législative en cohérence totale avec la campagne présidentielle et pour cela avoir des candidats investis par la France insoumise dans toutes les circonscriptions, c’est à dire qui s’engagent à respecter la présente charte. (…) Dans notre vision de la révolution citoyenne que doit accomplir notre pays, le groupe des députés doit être entièrement au service de la mobilisation du peuple, l’éclairer, l’accompagner, la nourrir, porter sa parole dans l’hémicycle et par les votes. Il ne peut donc évidemment s’agir d’un groupe de député-e-s agissant selon leurs seuls choix personnels, ne rendant de compte à personne et ne respectant aucune discipline d’action collective. Nous refusons là aussi les tares de la 5ème République. De cette orientation générale nous tirons les leçons suivantes qui constituent la Charte à laquelle doit souscrire chaque homme et chaque femme candidat-e en notre nom. Celles et ceux qui accepteront cette investiture s'engagent à : soutenir Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle ; faire campagne sur le même programme national : « L’avenir en commun » ; se rattacher à l'étiquette politique « La France insoumise » lors du dépôt de candidature afin de participer à la totalisation des voix au niveau national ; se rattacher à l'association de financement « La France insoumise » lors du dépôt de candidature, ce qui inclut la possibilité d'accords de reversement entre cette association de financement et les candidats ou le groupement politique particulier qu’ils désigneront pour la première comme pour la seconde fraction du financement public, (…); siéger au sein du groupe qui sera constitué pour construire une coopération politique entre les députés de France Insoumise ou le mouvement auquel elle aura contribué à donner naissance si telle est la décision que nous prenons collectivement à l'issue des élections ; élire le/la présidente et le bureau du groupe ainsi constitué ; respecter la discipline de vote du groupe lorsqu’une décision collective a été prise conformément au programme l'Avenir en commun ».

Cette charte n’a semble t-il pas convenu ou convaincu une majorité au sein de vos formations politiques respectives et vous avez préféré axer le futur combat pour les législatives autour de la négociation, actant des divergences programmatiques, proposant des candidatures hors de ce cadre et proclamant une indépendance vis-à-vis du collectif souhaité et souhaitable. Nous sommes respectueux de l’histoire et de la culture de vos formations et regrettons que tout cela n’ait pas permis d’éclairer et d’accélérer l’inévitable recomposition du paysage politique. Tout le monde peut noter que nul citoyen en ce mois de mai ne sache l’existence de La France Insoumise.

Dans nos visées et dans les nouvelles pratiques et modalités d’investiture pour les élections législatives, il n’est pas prévu que des négociations s’effectuent entre formation(s) politique(s) et le nouvel espace qu’est la France Insoumise, que cela soit par département ou par circonscription, car les citoyen-ne-s ne veulent plus de la logique des cartels, ni même de celle « du partage du gâteau ».

Vous nous convier à nouveau localement à une réunion, dite de négociation, pour des « candidatures unitaires et pluralistes de la gauche antilibérale » aux législatives ce samedi 6 mai au local d'Ensemble 34. Vous n’êtes pas sans savoir que des négociations sont en cours cette semaine au niveau national et que des discussions se tiendront encore ce jour.

Pour l’ensemble de ses raisons, nous déclinons cette invitation. La France Insoumise ne participera pas à de telles négociations, localement.

Vous transmettant toutes mes amitiés progressistes et insoumises,"

Laurent Beaud
Membre du Comité électoral National de la France Insoumise

Les commentaires sont fermés.