Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 avril 2018

KARL MARX À BÉZIERS

2018 repas à thème du 6 avril2-001.jpg

29 novembre 2017

MARX, ENGELS, LÉNINE à BÉZIERS

Marx, Engels, Lénine : un combat d'actualité !

VENDREDI 8 DÉCEMBRE

 Repas à thème du Cercle Populaire Joseph Lazare présenté par Xavier Verdejo, ancien formateur national du PCF.

18h30 - 2 rue Voltaire, Béziers, pour ceux qui le souhaitent la soirée se terminera par un repas convivial (13€).

ATTENTION : La projection du film,le jeune Karl Marx, initialement prévue à la même date à la Barthe est reportée.

23 novembre 2017

BEZIERS - Crèche municipale lettre au sous-préfet

jean eiffel.jpg

img585 (2).jpg

30 septembre 2017

REPAS A THÈME DU 6 OCTOBRE

2017 repas á thème du 6 octobre_0001.jpg

11 août 2017

BEZIERS - FÊTE DE LA PLANTADE 2017 -PROGRAMME

afficheplantade.jpg

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

03 août 2017

feria de Béziers - bodega Cercle populaire

bkljombfeailpndl.jpg

20 mai 2017

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 6eme BÉZIERS

ass nat.jpg

AFFICHE 6EME HÉRAULT.png

17 mai 2017

FRONTIGNAN - FÊTE POPULAIRE

FETE.jpg

19 janvier 2017

PCF BÉZIERS - VOEUX ET ÉLECTIONS

2017 invitation voeux_0001.jpg

19 novembre 2016

BÉZIERS ET LA COMMUNE DE PARIS

bÉziers

03 novembre 2016

BÉZIERS - LA CULTURE HIER, AUJOURD'HUI, DEMAIN

Inbox.jpg

01 septembre 2016

FETE DE LA PLANTADE 2016

Midi libre Plantade.jpg

24 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE -BÉZIERS

aff plant.jpg

programme 1 definitif.jpg

beziers,fete de la plantade

programme3 definitif.jpg

19 août 2016

BÉZIERS : LA PLANTADE 2016 MALGRÉ R. MÉNARD !

fete de la plantade,bÉziersC'est le nom d'un agréable jardin public de Béziers, situé au bord de l'Orb, entre les quartiers populaires du Faubourg et du Four à Chaux. C'est aussi le nom que les communistes du Biterrois donnent à leur fête annuelle qu'ils tiennent sur le lieu, le premier week-end de septembre, pendant deux jours.

Une fête populaire, festive, ouverte au tissu associatif, gratuite. La Plantade marque la rentrée politique dans le Biterrois et attire outre les adhérents et les sympathisants, ceux qui s'intéressent à l'actualité politique. Depuis 1984, toutes les municipalités qui se sont succédées, de droite ou de gauche ont permis que la fête se déroule dans les meilleures conditions. Le Maire d'ultra droite en a décidé autrement. Il frappe à la caisse. Robert Ménard dit appliquer la loi. Mais la constitution reconnaît l'activité politique comme essentielle dans la vie du pays. Elle permet le financement des partis politiques par l'Etat. D'ailleurs ses amis politiques ne s'en privent pas.
L'attaque contre les communistes s'inscrit dans un parti pris idéologique dont témoignent les multiples affiches municipales promouvant les ténors du l'ultra droite. La publicité faite sur panneaux municipaux d'une messe aux arènes lors de la Féria, au beau milieu d'un quartier populaire habité majoritairement par une population issue de l'immigration, ne contrevient pas seulement aux principes de la laïcité, c'est une provocation.

La fête de La Plantade se fera sur un jour, le dimanche 4 septembre 2016. Elle aura pour thème : « Contre le terrorisme : paix, emploi, justice sociale ».

Aimé COUQUET, Conseiller municipal PCF-Front de Gauche - Béziers le 8 août 2016,

08 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE

 beziers,fete de la plantade

06 août 2016

BÉZIERS - UNE RAISON DE PLUS POUR LES DÉMOCRATES DE VENIR À LA PLANTADE

plantade marseillaise.jpg

05 août 2016

La 33e fête de la Plantade tarifée par la municipalité

Le maire de Béziers a adressé un devis au Parti communiste pour la première fois. Réaction des intéressés

Depuis 1984, elle est la fête qui ouvre septembre. Le premier week-end du mois, durant deux jours, le PCF de Béziers mêle débats politiques et convivialité au jardin de la Plantade. Pour cette 33e année, la donne n'est plus la même et cela agace évidemment les organisateurs. Jeudi matin, lors d'un point presse, le conseiller municipal et communautaire Aimé Couquet en tête, ils ont exposé les bouleversements de la municipalité Ménard. "Chaque année, nous adressons une demande à la mairie pour utiliser le jardin de la Plantade, demander les tables, chaises, sono... Le maire nous a donné l'autorisation, mais nous a présenté un devis." Total de la facture : 13 160,14 € la fête. "Depuis 33 ans, malgré toutes les municipalités successives, aucune ne nous a fait payer quoi que ce soit. Ni nous, ni aucun autre parti. C'est la première fois", ajoute Aimé Couquet se sentant particulièrement visé. Explications : "Il n'y avait pas jusqu'ici de tarification pour le jardin de la Plantade. C'est le 6 juin dernier qu'a été mis en place un tarif de location." Même si le PCF est le seul parti politique à organiser une fête au sein de la ville, il parle "pour montrer, par rapport à la vie démocratique et toutes les organisations politiques quelle qu'elles soient, comment Robert Ménard - comme pour l'ABCR pour laquelle il a été condamné - n'interdit pas, mais demande des frais importants."

706,65€ pour un jour de fête

Selon le parti, ce sont 3 000 personnes qui fréquentent ce week-end jusque-là gracieux. "Ce n'est pas une secte qui se réunit. L'entrée est gratuite et la fête est ouverte à tout le monde", renchérit Aimé Couquet. Qui trouve le devis exorbitant signé de la main d'un maire qui "veut exercer une pression politique sur un parti qui ne lui fait pas de concession". Quoi qu'il en soit, la décision est prise. Pour réduire les coûts et ne rien annuler, la fête a été concentrée sur la journée du dimanche. De ce fait, la mise à disposition du jardin et la journée de gardiennage de trois agents (majorée, car un dimanche) coûteront finalement 706,65 €. Le matériel sera directement amené par les camarades. "Elle aura lieu avec les mêmes objectifs que depuis 32 ans : que les Biterrois et bien d'autres participent à la rentrée politique, avance Paul Barbazange, secrétaire de la section de Béziers. Nous veillerons à ce que l'aspect festif reste le même et que le côté politique soit, disons-le humblement, meilleur que d'habitude." "Nous ne sommes pas les seuls (les Allées de la Démocratie sont concernées) et il faut que la population comprenne ce qui est en train de se passer. Au-delà de l'économie, il y a taxation supplémentaire des milieux populaires. On organise à notre façon la résistance", conclut le secrétaire.

MIDI LIBRE du 5 août 2016

21 juillet 2016

FERIA DE BÉZIERS 2016 - BODEGA du CERCLE POPULAIRE

beziers,feria de bÉziers

07 juillet 2016

MARCHE DE LA PAIX 2016

Invitation à l’édition 2016 de la Marche de la Paix.jpg

22 avril 2016

BÉZIERS 1er MAI

befjeeia.png

26 mars 2016

DEBAT "COMPANERAS"

eijfgddd.jpg

02 février 2016

BÉZIERS : Le point sur la situation à Gaveau – Jean Macé

Une réunion s’est tenue vendredi 29 janvier 2 de la rue Voltaire (Béziers) à l’initiative de la cellule des enseignants communistes du Biterrois pour poursuivre la réflexion sur un sujet abordé par d’autres structures. Une dizaine de personnes y ont participé.

Même si nous n’avons pas de certitudes sur le projet de la mairie de Béziers il semble qu’il y a une volonté de liquider ce groupe scolaire où sont scolarisés plus de 350 élèves. Quelle en est la raison ?

L’objectif est probablement à rapprocher d’une déclaration de Ménard qui souhaite évacuer les Maghrébins et les Gitans, en fait les gens en situation sociale défavorisée, du centre-ville. Contrairement à d’autres cités le centre historique de Béziers, le quartier Saint-Jacques, est occupé par une population en difficulté. Le projet de supprimer Jean Macé – Gaveau correspond sans doute à un moyen de lui faire quitter les lieux pour la remplacer par des gens plus aisés, dans un environnement qui serait à coup sûr restauré.

Que deviendraient les élèves si le groupe scolaire disparaissait ? On peut penser qu’ils seraient dispersés dans d’autres établissements de la ville, souvent éloignés et en tout état de cause pas vraiment en mesure de les accueillir. Peut-être même serait créée une école privée pour ceux qui auraient les moyens de payer ? Ainsi serait amorcé un processus d’abandon d’un secteur par des familles pauvres qui pour l’heure, compte tenu du prix modeste des loyers, lié à la vétusté de l’habitat, peuvent y loger

Quelques remarques s’imposent. Le site de Jean Macé – Gaveau est remarquable. Des travaux ont été réalisés pour améliorer les locaux de l’école. Plutôt que de chasser des gens en déshérence il serait préférable de les aider par une politique volontariste de sens opposé à celle qui est mise en œuvre.

On ne peut pas jongler impunément avec les écoles de la ville. Il nous semble que l’administration académique et rectorale a son mot à dire face à l’action préméditée de l’élimination du seul service public du secteur. L’école n’a pas les moyens à elle seule de résoudre les questions sociales mais elle est un élément fondamental de ce qu’il faut faire pour y apporter des réponses.

Il appartient à toutes les forces de progrès de se mobiliser pour prendre en charge la défense d’un groupe scolaire menacé par des choix qui tournent le dos aux besoins populaires. Le présent document se veut une contribution à cette mobilisation. Il complète le mécontentement recensé chez les professeurs d’histoire légitimement indignés du procès que leur fait le maire de Béziers sur la qualité de l’enseignement qu’ils dispensent !

Jacques Cros.

09 décembre 2015

NON AU FN ! OUI AU SOCIAL !

bÉziers,election regionales,cossange

01 novembre 2015

UN LIVRE AVEC LE SPF DE BÉZIERS

beziers,secours populaire

31 août 2015

LE TOURISME ET MÉNARD

img645.jpg

26 août 2015

BÉZIERS - PROGRAMME de la FÊTE de la PLANTADE

Programme fête 2015 A.jpg

Programme fête 2015B.jpg

Programme fête 2015 C.jpg

Programme fête 2015 D.jpg

 

22 août 2015

BÉZIERS - FÊTE DE LA PLANTADE 2015

Affiche fête 2015.jpg

13 août 2015

FÊTE 1900, POURQUOI MÉNARD CÉLÈBRE T-IL SA « BELLE-ÉPOQUE » ?

1900.jpg

Robert Ménard aime l'histoire, surtout quand il la réécrit. Après avoir débaptisé la rue du 19 mars 1962, date infamante pour l'extrême-droite et la bourgeoisie car elle marque la victoire de deux peuples (algérien et français) contre l'impérialisme et le colonialisme, il continue son passéisme révisionniste au travers de la « fête 1900 ». Au delà du concept même de cette fête foraine, animer le principal parc urbain de Béziers n'est pas une mauvaise chose bien au contraire, cette instrumentalisation de la soi-disant « belle époque » est au service de sa bataille idéologique rétrograde qu'il mène tambour battant depuis son investiture.

1900 pour Robert Ménard c'est « un tourbillon de sucre d'orge », un moment « féérique » (JDB n°11). Cette vision idyllique de la France d'avant-guerre, popularisée entre autre par les livres de Marcel Pagnol, et cette vision idyllique de l'époque faste de Béziers, est pour ce nostalgique de la France bourgeoise, blanche et catholique à la fois sa vision du passé et de l'avenir. Cette phrase tirée du Journal de Béziers l'illustre bien : ici le changement c'est jamais ! En cela le Maire de Béziers s'inscrit parfaitement dans la tendance actuelle réactionnaire selon laquelle « c'était mieux avant » ! Mais avant quoi ? Toute la question est là. Que cache cette volonté de l'extrême-droite, mais également de la droite et de la social-démocratie, d'oublier le XXème siècle ? Pourquoi réhabilitent-ils une « belle-époque » qui fut pourtant loin de l'être pour tout le monde ? Derrière l'écran de fumée Art Nouveau et sucre d'orge regardons pourquoi la réalité de cette période historique dérange les tenants du capitalisme qu'ils soient d'extrême-droite, sociaux-démocrates ou ultra-libéraux.

En avant-propos, ne nous leurrons pas 1900 c'est encore le XIXème siècle ! Pas dans les dates mais dans la réalité sociale et économique, le XXème ne commençant réellement qu'après la première guerre mondiale. C'est l'âge d'or de l'expansion capitaliste en Europe, en Amérique du Nord et dans le reste du monde qui est sous leur coupe. L'impérialisme et le colonialisme français asservissent l'Afrique (Algérie, Gabon, Moyen Congo, Madagascar), l'Asie (Indochine) et de nombreuses îles d'Océanie et des Antilles dont beaucoup sont encore des territoires d'outre-mer. Loin d'être une mission humanitaire ou « civilisatrice » pour reprendre les termes de l'époque, la colonisation d'une partie du monde par la France est au service de son capitalisme, pour ouvrir de nouveaux marchés tout en pillant les ressources naturelles des territoires conquis. Si l'esclavage est aboli depuis 1848, les peuples colonisés n'en demeurent pas moins des citoyens de seconde zone assujettis au code de l'Indigénat, étrangers dans leurs propres pays qui sont soit directement gérés par la France (départements d'Algérie) soit par des potentats locaux sous la coupe de l'administration coloniale (Maroc, Indochine). L'ordre est maintenu par la force militaire qui réprime férocement les volontés d'émancipation et qui n'hésite pas à mener des guerres contre les rares pays non-occidentaux libres qui refusent de se plier aux exigences du capitalisme mondialisé. Ainsi l'écrasement de la Révolte des Boxers (1899-1901) conduite par les 8 grandes puissances de l'époque (France, Royaume-Uni, Japon, Allemagne, États-Unis, Autriche-Hongrie et Italie) contre la Chine démontre que les déstabilisations d'États souverains de notre époque pour défendre ses intérêts économiques n'ont rien de novateur ! Elle démontre aussi que 15 ans avant la 1ére Guerre Mondiale, ses principaux belligérants savent s'unir quand leurs visées impérialistes sont menacées. L'excitation nationaliste qui conduira des millions d'européens à s'entretuer et que l'on nous ressert en 2015, permet de justifier à la lumière de ces événements la célèbre et juste phrase d'Anatole France « on croit mourir pour la patrie, mais on meurt pour les industriels ».

En France, 1900 est un période intense de lutte des classes. Derrière l'image d'Épinal de la haute bourgeoisie allant à l'opéra ou au parc, c'est une société profondément inégalitaire dont la majeure partie, la classe ouvrière et agricole, vit dans la misère et la pauvreté. Pourtant c'est aussi le moment où les exploités s'organisent, Robert Ménard ne le célèbrera pas mais 1895 c'est la naissance de la CGT ! Béziers d'ailleurs n'est pas en reste au niveau des luttes sociales. En 1907 la révolte des vignerons connait son paroxysme dans notre ville avec l'occupation des Allées Paul Riquet et la fraternisation des manifestants avec les troupes envoyées pour les réprimer. Il est pourtant peu probable que la guinguette qui anime la fête foraine ne joue l'Internationale, à l'instar de la fanfare militaire du 17éme régiment entrant crosse en l'air à Béziers ! Robert Ménard préfère sans doute les promenades de la bourgeoisie dans le parc Borelli de Marcel Pagnol aux luttes sociales des employées du commerce d'Émile Zola dans Le bonheur des dames! Et pourtant comment ne pas rapprocher leurs conditions et leurs luttes à celles que vivent les employés du commerce de nos jours, des sans-papiers parisiens aux salariés menacés des Galeries La Fayette à Béziers ? Et puis, si Ménard partage la vision romantique de Pagnol, il ne partage certainement pas ses positions anticléricales. 1905 c'est la loi de séparation de l'Église et de l'État dont l'esprit ne tolère pas la crèche dans la Mairie où la messe officielle en inauguration de la Féria et qui prône avant tout le respect de toutes les religions, loin de la stigmatisation permanente des musulmans à laquelle se livre le Maire !

Finalement, derrière la nostalgie de Robert Ménard des années 1900, c'est le rejet de ce qui a fait la France au XXème siècle qui se trame. Ce XXème siècle qui nait véritablement de la boucherie sans nom de la Première Guerre Mondiale et surtout de l'espoir engendré par la Révolution d'Octobre et la concrétisation politique des aspirations des divers peuples exploités d'Europe. Ce siècle qui verra, après une autre guerre mondiale, des résistants issus pour la majeure partie des exploités prendre une double revanche face au capital : conforter au travers du programme du CNR les avancées sociales déjà acquises en 1936 et construire dans un pays en ruine un modèle social fondé sur le salaire socialisé contre un capitalisme collaborateur qui avait préféré « Hitler au Front Populaire ». L'extrême-droite, dont Robert Ménard fait de Béziers un laboratoire, s'acharne aujourd'hui à briser dans les classes populaires cet esprit de conquête et de solidarité quand dans le même temps la social-démocratie et la droite détricotent méthodologiquement les acquis du CNR. La boucle est bouclée, le FN et l'extrême-droite montrent clairement à Béziers leur imposture sociale. Loin d'être contre le système ils en sont un pur produit. Comme dans les années 30 ils sont la solution pour un capitalisme empêtré dans une des plus graves de ses crises systémique pour briser tout élan et tout rassemblement populaire en créant la division chez les exploités. C'est une vraie Révolution réactionnaire que nous vivons en ce moment. Un recul de société sans précédent voulu par le capitalisme mondialisé qui montre une fois de plus qu'il n'hésitera pas à tous casser, mener toutes les guerres, économiques comme en Grèce et militaire comme en Ukraine, pour maintenir sa mainmise sur le monde. Heureusement des lueurs d'espoir existent : en Grèce justement, en Espagne ou en Amérique Latine. En France ce ne sera possible que si la jeunesse prend le combat pour son avenir à bras le corps, ce combat passe à la fois par la rupture avec le capitalisme et la lutte contre l'extrême-droite. Les deux vont de pair.

Nicolas Cossange

09 août 2015

BÉZIERS - FÊTEde la PLANTADE

bandeau P Laurent.jpg

02 août 2015

FERIA de BÉZIERS - BODEGA du CERCLE POPULAIRE JOSEPH LAZARE

Chers Amis,

Du mercredi 12 août au dimanche 16 août 2015, le Cercle Populaire Joseph Lazare nous informe qu'il tient sa traditionnelle bodega, moment de convivialité, de rencontres et d'échanges. Ce sera aussi pour les citoyens qui s'y rendront l'occasion d'aborder les sujets de l'actualité locale, nationale et internationale...

La Féria est bien entendu le symbole Biterrois de la fête, de la musique et du di­vertissement. Mais en parallèle, au 2 rue Voltaire, nous pourrons ensemble, débattre des combats à mener et ampli­fier notamment contre l’austérité, pour l’augmentation des salaires et des pensions. La Fête de la Plantade des 5 et 6 septembre 2015, aura lieu avec la participation de Pierre Laurent (secrétaire national du PCF) et sera le lancement des élections régionales de décembre 2015.

Tout cela en dégustant la sangria, les tapas et des plats aux parfums méditerra­néens...
Bonne Féria 2015 à toutes et tous.

Le secrétariat de la section du PCF de Béziers.

beziers,cercle populaire