Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 août 2018

BÉZIERS - FETE DE LA PLANTADE 2018

beziers,fete de la plantade

beziers,fete de la plantade

24 mai 2018

SAMEDI 26 MAI - BÉZIERS - MARÉE POPULAIRE

26maibeziers.jpg

09 avril 2018

Solidarité financière pour la lutte et la grève

DEUX MARIANE EFFEL.jpg

Solidarité financière pour la lutte et la grève : vous pouvez verser vos dons (chèques ou espèces) à l’ordre de l’Union Locale CGT de Béziers, précisez “solidarité Luttes”

23 novembre 2017

BEZIERS - Crèche municipale lettre au sous-préfet

jean eiffel.jpg

img585 (2).jpg

11 août 2017

BEZIERS - FÊTE DE LA PLANTADE 2017 -PROGRAMME

afficheplantade.jpg

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

20 mai 2017

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 6eme BÉZIERS

ass nat.jpg

AFFICHE 6EME HÉRAULT.png

17 mai 2017

FRONTIGNAN - FÊTE POPULAIRE

FETE.jpg

30 avril 2017

BÉZIERS - 1er MAI - 10H 30 - BOURSE DU TRAVAIL

1er mi.jpg

18 avril 2017

BÉZIERS ANTI-CAPITALISTE SUR LES ALLÉES !

paul riquet.png

14 avril 2017

VOTEZ JL MÉLANCHON

affichemelenchon.JPG

04 février 2017

BÉZIERS PCF - LEGISLA TIVES 2017

img483.jpg

 

19 janvier 2017

PCF BÉZIERS - VOEUX ET ÉLECTIONS

2017 invitation voeux_0001.jpg

05 janvier 2017

BEZIERS ET LA SNCF

Repas à thèmes du 13 janvier.jpg

03 janvier 2017

2017

voeux pcf.png

05 septembre 2016

Débat à l’édition 2016 de la fête de La Plantade

Photo Nicolas Cossange

Il a eu lieu par une chaleur étouffante ce dimanche 4 septembre en fin de matinée. Il y avait affluence, sans doute plus de cent-cinquante personnes. A la tribune avaient place Paul Barbazange, secrétaire de la section du PCF de Béziers, Nicolas Cossange, secrétaire départemental, Aimé Couquet, élu local, et Didier Le Reste membre du Conseil National de l’organisation. Comme c’est habituel cette initiative avait mobilisé amis et camarades du voisinage, immédiat ou plus lointain.

Aimé Couquet a d’abord rappelé les conditions matérielles nouvelles de cette 33ème fête de La Plantade. Elle s’est heurtée à une offensive du maire de la ville qui ne doit pas supporter sa traditionnelle popularité. Les militants avaient fait front et malgré les circonstances le succès a été une nouvelle fois au rendez-vous.

Paul Barbazange a rappelé le contexte socio-économique que connaît Béziers. Il a valeur d’exemple et le débat que nous allons avoir, avec les perspectives immédiates ou un peu décalées, avec les échéances électorales de 2017, nous interpelle.

Didier Le Reste a présenté une analyse de la situation politique soulignant la question de la paix qu’il faut relier aux tensions que crée la crise que nous subissons. Au passage il a dénoncé la place qu’occupe la France dans le commerce des armes et la diversion qui est tentée dans l’affaire du burkini et autres considérations non essentielles pour dévoyer les consciences sur ce qui es ten cause. Il mettra en exergue la réflexion souhaitée par la direction du parti communiste sur les élections présidentielles de 2017. A l’évidence la politique menée par la majorité actuelle n’est pas de gauche et met hors-jeu ceux qui la consuident. Les échanges qui suivront seront riches, divers, contradictoires parfois, toujours sereins. La situation au niveau des menaces pour l’emploi sera développée par Jean-Marc Biau de la CGT. Les risques de guerre seront l’objet d’un commentaire sur le retour de l’idéologie colonialiste qui l’accompagne avec son cortège de racisme, de xénophobie et d’islamophobie. La laïcité a été l’objet d’appréciations différentes. Pour les uns elle s’accompagne de la liberté de conscience et n’a pas dans le passé fait toujours la preuve de sa volonté de paix et de justice.

Quelle candidature aux présidentielles de 2017 ? S’il y a unanimité sur la condamnation de ceux qui nous gouvernent il n’y a pas accord sur ce qui doit l’emporter dans le choix d’un candidat. Pour certains il est déterminé par qui est susceptible de rassembler.et de gagner, pour d’autres il faut se saisir des circonstances et utiliser ce vote pour promouvoir l’idée de rupture avec un système social qui a fait son temps. Dans cette perspective on ne peut pas faire l’impasse sur la nécessité impérieuse de disposer d’un parti révolutionnaire qui corresponde aux exigences de l’heure a-t-il été affirmé par le dernier intervenant. La logique du profit source de nos misères doit céder la place à d’autres finalités.

Les échanges ont continué, le verre à la main, au moment de l’apéritif, pris au son de l’animation musicale de la fanfare Steel Band de Narbonne, qui a suivi ce débat. Un débat ouvert, porteur d’espérance. C’est que les difficultés de chacun sont insupportables à présent. Outre le risque de guerre, la question de l’emploi, du pouvoir d’achat, de la protection sociale… en sont les illustrations les plus graves.

Jacques Cros

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

33eme fête de la Plantade réussie.
Affluence énorme, des stands toujours plus nombreux, un bon débat, aprés celui de fin de matinée, l'après midi en soutien à nos camarades kurdes, les D-Mineur en concert toujours excellents...
Les communistes ont prouvé avec les biterrois qu'ils ne s'inclineraient pas devant les diktats de Menard. Maintenir la fête dans ces conditions était un défi, sa réussite démontre que la politique peut être populaire, festive et familiale.
Une fois de plus à Beziers, la fête de la Plantade aura placé la rentrée sous le signe de la paix, du progrès et du changement de société. Le succès de notre tombola / bon se soutien prouve que les biterrois sont nombreux à partager nos valeurs.

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

01 septembre 2016

FETE DE LA PLANTADE 2016

Midi libre Plantade.jpg

24 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE -BÉZIERS

aff plant.jpg

programme 1 definitif.jpg

beziers,fete de la plantade

programme3 definitif.jpg

19 août 2016

BÉZIERS : LA PLANTADE 2016 MALGRÉ R. MÉNARD !

fete de la plantade,bÉziersC'est le nom d'un agréable jardin public de Béziers, situé au bord de l'Orb, entre les quartiers populaires du Faubourg et du Four à Chaux. C'est aussi le nom que les communistes du Biterrois donnent à leur fête annuelle qu'ils tiennent sur le lieu, le premier week-end de septembre, pendant deux jours.

Une fête populaire, festive, ouverte au tissu associatif, gratuite. La Plantade marque la rentrée politique dans le Biterrois et attire outre les adhérents et les sympathisants, ceux qui s'intéressent à l'actualité politique. Depuis 1984, toutes les municipalités qui se sont succédées, de droite ou de gauche ont permis que la fête se déroule dans les meilleures conditions. Le Maire d'ultra droite en a décidé autrement. Il frappe à la caisse. Robert Ménard dit appliquer la loi. Mais la constitution reconnaît l'activité politique comme essentielle dans la vie du pays. Elle permet le financement des partis politiques par l'Etat. D'ailleurs ses amis politiques ne s'en privent pas.
L'attaque contre les communistes s'inscrit dans un parti pris idéologique dont témoignent les multiples affiches municipales promouvant les ténors du l'ultra droite. La publicité faite sur panneaux municipaux d'une messe aux arènes lors de la Féria, au beau milieu d'un quartier populaire habité majoritairement par une population issue de l'immigration, ne contrevient pas seulement aux principes de la laïcité, c'est une provocation.

La fête de La Plantade se fera sur un jour, le dimanche 4 septembre 2016. Elle aura pour thème : « Contre le terrorisme : paix, emploi, justice sociale ».

Aimé COUQUET, Conseiller municipal PCF-Front de Gauche - Béziers le 8 août 2016,

08 août 2016

FÊTE DE LA PLANTADE

 beziers,fete de la plantade

06 août 2016

BÉZIERS - UNE RAISON DE PLUS POUR LES DÉMOCRATES DE VENIR À LA PLANTADE

plantade marseillaise.jpg

28 juillet 2016

HÉRAULT - MARCHE DE LA PAIX

BITERROIS,hÉrault,bÉziers,paix,marche de la paix

20 juillet 2016

BÉZIERS - A PROPOS DU PRIX DE L'EAU :

 beziers,prix de l'eau à béziersRéaction d'Aimé COUQUET, suite à la polémique entre le maire de Béziers et le président de la CABM au sujet du prix de l’eau :
 
“Pourquoi cette polémique inutile sur la négociation de service public de l’eau et de l’assainissement de la Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée entre le maire de Béziers et le président de l’agglo ? Il aurait été plus rationnel et normal de mettre en place une régie publique pour rendre la gestion de l’eau au public, puisque l’eau est un bien commun. C’est cette position que je défends, avec l’association CARPE, depuis le début, malheureusement seul au sein de l’agglo. Pourtant une étude diligentée par la CABM avait démontré qu’avec une régie publique le prix de l’eau aurait baissé de 30 % minimum ! Alors, que fait-on ?”
 
Aimé COUQUET, Conseiller municipal et communautaire PCF

07 juillet 2016

MARCHE DE LA PAIX 2016

Invitation à l’édition 2016 de la Marche de la Paix.jpg

25 février 2016

BÉZIERS : PRIX DE L'EAU !

img857.jpg

07 février 2016

BÉZIERS - Après la COP 21

pcf beziers

Vendredi 5 février s'est tenu à Béziers la seconde des quatre conférences (débat publique) participant à la préparation du 37 ème congrès du PCF. En janvier le livre d'A Hayot : « Face au FN , la contre offensive » a été l'objet d'un examen fraternel et sévère, février vient de permettre une réflexion collective, animée par G. Le Puill sur la situation après la COP 21 (compte rendu analytique par J. Cros ci-dessous), le 4 mars nous permettra de recevoir B. Friot sur toutes les questions du devenir du travail et de sa sécurisation et le1er avril notre ami Ortiz sur les questions internationales et la mémoire communiste et républicaine en Espagne. Chacune de ces conférences fait l'objet d'un compte rendu adressé à la fédération de l'Hérault. Réunions de cellules et école de section compléteront ce programme.

Paul Barbazange

Après la COP 21

Le cercle populaire Joseph Lazare accueillait ce vendredi 5 février Gérard Le Puill, journaliste à L’Humanité, pour animer un débat sur les questions de l’écologie. Une cinquantaine de personnes y ont participé. Auteur de différents ouvrages, notamment « L’écologie peut encore sauver l’économie  », « Produire mieux pour manger tous d'ici 2050 et bien après » le conférencier a introduit la discussion par un rapport qu’il a situé dans la suite de la COP 21.

Pour Gérard Le Puill il y a eu volonté de la part de ses organisateurs de faire passer au premier plan les lois du marché, hypothéquant gravement la perspective de prendre en charge le problème majeur du réchauffement climatique. Il a développé les causes qui lui paraissent essentielles dans les dérèglements auxquels la planète est confrontée. Il a d’abord souligné les conséquences d’une augmentation prévisible de 3 °C de la moyenne des températures et souligné que 2015 a été l’année la plus chaude depuis que des relevés dans ce domaine sont effectués. Il a rendu responsable de cette situation la logique de la recherche du profit. Celle-ci amène à la concentration des industries et oblige les travailleurs à des déplacements quotidiens. La spécialisation des productions agricoles suivant les régions conduit à des transports importants qui sont nécessairement polluants.

Tout un chapitre a été consacré à l’énergie Deux aspects ont été l’objet d’une analyse, celui concernant l’amenuisement des réserves naturelles, celui des sources de production non polluante. A ce propos a été mis en exergue l’état des lieux qui ne permet pas de proposer n’importe quelle transition énergétique.

Le conférencier a ajouté à la responsabilité du système capitaliste la nécessité d’avoir d’autres conceptions au niveau de la consommation ou de la production agricole que celles qui nous régissent présentement. Il n’a pas craint d’évoquer une surconsommation qui entraîne la disparition des forêts cependant que le développement des villes conduit à la disparition des terres agricoles. Des méthodes biologiques peuvent être présentées comme une alternative aux cultures industrielles qui se sont mises en place. Le maraîchage de proximité en est un élément.

Les échanges qui ont suivi ont fait apparaître des interrogations. Les variations climatiques au cours de l’histoire de la Terre n’ont pas toujours été le fait de l’activité des hommes. La surconsommation ? Pas pour ceux qui sont au bas de l’échelle sociale ! Les transports ne pourraient-ils pas être moins polluants s’ils s’effectuaient par le rail plutôt que par la route ? Y a-t-il un risque de voir apparaître des réfugiés climatiques ? L’amenuisement des ressources naturelles n’est-elle pas aussi dramatique que le réchauffement climatique ? Un point d’actualité, celui des boues rouges rejetées à Marseille, a été l’objet d’échanges. Dans leur objectif de profit maximal, les entreprises ne font-elles pas le choix délibéré de négliger la qualité de l’environnement ? Le capitalisme n’est-il pas par nature source de désordres, l’illustration pouvant en être faite avec le transport du bois, coupé en Europe, jusqu’en Chine où on y fabrique des meubles qui reviennent ensuite chez nous ? La situation de pauvreté généralisée de couches de plus en plus larges de la population n’a-t-elle pas pour effet de contribuer à l’augmentation des nuisances de par l’incapacité à faire front ?

Gérard Le Puill a déclaré ne pas être hostile à la taxe carbone à condition que les dispositions soient prises au niveau européen et qu’elle serve vraiment à améliorer les choses, par exemple à isoler les logements de façon à restreindre les effets du chauffage.

C’était un repas à thème qui a alimenté la réflexion sur un point de l’ordre du jour qui figure au programme du 37ème congrès du parti communiste. Gérard Le Puill a dédicacé ses ouvrages avant que les convives passent à table pour déguster un tajine...

Jacques Cros

02 février 2016

BATAILLES ECOLOGIQUES

2016 02 05 Le puill COP 21 mail.jpg

29 janvier 2016

BÉZIERS - CONSEIL MUNICIPAL du 26 JANVIER 2016

Principales interventions d'Aimé COUQUET, Conseiller municipal communiste :

  • Contentieux Ménard c/Couderc et autres. Tribunal correctionnel de Béziers. Assistance dans le cadre d'une plainte-provocation à commettre une atteinte à la vie et à l'intégrité physique. Désistement de la commune de Béziers. Paiement des honoraires au cabinet Gilles-William Golnadel : J'ai demandé des précisions sur cette instance. Il s'avère que plainte a été déposée par le maire de Béziers suite à un article dont Raymond Couderc était l'auteur, paru sur les réseaux sociaux, suivi d'un commentaire litigieux qui ne lui appartenait pas. L'article et le commentaire ont disparu le lendemain. Les avocats des deux parties se sont rencontrés. Il s'en est suivi le désistement de la commune de Béziers. La décision du maire n°0004 du 6 janvier 2016 porte sur le paiement des honoraires de l'avocat de la ville soit au total 18.300 euros. C'est payer cher avec l'argent du contribuable pour aboutir à une farce. D'autant plus cher que ce même avocat avait été rétribué à hauteur de plus de 12.000 euros pour le procès en diffamation perdu par la ville contre le journal Midi-Libre.
  • Voeu portant rééquilibrage de l'offre commerciale : Robert Ménard considérant que le commerce du centre ville est l'alpha et l'oméga de son action municipale, présentait un projet de délibération mettant en cause le SCOT du Biterrois mis en place par le syndicat mixte qui a cette responsabilité : « Considérant que la commune de Béziers constate que cette volonté (revitalisation économique et commerciale de son centre-ville) est freinée par l'existence dans le SCOT du Biterrois, de dispositions illégales susceptibles de favoriser le développement anarchique du commerce en contradiction avec les objectifs de rénovation urbaine de la ville ». J'ai fait remarquer que je suis toujours étonné que ceux qui politiquement sont pour un commerce libre, sans aucune entrave, sont toujours les premiers, quand ça les arrangent à vouloir réglementer. Par contre, comme je n'ai pas le regard de Chimène pour la grande distribution qui a comme patrons les premières fortunes de France, je pourrai délibérer positivement dans le cadre d'un esprit de coopération avec les autres collectivités, sans qu'aucune ne soit piégée par ce nouveau document et que la notion de « dispositions illégales du SCOT » soit retirée du texte proposé. Un accord unanime a été obtenu.
  • Élagage des arbres surplombant le domaine public et maintien en état de propreté des trottoirs : Voici le début du rapport présenté par le Maire : « Il n'existe dans l'état actuel du droit aucune obligation légale imposant aux riverains de nettoyer le trottoir devant le pas de leur porte ». J'ai indiqué que cette délibération comporte des illégalités de nature à entraîner son annulation par le juge. Le Maire est seul compétent pour exercer les pouvoirs de police et non le conseil municipal. Même son arrêté, s'il s'appuie sur cette délibération, sera considéré comme illégal (Conseil d'Etat du 31 janvier 1997). J'ai ajouté que le contribuable Biterrois payait assez cher à travers la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères qui a été augmentée sous Raymond Couderc de 37 % et qui augmente encore pour se mettre à niveau dans le cadre de l'agglo. D'autant plus, que la recette dépasse de loin les besoins pour équilibrer le service de toute la filière du traitement des déchets. La différence est reversée à la commune dans le cadre de l'évaluation des transferts de charges transférées. Cela permet de payer du personnel pour nettoyer les trottoirs, de plus créer des emplois et non en supprimer. Par cette mesure, nous allons payer deux fois le nettoyage en impôts et en nature, sans compter les PV qui peuvent s'en suivre. Une fois de plus, Robert Ménard s'appuie sur son populisme pour flatter son électorat avec des mesures plus ou moins légales et souvent inapplicables. Il sera demandé au Préfet de déférer cette délibération au TA, pour en obtenir l'annulation pour des motifs tenant à sa légalité. J'ai été le seul conseiller municipal a ne pas adopter cette délibération.
  • Compteurs LINKY (ERDf) et GAZPAR (ENGIE) ainsi que pour l'eau (Lyonnaise des Eaux) : J'ai rappelé que les remplacements des compteurs ne peuvent se faire sans l'accord du propriétaire des lieux. La pose du compteur et la dépose de l'ancien sont gratuites mais le financement sera assuré par les consommateurs via le tarif des réseaux publics d'électricité et du gaz à raison de 1 à 2 euros par mois prélevés sur les factures d'électricité (coût 120 à 140 euros) sans oublier la contribution au service public de l'électricité qui est passé à 27 centimes d'euros par KW/H le 1er janvier 2016. Il y a aussi des raisons de santé publique. Les compteurs communicants bien que dits intelligents sont aisément piratables. L'installation massive de compteurs communicants est prétendue indispensable pour le développement des énergies renouvelables en France, mais l'installation généralisée de tels compteurs a été abandonnée par l'Allemagne, alors que ce pays développe beaucoup plus massivement des énergies renouvelables. Ces compteurs permettront aux opérateurs de recueillir d'innombrables données sur notre vie privée, utilisables à des fins commerciales mais aussi surveillance et de remise en cause des libertés publiques. Les compteurs actuels en service fonctionnent tout à fait correctement et que le non remplacement par des compteurs « communicants » ne pose aucun problème. Le but premier est-il de supprimer les emplois des agents qui relèvent les compteurs ? Pour terminer, les compteurs appartiennent aux collectivités locales qui les concèdent aux concessionnaires qui sont ERDF, ENGIE ou délégation de service public Lyonnaise des Eaux. Le conseil municipal peut donc délibérer pour le non remplacement des compteurs existants. C'est ce que j'ai demandé mais ma demande a été rejetée d'un revers de main. Étonnant non, pour un maire qui veut se déclarer anti-système ?

09 janvier 2016

VENDREDI 16 JANVIER

jcgdgdhd.jpg

04 décembre 2015

MARECHAL MENARD NOUS VOILÀ !

img778.jpg

01 décembre 2015

6 DÉCEMBRE

élections régionales,bÉziers