Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 juillet 2016

LA LUTTE CONTINUE !

tour eiffel,cgt

LA TOUR EIFFEL HABILLEE AUX COULEURS DE LA MOBILISATION.jpg

15 juin 2016

Interdiction des manifestations : François Hollande et le gouvernement perdent leur sang froid (Pierre Laurent)

casseursjpg.jpg

PCF - COMMUNIQUE DE PRESSE

Hier, un magnifique et puissant défilé des salariés et de la jeunesse a montré l'isolement du gouvernement sur la loi El Khomri. Son acharnement à imposer cette loi sans la rediscuter et sans majorité législative pose un grave problème démocratique.


En marge de cette manifestation, des bandes de casseurs ont de nouveau pu semer la violence en s'attaquant, notamment, à l'hôpital Necker. Le gouvernement utilise ces faits condamnables et que nous condamnons pour tenter de discréditer les manifestants et les syndicats organisateurs.
Avec les parlementaires communistes, présents sur le point fixe du PCF situé boulevard de Port-Royal, j'ai pu constater, une nouvelle fois, que ces bandes de casseurs agissaient à l'écart de la manifestation. Alors qu'ils sont parfaitement identifiés, pourquoi ne sont-ils pas interpellés et comment peuvent-ils continuer à agir à chaque manifestation ? Alors que les pouvoirs publics savent interdire aux hooligans d'accéder aux enceintes sportives, pourquoi ces bandes de casseurs peuvent, en toute impunité, venir semer le désordre et le chaos?

La menace d'une interdiction de manifester, exprimée ce jour par le chef de l’État et le premier ministre, est un signe extrêmement préoccupant de fébrilité dans un moment où, tout au contraire, notre démocratie et notre République doivent affirmer avec force leurs principes et leurs valeurs essentielles.

Nous appelons donc le pouvoir à ne pas perdre son sang froid, à reprendre la négociation et à agir pour assurer la sécurité des biens et des personnes et celle du droit de manifester. Le gouvernement ne peut se soustraire à ses responsabilités en s'attaquant à une liberté constitutionnelle qui permet de faire entendre dans l'unité et sans violence le rejet de la loi El Khomri.

Pierre Laurent
Secrétaire national du PCF - Paris, le 15 juin 2016

14 octobre 2014

JEUDI 16 OCTOBRE

Appel pour le 16.jpg

31 juillet 2014

BÉZIERS -SOUTIEN AUX PALESTINIENS

samedi.jpg

18 juillet 2014

BÉZIERS : SAMEDI 19/07 - 16 H POUR LA PALESTINE...

AFFICHE SAMEDI.png

07 février 2014

Le 6 février à Béziers

Thierry Desbruères (à gauche) s’adresse au directeur.

Thierry Desbruères (à gauche) s’adresse au directeur. (PIERRE SALIBA Midi Libre)

 La CGT avait proposé à ses militants et à ses amis un rassemblement ce jeudi 6 février au dépôt SNCF de Béziers. 200 personnes se sont ainsi retrouvées dans l’enceinte de cette unité.

Thierry Desbruères, le secrétaire régional de la fédération CGT des cheminots, a prononcé une allocution au cours de laquelle il a dressé un réquisitoire sévère contre la politique de management pratiquée par le directeur de l’établissement dans lequel étaient réunis les manifestants. Le dialogue social se réduit à s’en prendre à la CGT et à ses militants, à interdire ses prises de parole, à programmer la poursuite de la casse de l’outil de travail sur fond de méthodes autoritarisme qui enveniment les relations.

C’est toute une idéologie qui sous-tend les conceptions et les pratiques du ce directeur de l’unité technique comme si l’objectif final était d’en finir avec l’existence même du dépôt et pour cela avec toute velléité de résistance telle que peut la générer la CGT. Révélateur de ce point de vue est son comportement à propos de la restauration d’un wagon de la déportation, alors même que l’opinion publique distille les idées fascisantes qu’engendre la crise.

Le responsable de l’unité technique a certes eu le courage de tenter de réponde aux accusations qui ont été portées. Il n’a pas convaincu c’est le moins qu’on puisse dire quand plusieurs cheminots se sont ensuite exprimé pour dénoncer l’atmosphère qui règne dans l’entreprise.

Au passage d’ailleurs il a été souligné que les stages des personnels de direction se font sans souci d’économie ou de frugalité !

Vu de l’extérieur on a pu retrouver ce qui se passe ailleurs avec la politique d’austérité, au service du capital, que l’on cherche à imposer dans les entreprises et les administrations.On peut penser que nous sommes dans une situation métastable et c’est légitimement qu’il faut se demander combien de temps les choses vont rester en l’état avec qu’elles n’explosent.

La CGT appelait à signer la pétition refusant le démantèlement programmé du service public ferroviaire.

Jacques Cros

 

11 septembre 2013

BÉZIERS DANS L'ACTION 10/09/2013

Sur la journée du 10 septembre

 

Les médias nous ont rebattu les oreilles sur un succès mitigé de la journée du 10 septembre contre la réforme des retraites. Nous n’avons pas les moyens d’investigation qui nous permettent d’infirmer ou de confirmer ce qui s’est passé au plan national.

Par contre nous pouvons témoigner qu’à Béziers la mobilisation a été forte, supérieure à ce qu’elle avait été depuis des mois. 700 personnes à la manifestation qui a parcouru le circuit habituel en pareilles circonstances a estimé le journal Midi Libre. Des drapeaux nombreux, de la CGT, du parti communiste, quelques-uns de la FSU coloraient le cortège. La prise de parole de Patricia Barbazange, la secrétaire de l’Union Locale CGT, a été forte, convaincante.

Bien sûr on se prend à rêver que tous les mécontents de la politique antisociale du gouvernement descendent dans la rue. Et c’est vrai qu’à travers les retraites c’est tout l’édifice patiemment construit par le Conseil National de la Résistance qui est attaqué ce qui nécessite un crescendo dans l’action.

L’existence même du système de retraite par répartition est mise en cause par le patronat, le MEDEF et le parti socialiste à leur service. On peut craindre que la Sécurité Sociale ne soit dans le collimateur du capital qui s’est structuré au plan européen pour mieux imposer l’exploitation cruelle des travailleurs. Allant de pair avec cette logique on voudrait aussi à ce niveau que la France aille guerroyer en Syrie, comme elle l’a fait en Libye, en Afghanistan, au Mali et demain en Iran, en Corée ou ailleurs.

Si on refuse d’affronter l’impasse de la crise dans laquelle nous plonge un système capitaliste à bout de souffle on se condamne à la non-réponse aux problèmes auxquels nous sommes confrontés et à un mécontentement grandissant source de tous les risques.

La journée du 10 septembre a clarifié les positions des uns et des autres. Ceux qui refusent l’engrenage du déclin auquel on nous livre sont sur une orientation juste et ceux qui s’y soumettent portent une lourde responsabilité devant l’Histoire.

JC

06 septembre 2013

BÉZIERS 10 SEPTEMBRE - BOURSE DU TRAVAIL

 beziers,10 septembre,salaires,retraites,pcf,cgt,fsu,fo

- journée de lutte importante, pour les salaires, l’emploi, les retraites...

Rendez vous : MARDI 10 SEPTEMBRE 2013, 10 heures, devant la BOURSE DU TRAVAIL de BÉZIERS
 
Manifestation Départementale CGT-FO-FSU-Solidaires : 15 heures au Peyrou, à Montpellier.
 
Un bus partira de la Place de Gaulle à 13 heures – S’inscrire auprès de l’UL : 04 67 28 31 16

06 mars 2013

vidéo sur la tromperie du projet de loi sur le marché du travail (ANI)

Dans cette vidéo, diffusée le 24 février sur France 3, Anne Braun, juriste et conseillère de la CGT et Thierry Lepaon dirigeant de la CGT s’expriment sur le projet de loi sur le marché du travail.

http://www.cgt.fr/La-grande-braderie.html

 

ani,medef,cgt,fo,cfdt


18 octobre 2012

BEZIERS - HOMMAGE À MARCEL CAILLE

Béziers, jeudi 18 octobre 2012

Chère Janine,

Marcel n'est plus. Nous devrons nous y faire car avec sa vitalité physique et intellectuelle nous ne pouvions pas imaginer sa disparition. Nous partageons ton chagrin, celui de tes enfants, de tes petits enfants et de toute la famille. Nous vous exprimons nos sentiments de réconfort et d'amitié.

« Nous gardons de Marcel le souvenir de sa gentillesse, de son humanisme, le souvenir d'un homme de conviction toujours préoccupé de le faire patiemment partager, le souvenir d'un homme-militant ». Voilà ce que vient de t'écrire un couple de camarades et amis qui ont vécu avec lui une partie de sa vie militante. C'est un bel hommage auquel je souscris pleinement. Oui, c'est aussi cet homme que nous avons toujours connu depuis son arrivée à Valras-Plage : un passionné de la démocratie et du travail collectif, un communiste.

C'est cet engagement politique qu'il a choisi dans la droite ligne de son père martyr de la Résistance aux envahisseurs nazis et à leurs collaborateurs pétainistes. . En effet, Paul, son père, a été arrêté en mars 1941. Après un passage au camp de Chateaubriand, il a été déporté à Auschwitz où il est décédé. Pendant ce temps, Marcel se déplace avec sa famille. Il réussit à fuir le Service de Travail Obligatoire. Il participe et développe des actions de résistance.

De retour dans son département de l'Aisne, il subit de nombreux licenciements dans différentes entreprises. Il devient un militant syndical à responsabilité dans la CGT. Dont il devient par la suite secrétaire confédéral et membre du Conseil Économique et Social. Il a l'honneur de travailler avec Benoît Frachon, Georges Séguy et Henri Krasucky. Il mène de pair son engagement communiste. Il devient membre du Comité Central du PCF. Marcel considérait que c'était une grande richesse de prolonger la lutte syndicale par l'engagement politique. Cela lui a permis de développer la réflexion sur la démocratie, l'autogestion et la liberté.

Il écrivait, ces dernières années avant ce que l'on appelle la crise «...la construction capitaliste supranationale et le gigantisme des fortunes privées portent toute la responsabilité de la fracture sociale qui en s'affrontant dans la jungle de la guerre économique pour conquérir des parts de marché, pillent sans vergogne ni état d'âme, les richesses issues du travail et de la nature ». N'était-ce pas prémonitoire ?

Marcel était devenu un authentique intellectuel. Il a d'ailleurs écrit plusieurs livres réalistes , de réflexion syndicale et politique. En 1977 « Les truands du Patronat » et en 1978 « L'assassin était chez Citroën ». Toutes ces dernières années, il travaillait et avait écrit un livre de recherche sur les chemins conduisant à l'autogestion. Mais Marcel n'était pas un doux rêveur.

Je me souviens. Il s'est installé à Valras-Plage qu'il connaissait déjà puisque depuis de nombreuses années. Il venait, avec sa famille, camper les vacances d'été dans les vignes du camarade Emile Turco, Maire de Valras-Plage, situées entre la plage et le bas du camping de la Yole. Donc, ce n'était pas tout à fait un « estranger » qui nous arrivait. Marcel n'a pas perdu de temps pour s'intégrer à la vie de la commune notamment politiquement dans l'une des cellules du parti. Il a fait revivre une association d'anciens combattants l'ARAC. Il est devenu un temps conseiller municipal. Tout cela accompagné de contacts très humains avec toutes les couches de la population. Il participait à la vie. Je crois jusqu'à son dernier souffle, il n'a cessé d'analyser mais aussi d'intervenir. Par exemple, le 18mai 2007, il a écrit à Sarkozy pour dénoncer « la récupération politique de la mémoire de Guy Môquet(...)Je suis profondément choqué et écoeuré par votre comportement. Mon père, communiste était aussi incarcéré avec Guy Môquet au sinistre camp de Chateaubriand. L'opération de récupération que vous avez commise, ajoute-t-il, vise à faire croire que vous seriez le défenseur de tous les français sans distinction d'opinion. Vous espérez faire oublier que ce sont les forces capitalistes internationales et leur action, que vous soutenez, alors qu'elles sont seules responsables des malheurs de tous les travailleurs et des peuples de France et du monde entier ».

Voilà qui était Marcel, ce militant communiste passionné de la démocratie et du travail Collectif et bien fait, avec toujours une perspective car il disait parlant de la société capitaliste « Il n'y a pas d' empire qui soit éternel. Il n'y a pas de forteresse imprenable ».

Au nom du Parti Communiste Français et des communistes du Biterrois, je renouvelle à Janine, son épouse, à Annie et Sylvie, ses filles, à Gilbert et Jean-Marc, ses beaux-fils, à ses petits enfants et toute sa famille en ces pénibles moments, nos plus sincères condoléances et tous nos sentiments de réconfort et d'amitié.

Marcel, tu vas nous manquer.

Aimé COUQUET, Conseiller régional honoraire, Conseiller municipal communiste de Béziers

13 mars 2012

BÉZIERS : HOMMAGE DES CHEMINOTS CGT au RÉSISTANT PIERRE SÉMARD

SEMARD PHOTO.jpg

InterventiondeJean-MarcBIAU, syndicliste CGT-cheminots à la gare de Béziers mercredi 7 mars 2012

Chers Camarades,  

Il y a soixante-dix ans, le 7 mars notre camarade Pierre Sémard tombait à Evreux sous les balles d’un peloton d’exécution, sur décision de l’occupant nazi, après une succession de mesures répressives prises à son encontre. Avant même l’invasion de notre pays par ce que l’on appelait « la peste brune », c’est sur accusation du gouvernement français que Pierre SEMARD est condamné, le 6 avril 1940, à trois ans de prison, deux mille francs d’amende et cinq ans de privation de ses droits civiques, la direction de la SNCF d’alors accompagnant cette peine d’une révocation. Incarcéré d’abord à Bourges puis, transféré, au début de l’année 1942 au camp Gaillon dans l’Eure, il y sera pris comme otage pour être fusillé, le 7 mars 1942.  

C’est bien sûr, tout à la fois, le militant ouvrier convaincu de la luttes de classes, le Dirigeant syndical éminent, le communiste et le patriote que les auteurs du crime voulaient atteindre et ceux qu’il influençait.On sait ce qu’il en advint : au lendemain de l’annonce de son assassinat, la Tribune des Cheminots, journal édité alors dans la clandestinité, dont le titre existe encore aujourd’hui, publie sa dernière lettre :« Je meurs certain de la victoire sur les Fascistes et de la libération de la France. Dites à mes camarades cheminots que je les adjure de ne rien faire qui puisse aider les hitlériens. Ils me comprendront et m’écouteront, ils agiront, j’en suis sûr ».Son appel fut entendu.

Après des mois de résistance qui n’a cessé de s’amplifier et sous toutes les formes, les cheminots ont porté un coup terrible à l’occupant par la grève, le 10 août 1944, la seule grève dont on peut réellement dire qu’elle fut politique puisque « insurrectionnelle », la seule officiellement et annuellement commémorée, avec les honneurs militaires le 10 Août à l’Arc de Triomphe à Paris.Rappelons au passage que notre corporation paya un lourd tribut à la paix, à l’indépendance et à la liberté puisque 8935 cheminots y laissèrent leur vie et 15977 ont été blessés pour faits de résistance.

Unis par leur statut depuis 1938 les cheminots sont porteurs d’esprit de solidarité et de lutte, valeurs qui, dès l’occupation, structurent de manière prépondérante une conscience de résistance reconnue historiquement et politiquement. Ce même statut que les libéraux nous contestent au travers du récent rapport Grignon ou des conclusions des assises du ferroviaire.En témoignent les travaux d’historiens d’horizons divers et le fait que la SNCF fut la seule entreprise à se voir décerner la « Légion d’Honneur » et la « croix de guerre avec les palmes » pour son attitude pendant la deuxième guerre mondiale et son rôle dans la libération du pays.Le devoir de mémoire et de transmission de la connaissance des faits est indispensablepour lutter contre l’oubli et les révisions de l’histoire. Son nom restera à jamais lié à l’histoire de la corporation cheminote.

L’heure est encore à la résistance, mais aussi à la conquête de droits et acquis sociaux nouveaux et nous ne pouvons pas mieux conclure cet hommage à la mémoire de notre camarade qu’en réaffirmant notre volonté inébranlable de défendre ce pourquoi il a combattu jusqu’au dernier souffle.

Vous le savez, Sarkozy a annoncé il y a quelques semaines sa candidature à l’élection présidentielle. Nous avons mesuré combien cinq années peuvent être interminables quand l’hôte de l’Élysée et son gouvernement ultralibéral entreprennent une casse minutieuse de l’ensemble des piliers de notre société pour servir le MEDEF et la sphère financière. Avant d’achever son mandat, il se hâte d’imposer la TVA « antisociale », de détruire les droits des salariés, de faire ratifier un traité européen pour imposer « la règle de plomb » qu’il rêvait de voir graver dans la Constitution française.La direction de la SNCF applique les mêmes méthodes. Gel des salaires, suppressions et précarisation des emplois, fragmentation du paiement des retraites, mise en œuvre du jour de carence sans lever la mesure statutaire du quart de solde, passage en force sur la création d’une filiale travaux, privatisation de la maintenance essieux, sous-traitance et externalisation des charges de travail, hausse des loyers.

Avec cynisme et arrogance, nos dirigeants poursuivent cette destruction méthodique du service public SNCF, de l’entreprise publique et du statut des cheminots. L’approche des élections politiques ne doit pas nous faire baisser la garde, bien au contraire. Face aux attaques gouvernementales et à la politique de la direction de la SNCF, les cheminots ont toutes les raisons de ne pas mettre un voile pudique sur leurs légitimes revendications. Comme ils l’ont fait avec la CGT le 29 février, les cheminots doivent maintenir la pression sociale sur ceux qui nous gouvernent et nous dirigent. Le plus grand honneur que nous puissions rendre à notre camarade Pierre Sémard, comme à tous les cheminot(e)s résistant(e)s qui furent victimes de la barbarie nazie, est de poursuivre sans relâche leur combat, notre combat.

Aujourd’hui comme hier, notre devoir est de mener la bataille contre les idées nauséabondes de l’extrême droite, contre ceux qui entendent détruire les bases de notre société issues du Conseil national de la Résistance, contre ceux qui envisagent la fin de l’entreprise publique et du service public SNCF pour en faire un marché. Soyons donc les dignes héritiers de Pierre Sémard et de tous les résistants !

Notre camarade Paul BARBAZANGE, candidat PCF-FRONT DE GAUCHE participait à cette émouvante commémoration.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

07 février 2012

8 FÉVRIER 1962 – 8 FÉVRIER 2012 SOUVENONS-NOUS !

COMMUNIQUÉ DE LA SECTION PCF BÉZIERS

220px-GD-FR-Charonne006.jpg

 Il y a 50 ans le 8 février 1962 ,neuf manifestants* étaient massacrés au métro Charonne à Paris par des policiers de la 31eme division agissant sur ordre du sinistre Papon, préfet de police, pour disloquer « énergiquement » un cortège manifestant contre l'OAS, organisation d’extrême droite pro Algérie française...

 Cette manifestation, mise en place à l'initiative de la CGT, avec la CFTC, UNEF, SGEN, FEN et SNI ; le PCF, le PSU et le Mouvement de la paix associés à l'appel, faisait suite à dix attentats de l'OAS survenus le 7 février en région parisienne, ayant blessé grièvement plusieurs personnes dont une fillette de 4 ans habitant dans l'immeuble d'André Malraux, ministre de la Culture...

 La section PCF de Béziers rend hommage aux neuf victimes toutes membres de la CGT, dont huit membres du PCF. Cet hommage, à Béziers, est d'autant nécessaire lorsque son maire R. Couderc (UMP) refuse de faire retirer du cimetière neuf une plaque posée en hommage à quatre membres de l'OAS fusillés pour leurs crimes, et que le député de Béziers, E. Aboud (UMP) participe à tla plupart des manifestations des nostalgiques de l'Algérie française souvent initiées par d'anciens membres de cette organisation terroriste. Nécessaire aussi lorsque Nicolas Sarkosy vient d'élever Hélie de Saint-Marc, officier putschiste de 1962, à la dignité de Grand-Croix de la Légion d'honneur... 

* Jean-Pierre Bernard, 30 ans, dessinateur ; Fanny Dewerpe ; 31 ans, secrétaire ; Daniel Féry, 16 ans, apprenti ; Anne-Claude Godeau, 24 ans, employée PTT ; Édouard Lemarchand, 41 ans, menuisier ; Suzanne Martorell, 36 ans, employée à l'Humanité ; Hippolyte Pina, 58 ans, maçon ; Raymond Wintgens, 44 ans, typographe ; Maurice Pochard (décédé à l'hôpital), 48 ans.

metro charonne,oas,8 fevrier 1962,papon,raymond couderc,aboud elie,ump,pcf,cgt,unef,malraux

 

10 décembre 2011

BÉZIERS : PARENTS- ENFANTS SANS PAPIER (suite)

photo Midi Libre
Aprés une 3eme démonstration, mercredi dernier 7 /12 devant la sous préfecture de Béziers, le collectif, avec les familles s'est réuni mercredi soir. La proposition de se rendre

MARDI matin 13 DÉCEMBRE

devant le Conseil Général à Béziers a été confirmée. Il s'agit de demander àl'ensemble des élus et en premier lieu à leur président d'intervenir auprès du préfet et sous-préfet pour la régularisation des familles.
Retrouvons tous à partir de 8h dans la cour du CONSEIL GÉNÉRAL 173 av. Foch à BÉZIERS.

Collectif de défense des enfants de parents sans papiers :

ATTAC, ABCR, Appel des Cent, Amnesty International (groupe de Béziers), CIMADE, Le Point d'appui, Pastorale des migrants, LDH, FSU, SUD Education, CGT-Travailleurs sociaux, PCF, NPA, PS section Béziers sud, Parti de Gauche, FASE et des citoyens

pétition de soutien sur :http://www.sudeducation34.org/petitions/?petition=3
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

19 novembre 2011

LETTRE OUVERTE AU SOUS PRÉFET DE BÉZIERS

MERCREDI 23 NOVEMBRE rassemblement avec les familles devant la sous préfecture de Béziers

de 10 à 14 heures (conférence de presse à 10h 30)

Lire la suite

09 octobre 2011

PCF : TOUS ENSEMBLE MARDI 11 OCTOBRE

communiqué de la section PCF de Béziers :

"Face aux marchés financiers et aux actionnaires du CAC 40 qui dictent leur loi, face à un MEDEF qui se frotte les mains devant les cadeaux octroyés aux actionnaires et financiers et qui en demande encore plus, face à aux diktats de Bruxelles et aux mesures du gouvernement sarkozyste qui détruisent les acquis sociaux et démantèle notamment les services publics, le Code du travail… l’heure est venue de se lever contre cette politique caractérisée par la mise en place d'un plan d'austérité exonérant les nantis et d'envisager une autre politique économique et sociale...

La section de Béziers du PCF soutient cette journée d’action, appelle les biterroises et biterrois à participer au rassemblement syndical devant la Bourse du travail de Béziers MARDI 11 OCTOBRE à 11 heures 30 et après le succès du rassemblement à notre appel du mardi 4 octobre devant la sous préfecture contre l'austérité et pour la sortie du capitalisme, nous invitons communistes et sympathisants du Biterrois à affirmer leur présence (pancartes, drapeaux, slogans...) derrière la banderole départementale du PCF qui sera dans la manifestation de l'Hérault à Montpellier (départ 14 heures 30, place L. Blum)."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

07 octobre 2011

LYON : RÉPRESSION POLICIÈRE CONTRE UNE MANIFESTATION SYNDICALE

Trois blessées graves lors d’un rassemblement de salariés : Il nous faut des explications ! (CGT)

 Trois salariées ont été blessées lors de la manifestation à Lyon des personnels du secteur sanitaire et social non lucratif. Deux d’entre elles le sont gravement. Le pronostic vital de la responsable du syndicat CGT de la Clinique de la Mutualité de Saint­ Etienne est engagé.  Comment ne pas être profondément indignés par l’attitude des forces de l’ordre qui ont pris la décision de gazer les manifestants ?... Ce gazage, confirmé par le communiqué de la préfecture serait à l’origine du mouvement de foule qui aurait provoqué la rupture d’une grille au sol, entraînant la chute des trois salariées.

 Rien ne justifiait un tel déploiement policier ! Pacifiquement, les manifestants majoritairement des personnels de soins - protestaient contre la décision unilatérale de leur employeur, la FEHAP* de dénoncer leur convention collective de 1951 : ils demandent uniquement que leurs revendications, après l’échec de plusieurs mois de négociations, soient enfin prises en compte !

La CGT demande au Ministère de l’Intérieur des explications : qui a donné l’ordre de gazer ? Pourquoi une telle violence ?

 Nous appelons également les employeurs relevant de la convention collective Du 31.10.1951 à plus de respect envers leurs salariés et les représentants syndicaux, et à revenir sur leurs décisions en ré-ouvrant des négociations.

 La CGT et la Fédération de la Santé et de l’action sociale tiennent à témoigner leur soutien aux trois salariées concernées, à leur famille, à leurs collègues de travail, à leurs camarades syndicalistes.

 Communiqué de la CGT

Montreuil, le 6 octobre 2011

(*) Fédération des Etablissements Hospitaliers d’Aide à la Personne.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

05 juin 2011

L. RENAULT : FALSIFICATION DE L’HISTOIRE PAR FRANCE 2

Exigeons un droit de réponse


Le 2 mars 2011, Monsieur PUJADAS a présenté au journal de 20 H. de la chaîne publique de France 2, un dossier spécial intitulé « Louis Renault a-t-il collaboré avec l’Allemagne nazie ? » Ce dossier fut entièrement consacré à blanchir celui qui fut l’objet d’une confiscation de ses usines décidée par l’Assemblée Nationale le 15 novembre 1944 pour collaboration avec l’ennemi. L. Renault fut emprisonné et mourut en prison.

 Le 16 janvier 1945, Charles de Gaulle, soutenu par toutes les forces politiques et patriotiques de l’époque, signait une ordonnance instituant la nationalisation des usines Renault. Voici un extrait de l’exposé des motifs : « Alors que les livraisons fournies par la société Renault à l’armée française s’étaient montrées NOTOIREMENT insuffisantes pendant les années qui ont précédé la guerre, les prestations à l’armée allemande ont, durant l’occupation, été particulièrement importantes et ne se sont trouvées freinées que par les bombardements de l’aviation alliée des usines du Mans et de Billancourt."

La mairie de Boulogne sur ses panneaux publics consacrés à la mémoire des usines Renault rappelle d’ailleurs clairement ces faits historiques.

 L’initiative de M.PUJADAS et de la direction de France 2 est un outrage à la mémoire de tous les patriotes morts pour la France, de tous les salariés de Renault arrêtés, torturés, fusillés pour fait de sabotage et de résistance à l’intérieur comme à l’extérieur des usines Renault de Billancourt et du Mans.

Sollicités pour exiger un droit de réponse, les services de M. PUJADAS ont sèchement refusé. Nous appelons tous les démocrates de notre pays, tous les élus de la nation, tous les témoins et les associations d’anciens combattants, déportés, ou de fusillés, les historiens, syndicalistes et gens de culture à signer cette pétition

 

PÉTITION ÉLECTRONIQUE

 

Pour EXIGER DU GOUVERNEMENT ET DU MINISTRE DE LA CULTURE

ET DE L’INFORMATION, FREDERIC MITTERAND, un droit de réponse sur France 2.


http://combat.pagesperso-orange.fr/accue-fram.html

Louis Renault et A. Hitler

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

05 avril 2011

Communiqué Biterrois : « UN DÉBAT DE TOUS LES DANGERS... »

 

« En dépit de la dangereuse progression de l'extrême droite, en dépit de l'appel lancé par divers res­ponsables politiques, syndicaux, religieux, associatifs, intellectuels… en dépit du fiasco du précédent débat sur l'identité nationale, le débatsur la laïcité dont l'Islam est le véritable prétexte a lieu.

Nous, organisations locales, ATTAC Béziers, Association Biterroise Contre le Racisme, UL CFDT des Pays du Grand Biterrois, Union Locale CGT, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecolo­gique, Ligue des droits de l'Homme, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Parti Socialiste, Nouveau Parti Anticapitaliste et simples citoyens, déplorons et condamnons cette attaque inaccep­table contre la laïcité.

Nous avions condamné les dérapages multiples, les propos nauséabonds tenus par certains politiciens lors du débat sur l'identité nationale, nous dénonçons cette nouvelle initiative de l'UMP et du Pré­sident qui entretient l'actuel climat xénophobe et raciste, nous déplorons cette ambiance de discrimi­nation religieuse, sciemment développée au détriment de ceux de nos concitoyens qui se réfèrent à la religion musulmane.

Nous rappelons aux politiciens ayant un comportement trouble que même si, lorsque le climat social s'y prête et la forte abstention le favorise, le terrain islamophobe semble électoralement fertile, qui que ce soit qui y sème, c'est toujours le Front National qui récolte.

Nous exhortons les Biterrois à ne pas tomber dans le piège de la stigmatisation et du racisme en leur rappelant que ce piège a conduit l'humanité au bord du gouffre au siècle dernier et avait provoqué le « grand masèl » (la grande boucherie) de 1209 lorsque les croisés du pape avaient massacré toute la population de notre cité.

Nous invitons au contraire les Biterrois de toutes origines, qu'ils se réfèrent ou non à une confession, à témoigner leur envie de vivre-ensemble et leur fraternité. Ils pourront le faire en se prononçant fa­vorablement les 13 et 14 mai prochain pour le droit de vote des résidents étrangers aux élections lo­cales lors de la votation citoyenne organisée par la Ligue des droits de l'homme et déjà soutenue par les organisations locales : ATTAC Béziers, l'Association Biterroise Contre le Racisme, l'UL CFDT, l'Union Locale CGT, la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique, le Parti Communiste Français, le Parti de Gauche, le Parti Socialiste et le Nouveau Parti Anticapitaliste.

Nous appelons tous les responsables politiques locaux et tous les responsables des organisations de la société civile à se joindre à notre appel pour les 13 et 14 mai 2011 (informations suivront). »

Béziers le 4 avril 2011

05 mars 2011

FICHAGE ADN du CATALAN PH. GALANO (17/03/11)

15 jours avant le procès du militant CGT Philippe Galano à Perpignan (17 mars à partir de midi devant le  palais des Congrès de Perpignan pour une marche vers le palais de justice à 12h30), un député communiste, Pierre Gosnat souhaite relancer le débat sur le fichage génétique des syndicalistes. L'affaire de l'ADN de M. Galano dépasse désormais les limites des Pyrénées-Orientales.

Le mardi 1er Mars s'est tenue à Paris une conférence de presse organisée par le député communiste Pierre Gosnat, en présence de Jean-Claude Vitran, dirigeant de la Ligue des droits de l’Homme, Philippe Galano, militant CGT des Pyrénées-Orientales et Nicolas Garcia, secrétaire départemental du Parti Communiste dans le même territoire. Le thème en était le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). L’un des objectifs était de sensibiliser sur le cas de Philippe Galano, qui devrait refuser de se soumettre aux tests ADN, avant sa prochaine convocation judiciaire. En effet, ce dernier a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende pour "séquestration" dans une affaire, remontant à 2003, qui l’oppose à la direction des Autoroutes du sud de la France (ASF). Or, suite à cette condamnation, M. Galano devrait être inscrit au FNAEG, chose qu’il rejette et assimile à la criminalisation du mouvement syndical.


Le mercredi 2 mars 2011, à l’occasion des questions au gouvernement, M. Gosnat, également maire d’Ivry-sur-Seine, a pris la parole à l'Assemblée Nationale, pour questionner le Ministre de la Justice sur l’élargissement du champ de fichage génétique en vigueur depuis 2003. Le parlementaire, qui avait déposé en septembre dernier une proposition de loi afin d’interdire le prélèvement ADN des militants associatifs et syndicaux, en à profité pour rappeler le cas de Philippe Galano. Le Garde des Sceaux, Michel Mercier, n’a pas semblé très compatissant, et a alors rappelé que tous les citoyens étaient égaux devant la loi. Cette réponse ne satisfait pas les partisans de Philippe Galano.

 Le jeudi, 3 mars le député a rétorqué au Ministre, par blog interposé: "il oublie cependant de mentionner que les seuls actes non inclus dans le champ du fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), sont les crimes et délits financiers". Cette affaire reste à suivre, car le procès de Philippe Galano est prévu le 17 mars au Tribunal de Perpignan. L'intéressé, également conseiller municipal de Cabestany, risque de 12 à 24 mois de prison ferme, et jusqu'à 30.000 euros d'amende pour avoir refusé le prélèvement ADN. Ce procès, qui devait se tenir le 29 décembre dernier, avait alors été l’occasion d’un rassemblement de soutiens du syndicaliste. Cette fois, des dirigents parisiens de la CGT devraient faire le déplacement en Pays Catalan.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

28 janvier 2011

Monsieur le Ministre vous n'êtes pas le bienvenu à Béziers!



COMMUNIQUÉ PCF BÉZIERS:

UN FOSSOYEUR DE LA SANTÉ PUBLIQUE À BÉZIERS

"La section du PCF de Béziers dénonce l'opération de propagande médiatique devant se dérouler samedi 29 janvier, opération organisée pour le Ministre de la Santé, Xavier Bertrand se rendant à Béziers pour participer à l'inauguration de l'extension de l'Hôpital.
Si nous pouvons être satisfaits de cette extension, il faut que les choses en matière de santé soient claires. En effet, la casse du service public de santé continue de plus belle, sans oublier les attaques contre la sécurité sociale avec de moins en moins de remboursements des soins... Casse et attaques qui profitent de plus en plus au secteur privé (cliniques, assurances...).

Dans tout le pays, les fermetures de services hospitaliers, de maternités, de dispensaires deviennent dramatiques pour les salariés, les retraités, les jeunes, les précaires... Le manque de personnel: urgentistes, infirmières, aides-soignantes... est généralisé. L'hôpital de Béziers est frappé par la mise en place d'une gestion de plus en plus comptable avec la mise en place des Agences Régionales de Santé. De plus en plus de personnel relève d'un statut précaire (environ 300 personnes à Béziers).

A travers les déremboursements des médicaments et des soins, l'augmentation continuelle des cotisations des mutuelles, pour ceux qui peuvent en avoir une, les délais des consultations et des opérations... bien se soigner devient un luxe intolérable que nous dénonçons et combattons.

C'est pour cela que nous soutenons l'initiative d'accueil à 14h 45 à l'Hôpital de Béziers organisée par la CGT. Monsieur le Ministre vous n'êtes pas le bienvenu à Béziers!"

27 janvier 2011

MONTPELLIER: Criminalisation du mouvement social!


Grande mobilisation   ce matin devant le palais de justice de Montpellier. Environ 200 personnes étaient présentes pour soutenir les quatre lycéens et l'étudiant appelés à comparaître devant le délégué du procureur de la République pour un rappel à la loi.
Le 9 novembre dernier, ils avaient été interpellés de manière musclée pour entrave à la circulation. Les policiers les avaient alors détenus pendant sept heures, sans prévenir leurs parents immédiatement. Déclenchant l'émoi aussi bien chez les parents d'élèves que chez les politiques et les syndicats. Ces deux derniers reprochant à l'État de casser le mouvement social en s'en prenant aux jeunes.

Pour faire entendre leurs voix, un appel intersyndical avait été émis. Les militants y ont massivement répondu : FSU, CGT, FO,CFDT, Unsa, Unef et FCPE. Plusieurs partis politiques étaient également représentés : Parti de gauche, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti communiste. Face à la mobilisation, le palais était fermé au public, les entrées étant filtrés par quatre policiers.

« C'est un retour de bâton scandaleux. À travers ces jeunes et ce contre quoi ils luttaient(la réforme des retraites, NDLR), ce sont tous les salariés qui sont touchés », déclare Mathieu Marchal, militant FO et ancien professeur de Sophie, l'une des quatre élèves. Sophie qui était la première arrivée, ce matin. Et qui visiblement connaît bien son comité de soutien et n'a pas peur de s'exprimer : « Tout cela, c'est beaucoup trop ! On veut faire de nous un exemple ! »
Patrick Dhainaut, porte-parole de la CGT, complète : « C'est une façon de dire aux jeunes : 'restez chez vous. Sinon, voilà ce qui peut vous arriver'. Nous, nous sommes là pour à la fois soutenir les jeunes et protester.»

Presque trois mois après les faits, le soutien et la détermination des différents acteurs ne faiblit pas. Et n'est pas près de faiblir.

Sébastien HOMBLE-LEURQUIN Midi Libre du 27/01/11

21 janvier 2011

MONTPELLIER : ALERTE DÉMOCRATIQUE

Cinq jeunes (4 lycéens, un étudiant) de Montpellier ont étés arrêtés pendant la mobilisation face à la réforme des retraites proposée par le gouvernement. Ce jour là, la coordination lycéenne avait décidé de distribuer des tracts appelant à la mobilisation des citoyens sur l'avenue Pierre Mendès France.  Alors que nous filtrions la circulation (pas très importante) afin de toucher une grande partie de la population, nous avons vu arriver la police. Plusieurs policiers sortent des voitures et arrêtent 5 camarades. Scandalisés par ça et voyant le dialogue avec les forces de l'ordre bloqué, nous partons protester devant le commissariat central, ici, les policiers nous ont promis la libération de nos camarades à 14h. Or, leur libération n'interviendra que vers 19h.


Ces 5 jeunes devaient passer au tribunal en décembre, mais cela n'a pas été possible à cause de... la grève des personnels juridiques !

Ils passeront donc le mercredi 26 janvier à 9h00 au nouveau Palais de justice - TGI (place P. Flotte, près du Peyrou).

Il est très important de venir les soutenir, si distribuer des tracts est interdit où va la France.

appel de la CGT, UNSA, FO, FSU, CFDT, Solidaires, FCPE, UNEF, UNIL, PCF,Jeunes Communistes...

(la section PCF de Béziers solidaire, s'associe et diffuse cet appel)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

29 décembre 2010

PERPIGNAN: Non aux prélèvements ADN imposés aux militants!

 

Entre 150 et 200 personnes ont répondu ce mercredi 29 décembre à l'appel pour accompagner notre camarade Philippe Galano devant le tribunal correctionnel de Perpignan où il était convoqué pour avoir refusé le prélèvement ADN que l'autorité tente de lui imposer après sa condamnation sur plainte patronnale au sujet d'une manifestation ayant eu lieu en 2003. Avec le risque de révocation d'un sursis antérieur, c'est une condamnation à 3 mois de prison que notre camarade affronte dans l'intérêt de tous, de nos libertés syndicales et d'actions et contre le fichage policier. Cette action solidaire en pleine "trève des confiseurs" alors que l'on savait que l'audience serait reportée permet de bien mesurer le potentiel de mobilisation existant pour l'audience renvoyée au jeudi 17 Mars 2011.

Parmi les manifestants on reconnaissait plusieurs maires et adjoints communistes des P.O. ceints de leurs écharpes ainsi que le député-maire PCF d'Ivry, (Val de Marne) ainsi qu'ne délégation de la section du PCF de Béziers. Les représentants de la CGT, de la FEN, de la CFTC se sont adressés aux manifestants pour les encourager à continuer la bataille de solidarité et le combat contre toute criminlisation de l'action syndicale et citoyenne. Le secrétaire départemental du PCF a rappelé la dureté de l'affrontement de classe et la volonté sans cesse mise en oeuvre  par Sarkozy de durcir toutes les lois répressives à l'encontre de quiconque ose relever le tête.

Le député d'Ivry, Gosnat , est intervenu en tant que premier signataire au nom du Groupe Communiste à l'Assemblée Nationale d'une proposition de loi excluant de la procédure de prélèvement ADN toute personne mise en cause dans le cadre d'une action citoyenne, politique ou syndicale. Il a fort opportunément rappelé que de 30.000 prélèvements en 2002, date d'effet de la loi, on est allègrement passé à 1.300.000 en 2010. Ce qui signifie un fichage biologique d'une part importante de la population bien au delà de la délinquance sexuelle invoquée initialement.

Enfin, Philippe Galano très ému, a terminé par une brève intervention rappelant que depuis 2003 il est, comme sa famille, en permanence sous le coup de procédures, de descentes de police à son domicile, de convocations devant les tribunaux. Son licenciement des ASF (Autoroute Sud de France) lui avait aussi été notifié un 29 décembre, date que les forces de répression semblent affectionner.

Rendez- vous est donc pris pour l'audience du 17 mars en se donnant des objectifs de mobilisation et de solidarité élevés, et pourquoi pas l'abandon des poursuites dès avant cette date.

Jour pour jour pour le 90 eme anniversaire de la création du PCF à Tours en 1920, l'Internationale, par excellence chant de solidarité des exploités, a retenti sur les marches du Tribunal CorrectionnelI de Perpignan.

Paul Barbazange secrétaire de la section du PCF de Béziers

27 décembre 2010

NON AUX PRÉLÈVEMENTS D'ADN!


COMMUNIQUÉ DE LA SECTION PCF de BÉZIERS


Il ne peut y avoir de trêve des confiseurs pour les liberticides!

Le 29 décembre à 8h 30 du matin Philippe GALANO, militant CGT, est convoqué au tribunal correctionnel de Perpignan pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement ADN. Cette situation fait suite à une condamnation à 3 mois de prison avec sursis pour avoir « séquestré » la direction générale des Autoroutes du Sud de la France le 3 juin 2003 à Narbonne. Une action qui faisait suite au licenciement de 4 syndicalistes dont Philipe GALANO était partie prenante pour avoir « organisé » une manifestation piétonne sur l’emprise autoroutière à la hauteur de Perpignan Nord; action  dans le  contre la privatisation des autoroutes et contre le projet Fillon sur les retraites...

A travers ces poursuites judiciaires, c'est la stigmatisation comme des délinquants de militants dans l’exercice de leur responsabilité. Elles marquent au fer rouge les syndicalistes et au delà toutes actions citoyennes  En les privant de leur liberté d’action dans de lourde condamnation c’est l’ensemble des citoyens que l’on vise. C’est une attaque d’une gravité extrême à l’encontre des droits et libertés individuels.

Contre ces poursuites,  la section du PCF de Béziers organise un co-voiturage pour se rendre à Perpignan MERCREDI 29 DÉCEMBRE:  rendez vous à 6 h 45 sur le parking BÉZIERS SORTIE OUEST.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

06 décembre 2010

interdire le fichage génétique des militants syndicaux...

déclaration de Philippe Galano:

NON je ne me soumettrai pas !

Le 29 décembre à 8h 30 du matin je serai traduit devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour avoir refusé de me soumettre à un prélèvement ADN. Cette situation fait suite à ma condamnation à 3 mois de prison avec sursis pour avoir « séquestré » la direction générale des Autoroutes du Sud de la France le 3 juin 2003 à Narbonne. Une action qui faisait suite au licenciement de 4 syndicalistes dont je faisais partie pour avoir « organisé » une manifestation piétonne sur l’emprise autoroutière à la hauteur de Perpignan Nord. Nous étions alors en grève reconductible contre le projet Fillon sur les retraites. La CGT asf, luttait en même temps contre la privatisation du secteur autoroutier.

Cette condamnation lourde de conséquences vise l’action syndicale des femmes et des hommes dans les luttes sociales et dans les entreprises. Elle remet en cause leur indépendance, le fondement même de l’engagement de chacun. En les stigmatisant comme des délinquants dans l’exercice de leur responsabilité, elle marque au fer rouge les syndicalistes. En les privant de leur liberté d’action dans de lourde condamnation c’est l’ensemble des salariés et du mouvement social que l’on vise. C’est une attaque d’une gravité extrême à l’encontre des droits et libertés individuels.

Alors qu’il était ministre de l’intérieur en 2005, Nicolas Sarkozy a élargie l’obligation du test ADN à presque toutes les infractions, y compris aux gardes à vue. Sous l’appellation « lois de sécurité intérieure », ce n’est rien d’autre qu’un prétexte pour atteindre les mobilisations sociales et tous ceux qui résistent à sa politique. Une loi indigne qui stigmatise les syndicalistes comme des criminels en puissance. Un amalgame dangereux et intolérable pour quiconque s’engage dans une responsabilité syndicale. Maintenu pendant 7 ans en procédure correctionnelle, ayant perdu mon emploi et par conséquence mes responsabilités nationales à la fédération CGT des transports, bien qu’affecté personnellement par cet acharnement, c’est au titre de mes engagements syndicaux et politiques que je me retrouve devant des juges le 29 décembre prochain. C’est à ce titre que je crois juste de refuser de me soumettre à ce prélèvement ADN, cela quelles que soient les conséquences.

Philippe Galano, responsable du Parti communiste et de la CGT.

Pierre Gosnat: député, avec le groupe communiste et républicain, a déposé le 20 septembre 2010 en commission des lois de l’assemblée nationale, une proposition de loi n°2795 visant à interdire le fichage génétique des militants syndicaux.

voir aussinotre rubrique du 3/12 : LOPPSI 2: LIBERTÉS EN DANGER...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

02 novembre 2010

6 NOVEMBRE: TOUS DANS LES RUES!

TOUS CONCERNES !
TOUS MOBILISES !
NOUS NE VOULONS PAS DE CETTE REFORME
JOURNEE D'ACTION : SAMEDI 6 NOVEMBRE 2010
MANIFESTATION UNITAIRE A BEZIERS :
DEPART : 10 heures - BOURSE DU TRAVAIL

18 octobre 2010

BEZIERS / RETRAITES: un conseil municipal annulé!


Le 18 octobre, une trentaine de militants du PCF, du NPA et de la CGT de Béziers ont réussi à annuler la séance du Conseil Municipal de cette ville présidé par R. Couderc, sénateur UMP, et son adjoint E. Aboud, député UMP.

Dés l'ouverture de la séance, le conseiller municipal communiste Aimé Couquet (PCF, NPA et citoyens) interpellait le sénateur-maire pour lui demander de ne pas voter au sénat le projet de loi sur les retraites et d'entendre ainsi les milliers de Biterrois qui manifestent depuis plusieurs semaines. Au même moment, le public s'est levé en brandissant des pancartes: "R. COUDERC: NE VOTEZ PAS LA LOI CONTRE NOS RETRAITES" et "RETRAITE TAUX PLEIN 60 ANS"  et réclamant à haute voix le retrait du projet...

Au bout de 45 minutes, l'arrivée en nombre des forces de police n'arrêtant pas la détermination des manifestants, il ne restait plus au Maire de Béziers qu'à lever la séance et la reporter à un autre jour... "Ce n'est qu'un au revoir Couderc, ce n'est qu'un au revoir..." cloturait cette fin de journée.



12 octobre 2010

BEZIERS 12 octobre: TOUJOURS PLUS

DSCF5036.JPG
C'est autour de 12 000 Biterrois (plus que le 02/10) ayant répondu à l'appel de l'intersyndicale avec le soutien d'un appel du PCF, du NPA, du PG, d'ATTAC et de la FASE qui ont défilé dans les rues de Béziers, rejoint par plusieurs centaines de lycéens et d'étudiants.

Tous les secteurs étaient en nombre: public, privé, retraités, sans emploi, jeunes... pour exiger le retrait de la loi cassant la retraites à 60 ans!

Il est donc à parier qu'il y aura encore beaucoup de monde dans la rue le samedi 16 octobre!

DIAPORAMA de la manifestation du 12 octobre à Béziers en cliquant sur : http://www.lepost.fr/perso/pcf-beziers/

23 septembre 2010

23/09, BÉZIERS... MIEUX QUE LE 7 septembre!!

Environ 10 000 Biterrois ont défilé dans les rues de Béziers à l'appel de la CGT, FSU, CFDT, UNSA, Solidaires, SUD, FO, CFTC... De nombreux communites et sympathisants de la section du PCF de Béziers avec pancartes et drapeaux étaient là. Un appel au retrait de la loi et à de véritables négociations avait été lancé par le PCF le 20/09 (voir plus bas sur ce blog)

diaporama de photos sur en cliquant sur :http://www.lepost.fr/perso/pcf-beziers/

17 septembre 2010

SAMEDI 18 Septembre devant le Polygone Beziers avec les salariés de France Télécom

PCF SECTION de BÉZIERS

Nous venons de recevoir cette information des salariés de la boutique France Télécom
de Béziers et appelons à les soutenir dans leurs actions:


"Dans la bonne humeur, mais beaucoup de sérieux et de détermination, les salariés
de la boutique France-Télécom  de Béziers en grève illimitée vous proposent
un rassemblement le  SAMEDI 18 SEPTEMBRE
devant l'entrée du Polygone de Béziers à partir de 10h du matin, jusqu'à ???
Ils ont besoin du soutien de tous.

Leurs revendications :

- le respect des accords locaux sur le temps de travail , leur condition de travail,
le respect de leur vie privée, les emplois, les salaires, les retraites... et bien sur le
respect des services dus aux usagers.
Que de bonnes raisons pour être nombreux Samedi 18 sept devant le polygone."

734_O401LUN.jpg