Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 juin 2017

HÉRAULT - MICHEL CAPRON "VIRÉ" !

michel Capron vire.jpg

03 décembre 2012

Biterrois : un débat sans vainqueur entre quatre candidats aux législatives

 

 

Aux électeurs de trancher.
Aux électeurs de trancher. (© D.R)

France 3 Languedoc-Roussillon a réuni, hier sur son plateau à Montpellier, les candidats du PS, de l'UMP, du FN et du Front de gauche. Chacun a campé sur ses arguments.

Le débat qui a réuni quatre des sept candidats à la législative partielle, hier matin, sur France 3, n’aura probablement pas permis de bouger les lignes.

Paul Barbazange : "je lutte avec les ouvriers depuis 40 ans"

Chacun des protagonistes, Dolorès Roqué (PS), Élie Aboud (UMP) , France Jamet (FN) et Paul Barbazange (FdG), a récité son antienne, sans pour autant se démarquer des autres. Sauf peut-être le communiste Barbazange, qui s’est avancé comme le candidat de la classe ouvrière. "Je ne parle pas des ouvriers, je lutte avec eux depuis 40 ans", a-t-il lancé à Élie Aboud, avant de se distinguer de la frontiste France Jamet, qui tente de jouer sur le même registre : "Vous représentez la même classe que M. Aboud, vous portez la parole du milliardaire Le Pen.". Et de jeter aux orties la politique du gouvernement, soumise au traité européen budgétaire : "Après six mois de gouvernance de l’actuelle majorité, le Medef et Mme Parisot exultent."

France Jamet : "il y a deux sortants et deux bilans similaires se résumant à austérité et chômage"

France Jamet a renvoyé dos à dos les deux candidats PS et UMP : "Il y a deux sortants, deux bilans, l’un de dix ans et l’autre de six mois, et ni l’un, ni l’autre, ne sont positifs. C’est austérité, austérité, austérité... et chômage." France Jamet a bien tenté de glisser dans le débat les thématiques habituelles du Front, immigration et sécurité, mais le temps imparti ne lui a permis que de suivre Paul Barbazange sur les conséquences du traité européen.

Elie Aboud : "une chance exceptionnelle pour les Biterrois de dire ce qu'ils pensent du gouvernement"

Ce débat a surtout opposé Dolorès Roqué et Élie Aboud. La socialiste défendant un bilan que l’UMP a tenté de pourfendre. "C’est l’heure de vérité, a rétorqué Élie Aboud. En juin, notre discours était rendu inaudible par la vague du changement, on sait désormais que les promesses étaient fausses. C’est une chance exceptionnelle pour les Biterrois de dire ce qu’ils en pensent". Et de répondre, à Dolorès Roqué, qui assurait que les efforts fiscaux n’avaient pas touché les classes les plus défavorisées : "Demandez aux ouvriers qui ont perdu 150 euros à cause de la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires ; aux retraités, s’ils n’ont pas été touchés.". Tentant de déstabiliser son adversaire, il a aussi accusé le gouvernement de porter le débat "sur des sujets clivants, mariage pour tous, droit de vote des étrangers, pour faire distraction", avant de proposer, encore, de devenir "le porte-voix de toutes les catégories socioprofessionnelles dans l’Hérault".

Dolorès Roqué : "ne pas s'occuper des querelles de personnes"

Face à ces attaques, la candidate socialiste, rappelant les prises de positions de l’ex-député "stigmatisantes sur les fraudeurs ou les étrangers", a tenté de démontrer la pertinence de la politique de la majorité : "Il nous faut tout reconstruire après ce que vous avez laissé : 1 800 milliards de dette, 3 millions de chômeurs, les cadeaux fiscaux… Et de demander, en fin de débat, de "ne pas s’occuper des querelles de personnes et d’aller vers plus de justice sociale".

Il n’y aura pas vraiment eu de vainqueurs, dans ce débat. C’est donc maintenant aux électeurs de la 6e circonscription de trancher…

LUDOVIC TRABUCHET midi libre 03/12/12

pour voir le débat cliquer sur  : http://www.pluzz.fr/la-voix-est-libre---l-r.html

 

29 novembre 2012

BITERROIS : VOTE UTILE OU VOTE QUI MUTILE ?

election legislative,front de gauche biterrois,pcf beziers,paul barbazange

 Au cours des réunions électorales, les choeurs des élus et dirigeants socialistes ou de l'UMP entonnent la vieille scie du « vote utile ». A droite, c'est Elie Aboud. A gauche, c'est Dolorès Roqué. N'est-ce pas une insulte à l'intelligence des électeurs et à la vie démocratique du pays ? Il y a deux tours à cette élection et sept candidats au premier tour. La diversité démocratique doit pouvoir s'exprimer. 

Cette élection partielle va permettre aux habitants de la 6ème circonscription de l'Hérault dans un sondage réel, de faire part de leur expérience de ces derniers mois. Ils vont pouvoir donner leur avis qui va compter, sur les mesures prises par le gouvernement et la majorité socialistes. Leurs ont-elles apporté le mieux qu'ils espéraient quand ils ont sanctionné la politique des gouvernements UMP en mai et juin dernier ? 

Sortons de ce couple infernal qui applique par l'intermédiaire du traité budgétaire européen qui les lient, l'austérité pour les travailleurs, les profits pour les riches. Dès le 1er tour, votons pour le candidat du Front de gauche, Paul BARBAZANGE qui dit « Non à l'austérité ». Il est le seul à proposer un recours, une véritable alternative à la politique actuelle qui écrase les petites gens. 

Aimé COUQUET, Président du comité de soutien à Paul Barbazange, conseiller municipal communiste de Béziers, conseiller régional honoraire

***************************************************************************************************************************************

 

28 novembre 2012

BEZIERS : LA CAMPAGNE DE PAUL BARBAZANGE BAT SON PLEIN...

 de gauche à droite : M. Passet, F. Péralta, P. Barbazange, A. Chassaigne face à une centaine de personnes...

Il s’agit de la campagne électorale et la partie en question concerne l’accueil au 2 de la rue Voltaire à Béziers, le local de campagne de Paul Barbazange et Françoise Péralta, d’André Chassaigne, député du Puy de Dôme venu soutenir les candidats du Front de Gauche. Près d'une centaine de militants ont participé à cette initiative. André Chassaigne a mis en exergue le pouvoir de la finance qui règne sans partage sur la France, l’Europe et le monde.

Ce ne sont pas seulement les questions de l’emploi, du pouvoir d’achat, de la protection sociale, des services publics, de l’environnement… qui sont battus en brèche par un système en fin de course, c’est aussi la paix menacée par le déclenchement toujours possible d’une guerre dont les conséquences seraient aujourd’hui sans commune mesure avec celles des précédentes.

Le TSCG est un élément d’aggravation de la crise. Au service du capital dont il structure le mode de fonctionnement au plan européen, il vise à exploiter toujours plus les travailleurs.

Que faire ? André Chassaigne a estimé qu’on ne peut réduire l’activité du parti communiste à une simple condamnation de la politique du parti socialiste et à renvoyer la solution des problèmes à la venue de jours meilleurs ! Il a rendu compte de l’action du groupe de députés qu’il préside. Un groupe très réduit, Front de Gauche oblige, depuis les dernières élections législatives, dont l’opposition à la politique de Hollande et de sa majorité n’est pas systématique mais ciblée en fonction des sujets. Ce n’est pas la même démarche que la droite qui le guide.

Il a par ailleurs souligné l’intérêt qu’il y a à disposer de députés communistes, leur disparition serait une aggravation de la situation tant du point de vue du pcf que des revendications des salariés.

Le débat qui a suivi a permis de cerner un certain nombre de problèmes : celui des emplois avenir, à bien des égards semblable à celui des emplois jeunes dont on sait l’impasse auquel il a conduit. L’état du parti communiste, en recul sur le plan de son idéologie et de son fonctionnement depuis le congrès de Martigues a ainsi été développé avec en corolaire la formation des adhérents.

La qualité de la nourriture dans un contexte où les géants de la distribution font la loi a été également évoquée. Un aspect qui trouve un écho dans le livre d’André Chassaigne « Pour une terre commune ».

Nous étions en soutien de la candidature Barbazange / Péralta. Les résultats auront valeur de test et seront appréciés au plan national dans l’atmosphère créée par la non-satisfaction des besoins et par le désordre qu’entretient par ses dissensions la droite conventionnelle. Qu’il me soit permis de préciser ici que c’est justement la non-réponse aux problèmes des gens qui crée et alimente le Front National.

Françoise Péralta qui a clos le débat a dressé un état des lieux à propos des femmes qui ne choisissent pas un travail partiel mais qui se retrouvent avec un salaire aussi partiel que c’est qu’est leur temps de travail !

Un apéritif dînatoire a terminé cette rencontre qui, nous n’en doutons pas, doit donner un élan à la campagne de Paul Barbazange et de Françoise Péralta.

Jacques Cros - Photo Jean-Claude Doumairon

22 novembre 2012

BEZIERS - MIDI LIBRE - ELECTION

2012 11 22 Midi libre candidat 1 Scan.png

paul barbazange,beziers,election legislative,pcf beziers,front de gauche biterrois

07 novembre 2012

Paul Barbazange sera le candidat du Front de gauche

Paul Barbazange avait obtenu 6,26 % des voix en juin dernier.

 Paul Barbazange avait obtenu 6,26 % des voix en juin dernier. (PIERRE SALIBA)

Quelques heures après France Jamet,  c'est le communiste qui a annoncé sa candidature à la législative partielle des 9 et 16 décembre.

Réunis ce mardi soir en assemblée générale, les militants communistes du Biterrois, "une cinquantaine au total", ont décidé d'être présents au premier tour de l'élection législative partielle sur la 6e circonscription de l'Hérault (9 et 16 décembre). Et, comme au mois de juin, c'est Paul Barbazange qui portera cette candidature "communiste dans le cadre du Front de gauche", a-t-il précisé. C'est le quatrième candidat déclaré, après Dolorès Roqué (PS), Elie Aboud (UMP) et France Jamet (FN). En juin dernier, il avait obtenu 6,26 % des suffrages. 

La section départementale, de même que les instances nationales du PCF et du Front de gauche, ont validé cette décision. "Nous ne pouvions pas être absent dans cette situation où le changement se fait attendre", a encore indiqué le candidat, qui estime que s'il restait à la maison, "je ferais perdre la gauche". 

La campagne des communistes sera marquée par deux temps forts. Le 24 novembre, André Chassaigne, député et président du groupe GDR à l'assemblée nationale, sera à Béziers pour un apéritif dinatoire. Le 4 décembre, un grand meeting se tiendra au Palais des congrès de Béziers. Il sera certainement question de ce traité européen contre lequel les communistes, Paul Barbazange le premier, s'étaient fortement mobilisés, appelant la député Roqué à voter contre. Quelques jours avant son invalidation, elle s'était abstenue.

MIDI LIBRE 7/11/12

25 avril 2012

SOYONS CLAIR : Paul BARBAZANGE, Front de gauche, sera présent !

 

logo-fdg.jpgBéziers, le 25 avril 2012

Communiqué : Législatives, 6ème circonscription.

Paul BARBAZANGE a été désigné démocratiquement candidat du Front de gauche dans la 6ème circonscription de Béziers dans le cadre des accords nationaux et départementaux. Il est le candidat du Front de gauche issu des rangs du PCF et sera le candidat FdG le 10 juin 2012.

Les manoeuvres actuelles, agitant l'épouvantail FN,  pour pratiquer des désistements avant le verdict des électeurs ne sont pas démocratiques. C'est aux électeurs de faire démocratiquement leur choix au premier tour. D'autant plus que si la manoeuvre de faire retirer Paul BARBAZANGE réussissait, il est de notoriété publique qu'elle serait remplacée par une candidature à gauche émanant de « l'appel de Béziers ». Il est donc clair que ces bruits de couloir n'ont pour but que le candidat du Front de gauche ne soit pas présenté au verdict des électeurs aux législatives.

Nous considérons que les idées du Front National doivent être combattues dans la campagne électorale et sur le terrain comme l'a fait Jean-Luc MELENCHON et le PCF, alors que François HOLLANDE a été plutôt faiblard dans ce domaine, et non par des accords calculateurs d'appareils politiques qu'une grande partie des électeurs ne supportent plus. C'est d'autant plus nécessaire que l'absence de la candidature du Front de gauche au premier tour, provoquerait un rétrécissement de l'offre politique à gauche ouvrant ainsi la porte à la droite et à l'extrême droite.

Aimé COUQUET, Président du Comité de soutien à Paul BARBAZANGE et Françoise PERALTA, candidats du Front de gauche. Ce comité à déjà reçu plus de 500 signatures.

*****************************************************************************************************************************************

COMMUNIQUÉ du comite Biterrois du PARTI DE GAUCHE :

suite à l'article (Midi Libre et Hérault du Jour 26/04) concernant une candidature dite "appel de Béziers", le parti de Gauche biterrois tient à préciser:

si nous sommes d'accord sur l'objectif qui vise à se débarasser de Sarkozy le 6 mai, si nous sommes d'accord pour qu'une toute autre politique soit menée en France dès cette date, nous ne pouvons accepter qu'une personne se présente ainsi au nom du PG. Pour être candidat en ce nom, il faut être adhérent du parti, avoir proposé sa candidature aux militants, la voir avalisée par les instances du Parti, et respecter les engagements du parti membre du Front de Gauche. Or, à ce jour, Alexandra PETIT, d'après les fichiers nationaux, n'appartient pas au PG, et sa candidatiure individuelle n'est pas reconnue comme légitime. A. PETIT ne représente donc pas le PG.

Jacques Quédeville - secrétaire du comite Biterrois du PG

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------