Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 avril 2017

BÉZIERS - Élections présidentielles et législatives

bezires,elections,pcf beziers,nicolas cossangeLes résultats des présidentielles à Béziers offrent une perspective nouvelle dans la dure bataille de la reconquête à gauche. Avec 20,28 %, second sur Béziers, la candidature de Jean-Luc Mélenchon a su incarner l'espoir pour les biterroises et biterrois qui se battent tant contre l'extrême-droite que pour la transformation de notre société.

Les communistes prennent acte de la volonté de rassemblement des organisations qui ont soutenu avec eux la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Depuis plusieurs mois, nous disons qu'il n'y a aucune fatalité à voir un député d'extrême-droite s'installer dans la 6ème circonscription. Le premier tour des présidentielles nous conforte dans cette idée.

Nous mettons en garde toutefois, à ne pas se focaliser sur la ville centre. Si le Front National à Béziers semble avoir atteint son plafond de verre, il en est pas de même dans la plus part des villages où il s'installe aux environ de 40 %.

Le premier pas pour la reconquête à Gauche de la 6ème circonscription est d’empêcher que le score de Marine Le Pen, au second tour de la présidentielle, soit en dessus des 50%, sans toutefois signer un chèque en blanc à Emmannuel Macron. Nous l'avons combattu, à la différence de Robert Ménard qui soutenait la Loi Travail de François Hollande. Nous le combattrons demain.

 Dans cette optique, nous invitons toutes les forces de Gauche à une réunion, le mardi 2 mai 2017, à 17 heures, au 2, rue Voltaire à Béziers.

Nicolas Cossange - Béziers le 26 avril 2017

24 avril 2017

AVOIR DES DÉPUTÉS COMMUNISTES/FRONT de GAUCHE

beziers,biterrois,herault,elections,pcf beziers

Montpellier, DIMANCHE 23 Avril 2017 - communiqué PCF34

Le résultat du premier tour de la présidentielle est une situation extrèmement grave pour notre pays. Les près de 20 % obtenus par Jean-Luc Mélenchon lèvent un espoir nouveau pour l’avenir. Le combat continue pour les millions de femmes et d’hommes, jeunes, salariés, privés d’emplois, retraités, étudiants qui ont massivement exprimés par ce vote leur aspiration à une nouvelle société. Cette aspiration continuera de pousser, la forte mobilisation de la jeunesse et des quartiers populaires dans cette élection sont une promesse pour l’avenir : rien n’est de plus urgent que contribuer rapidement à leurs émergences.

Le PCF en sera parti prenante avec toutes les forces politiques, sociales et citoyennes qui voudront mener ce combat. Notre engagement a permis à Jean-Luc Mélenchon d’obtenir de très bons résultats dans les villes où nous sommes bien implantés.
Une nouvelle page de la politique française commence à s’écrire et le PCF y est d’ores et déjà totalement investi avec son projet, La France en Commun.

Dans l’immédiat, conscient de nos responsabilités, nous appelons le 7 Mai lors du second tour de l’élection présidentielle, à barrer la route de la présidence de la République à Marine Le Pen et à son clan. Cet appel n’est en aucun cas un soutien au programme libéral et anti-social d’Emmanuel Macron que nous avons combattu quand il était ministre et que nous combattrons demain.

Face à un tel second tour de l’élection présidentielle, les élections législatives du 11 et 18 juin prochain ont plus que jamais une importance cruciale.
Fort du résultat obtenu ce dimanche nous pouvons élire un grand nombre de Députés de combat, fidèles aux intérêts populaires comme l’ont été les Députés PCF/Front de Gauche pendant 5 ans. Les communistes héraultais, sont déjà investis dans cette bataille législative pour faire entrer le peuple à l’Assemblée Nationale. Dès ce soir (DIMANCHE), dans l’Hérault, nous appelons les forces de transformation sociale et écologique, engagées dans la campagne de Jean Luc Mélenchon ou non, à se rencontrer dans les plus brefs délais. Il s’agit de préparer ensemble, dans notre diversité et le respect de nos organisations, les échéances décisives à venir.

Nicolas Cossange
Secrétaire Départemental PCF 34

26 janvier 2014

BÉZIERS - LE COÛT D'UNE CAMPAGNE ELECTORALE

COMMUNIQUÉ d'AIMÉ COUQUET liste "ALTERNATIVE POPULAIRE BITERROISE"
 
Suite à mon communiqué concernant le cout de la campagne des élections municipales par candidat, je n’ai pas reçu de réponse de la part des autres listes. En ce qui me concerne considérant que la moindre des choses dans le cadre de la démocratie, et de la participation des citoyens dont tous les candidats se réclament, je publie mes chiffres par souci de transparence :
 
- Le budget prévisionnel “compte de campagne”, hors propagande électorale officielle (affiches panneaux électoraux, bulletins de vote, circulaire électorale dont les montants sont fixés par arrêté préfectoral, se situe, en fonction des évènements, entre 10.000 et 12.000 euros.
 
- A ce jour, le compte de campagne a enregistré :
recettes : 3.271 euros provenant des apports personnels des candidats de la liste (2.500 €) et de dons et collectes (771€)
dépenses : 2.784 euros correspondant aux frais de propagande (affiches et tracts) pour 1.106 € ; au frais généraux (local, timbres, fournitures de bureau, fonctionnement, déplacements..) pour 1.278 € ; au frais de réception (inauguration du local, vœux..) 400 €.
 
Le plafond des dépenses d’un compte de campagne pour Béziers, fixé en fonction du nombre d’habitants et d’un coefficient, correspond à environ 117.000 €.
Le montant maximal du remboursement forfaitaire par l’Etat – pour les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés – est égal à 47,5 % du plafond précité, soit pour Béziers environ 55.575 €.
 
On peut remarquer que nos dépenses sont éloignées du montant autorisé par souci d’économies.
 
AIMÉ COUQUET liste "ALTERNATIVE POPULAIRE BITERROISE"
 

beziers,elections

22 janvier 2014

FRAIS DE CAMPAGNE ELECTORALE...

 
“Je mets au défi les trois autres têtes de liste, Ménard pour le FN, Duplaa pour le PS et Aboud pour l’UMP de publier dès à présent leurs dépenses engagées dans la campagne électorale des municipales. Ils disent et écrivent qu’ils vont diminuer, s’ils sont élus, les dépenses publiques et leur première action est d’engager des frais de campagnes élevés qui seront remboursés avec de l’argent public. J’ajoute que pour Elie Aboud, si Agnés Jullian le rejoint, il faudra, peut-être qu’il ajoute les frais qu’elle a engagés avec son association pour présenter leur programme.
 
En ce qui me concerne, je suis prêt à rendre public mes frais engagés et qui pourront être vérifiés sur le compte de campagne pour que les électeurs et contribuables puissent juger entre les paroles et les actes.”
 
Aimé COUQUET liste "alternative populaire biterroise

aimé couquet

***********************************************************************************************

Une campagne électorale coûte chère, les dons établis par chèque donnent droit à une réduction sur le montant de vos impôts égale à 66% de votre versement. Un reçu officiel sera envoyé aux donateurs. Merci de votre participation. Adresser votre chèque à l'ordre "H. Bousquet mandataire d’A. Couquet ,élec. mars 2014 » au 2 rue Voltaire 34500 - BÉZIERS --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PRÉNOM  . .. . . . . . . . . . . . . . . . .

ADRESSE  . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . .

CODE POSTAL  . . . . . . . . . . . . . VILLE  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

MONTANT VERSÉ  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

***********************************************************************************************

 

08 juin 2012

COURAGE DE LA VOLONTÉ

beziers,elections,retraites,front de gauche,pcf


Editorial par Jean-Emmanuel Ducoin (l'Humanité 7 juin)

Le dispositif adopté hier pour les retraites constitue un pas vers la justice réhabilitée. Un pas seulement.

La droite n’aime décidément pas les gestes de justice, quels qu’ils soient, modestes ou symboliquement forts. Hier, il fallait se contenir pour ne pas éprouver des haut-le-cœur en écoutant les réactions des pontes et autres ex-profiteurs de l’État-UMP, après l’annonce par le gouvernement que 110 000 personnes (seulement) allaient retrouver le droit de faire valoir leur départ à la retraite à 60 ans… Déchaîné, Jean-François Copé, déversant sa haine des travailleurs en souffrance : « Je veux alerter sur les folies qui sont en train de se préparer, nous n’avons pas le moindre euro pour financer ces cadeaux électoraux. » Apprécions au passage la délicatesse du langage. Pour le secrétaire général de l’UMP, potentiellement leader de la droite parlementaire, octroyer ou rétablir un droit équivaut forcément à un coup électoral, à un sourd calcul, histoire de caresser dans le sens du poil le bas peuple, qui, comme chacun le sait, n’a ni conscience ni âme pour apprécier par lui-même de quoi il retourne. Dès qu’elle entend « droits sociaux », la droite ferme ses coffres et sort ses flingues. Rien de neuf sous son ciel gris.

Le dispositif adopté hier par décret sur le retour partiel de la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler à 18 ans, qui prévoit d’inclure dans la durée de cotisation deux trimestres pour les chômeurs et deux trimestres supplémentaires au titre de la maternité, est une bonne nouvelle pour les citoyens concernés. Penser ou dire le contraire est une infamie intellectuelle au regard de la pénibilité des parcours professionnels en question. Cette décision du gouvernement constitue donc un pas vers la justice réhabilitée. Mais un pas seulement. Il est en effet bien loin le temps où le Parti socialiste promettait de revenir sur la loi Fillon. Souvenons-nous. En mai 2011, le projet adopté à 95% par les militants stipulait : « Nous rétablirons l’âge légal à 60 ans et l’âge de départ sans décote à 65 ans.» Les mots ont un sens, désormais contourné. Mais ne jouons pas les naïfs. Arguant de la crise, François Hollande avait prévenu durant sa campagne, et les syndicalistes eux-mêmes, reçus à Matignon pour préparer la conférence sociale de juillet, s’attendaient à cette annonce étriquée, comme ils se préparent, déjà, à un petit « coup de pouce » en faveur du Smic…

Ce dispositif sur les retraites, très insuffisant, et bien en deçà de ce qui était prévu, rompt néanmoins avec les politiques menées partout en Europe. À quatre jours du premier tour des élections législatives, l’enjeu n’est rien d’autre que d’inscrire cette mesure dans une dynamique de mouvement, telle une brèche, pour imposer le retour aux 60 ans pour tous. La condition?  S’en donner les moyens ! Martine Aubry elle-même ne vient-elle pas de répéter qu’il était urgent de préparer une nouvelle fiscalité qui ne « toucherait pas les classes moyennes et les classes populaires, mais les plus privilégiés » et qu’il n’y avait pas lieu de s’en étonner puisque cet objectif «figure dans le projet de François Hollande»

À bon entendeur…

En politique, la prudence est parfois une vertu ;  en période de crise sociale, les demi-mesures deviennent toujours des erreurs. Sortir Sarkozy du pouvoir était  une étape. L’essentiel reste à faire, et il consiste à installer une majorité parlementaire de gauche ayant la volonté de ne pas dénaturer l’aspiration au changement. Ne tournons pas autour du pot. Plus nous élirons de députés du Front de gauche au sein de la future majorité, plus nous retrouverons l’impulsion d’une radicalité concrète dans chaque discussion à l’Assemblée, plus le courage de la volonté sera au rendez-vous du peuple, inspirant ou surveillant chacune des lois… La France ne mettra pas un terme au pouvoir des marchés financiers sans le Front de gauche.

*********************************************************************

09 avril 2012

MARSEILLE 14 AVRIL

melenchon_marseille.jpg
Nous avons décidé de réserver un car pour participer au rassemblement du Front de Gauche avec Mélenchon samedi 14 avril, à Marseille.
Départ 10 HEURES devant le magasin des meubles Gautier, à coté de l'ancienne cave coopérative de Béziers (av Rhin et Danube). tarif 20 euros
     Inscrivez-vous au 09 54 02 79 97 

********************************************************************

09 décembre 2011

INFOS PCF BÉZIERS : ASSEMBLÉE CITOYENNE

- ASSEMBLÉE CITOYENNE  Front de gauche - Béziers.

JEUDI 15 DÉCEMBRE à 18 h 30 au Centro Colonie Espagnole de Béziers

rue de la Vielle Citadelle, près de la Place de la mairie

Dans une soixantaine de départements se tiennent des "assemblées citoyennes du Front de gauche : présidentielles, législatives". Elles ont pour but de préparer les séquences électorales du printemps 2012, d'organiser les résistances à la crise.

Nous pouvons rassembler, gagner, rompre avec le capitalisme ! Le devenir de notre pays est en cause; la crise actuelle se traduira t elle par des régressions durables ou des mobilisations sociales et politiques ? C'est à cette hauteur qu'il faut placer les enjeux, bien au delà de l'élection d'un président de la République Front de gauche et de nombreux députés communistes.

Pour aller à ces échéances électorales, à Béziers, dans les meilleures conditions et contribuer ainsi à la riposte populaire au capitalisme mondialisé et à ses institutions européennes le débat public doit prendre de l'ampleur.

Réunion publique ouverte à tous.

Paul Barbazange et Françoise PÉRALTA (suppléante)
candidats dans le cadre du Front de gauche, 6ème circonscription de l'Hérault - Béziers

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16 mai 2011

AMBITION SOCIALE...

 

Les revendications salariales reviennent au premier plan malgré les leurres largués par l’appareil UMP : un jour d’hypothétiques primes, un autre la tentative d’opposition entre salariés mal payés au smic et titulaires du RSA qui survivent misérablement. La question sociale sera au cœur de l’année qui vient. Elle est l’enjeu à vif qui suscite des colères que certains s’acharnent à dévoyer vers l’extrême droite. Elle constitue aussi l’écueil que voudraient éviter les tenants de politiques sociales-libérales, au point que la fondation strauss-kahnienne Terra Nova propose à la gauche de délaisser le sujet – et les couches sociales (ouvriers, employés…) qui y sont le plus sensibles – pour un discours vague sur les valeurs. Ce serait laisser le champ libre à l’imposture lepeniste ou aux mirages sarkozystes, et finalement vider la gauche de sens.

Au-delà des échéances présidentielle 
et législatives, la tentative 
de reléguer au second rang les préoccupations sociales et l’impératif de progrès dans ce domaine apparaît comme un choix 
de civilisation. Les ténors 
de l’UMP veulent châtier 
les pauvres d’être pauvres 
et les rendre responsables 
du sort que de riches patrons ont décidé. 
Les libéraux en cour répètent que 
la rémunération du travail est toujours trop forte. Les dépenses utiles à l’intérêt général (services publics notamment) seraient à compresser et les dividendes à libérer… Voilà à quoi se réduiraient les « valeurs universelles » que le président de la République prétendait « faire vivre » !

L’aspiration à changer 
la vie, le travail, l’entreprise s’exprime de multiples manières, quelquefois douloureuses ou tragiques. Elle tape 
à la porte sans attendre 
les prochains scrutins.

22 mars 2011

27 mars : NON A LA HAINE...


Les sections de Béziers et du Sud Biterrois du Parti Communiste et ses candidats de Béziers III et IV remercient les électrices et les électeurs qui leur ont apporté leur confiance.

Les communistes se sont engagés et ont mené campagne sur les questions de fond auxquels sont confrontés notre société, les salariés et citoyens et leurs conséquences quotidiennes. Les communistes se prononcent clairement pour une rupture avec le système capitaliste. Les richesses sont créées collectivement par les salariés dans les entreprises et accaparées par une infime minorité. C’est la source unique des inégalités sociales, des difficultés du plus grand nombre : chômage, précarité, pouvoir d’achat, logement, santé, protection sociale… Pourtant les moyens existent pour satisfaire les besoins sociaux. Depuis la « crise » de fin 2008, les profits, les fortunes ne cessent de progresser et de croitre, ainsi que la productivité du travail. Ceux qui en sont à l’origine en sont spoliés. De plus en plus de richesses pour quelques uns et des difficultés croissantes pour tous les autres.

Nous pressentions ce que les urnes confirment : une poussée du front national savamment orchestrée et une abstention record, expressions d’une désespérance de nos concitoyens. L’insupportable est atteint. Une autre répartition des richesses est possible, nécessaire, indispensable.

La double question de la rupture avec le système capitaliste et la construction d’une autre société, au rythme où le choisiront les salariés et les citoyens, une société centrée sur l’humain et non l’argent roi est plus que jamais d’actualité et ne pourra que se renforcer, devenir incontournable. Or, ces conceptions, ces idées, ces propositions ne sont plus présentes au deuxième tour des élections cantonales. Les communistes continueront à agir pour le possible et le nécessaire et non pour de fausses solutions qui consistent à accompagner et gérer le système capitaliste quel que soit la forme dont il se pare et les pseudos justificatifs qui le légitiment.

Au-delà des élections cantonales, le combat continue pour une société débarrassée de l’exploitation capitaliste et où les salariés et citoyens seront acteurs de leur devenir. C’est ce à quoi les communistes consacrent toutes leurs énergies.

Par contre, dans cette élection, comme dans chaque combat, les communistes ne se trompent pas d’adversaire. C’est l’exploitation capitaliste, dont le front national entre autre est un fervent défenseur, qui est la cause des difficultés du peuple et non la couleur de la peau ou les origines des salariés et des citoyens. On ne construit pas une société sur la peur, le rejet de l’autre, la stigmatisation et la haine.

Nous proposons aux électrices et aux électeurs qui nous ont fait confiance au premier tour de se déterminer, dimanche prochain, en fonction de ces appréciations.

02 mars 2011

Biterrois: VOTEZ COMMUNISTE!

 

Paul BARBAZANGE (Béziers 4)                                                                                     Brigitte  QUILÈS (Béziers 3)

                                       

REVOLTEZ-VOUS, VOTEZ COMMUNISTE!

CALENDRIER des RÉUNION CANTONALES du Parti Communiste (Front de Gauche) :

BÉZIERS 3 :
Brigitte QUILÈS et Gérad GARCIA (supléant)
MARAUSSAN : vendredi 4 mars – 18h – salle polyvalente n°1
LESPIGNAN : mardi 8 mars – 18h – salle polyvalente
CORNEILHAN : mercredi 9 mars – 18h – salle de la Mairie
COLOMBIERS : mardi 15 mars – 18h – salle du Temps Libre
CAZOULS : mercredi 16 mars – 18h – maison des sociétés, salle J. Maurel


BÉZIERS 4 : Paul BARBAZANGE et Viviane CASSAN (suppléante)

VALRAS-PLAGE : lundi 7 mars - 18h - Palais de la Mer

 

SAUVIAN : jeudi 10 mars – 18h30 – salle polyvalente
VENDRES : vendredi 11 mars – 18h30 – gymnase
SERIGNAN : vendredi 18 mars – 18h30 - salle Castagné

Le 20 mars vous avez l'occasion de peser sur les évène­ments, de dire avec force et dé­termination « stop ça suffit ! »

Le 20 mars vous pouvez crier votre colère, votre volonté d'avoir les moyens de vivre dans la dignité et le respect.

Le 20 mars vous pouvez exprimer votre refus de céder au fatalisme am­biant en votant pour les candidates et candi­dats présentés par le Par­ti Com­muniste dans le cadre du Front de Gauche. Et vous aurez raison, car il n'y a au­cune fatalité, immuable et gra­vée dans le marbre, à la situation que vit l'immense majori­té du Peuple. Le possible et le nécessaire sont à l'ordre du jour et les moyens pour y par­venir sont bien réels.

La question de fond, incontour­nable, récurrente, c'est celle de mettre en oeuvre d'autres choix politiques orien­tés vers l'intérêt collectif et non ceux que nous vivons aujourd'hui exclusi­vement dédiés à la finance et à la spéculation.

A longueur de journées, le gouverne­ment nous serine: « Les caisses sont vides, le déficit public abyssal, la ri­gueur est de mise, il faut faire des ef­forts... » avec des millions de deman­deurs d'emplois, avec un sala­rié sur quatre qui gagne en moyenne 750 € soit à peine les trois quarts d'un SMIC par le biais de la précarité qui se géné­ralise, avec des retraites à 981 € de moyenne au ni­veau national pour une pension complète, avec 16 % de la population dont de nombreux jeunes et retraités qui re­connaissent ne pas se soigner ou mal parce qu'ils n'ont pas les moyens, avec la paupérisation grandissante de la population... de tels propos sur « la rigueur et les efforts » sont inadmis­sibles et insultants.

Inadmissibles et insultants parce que se sont les mêmes salariés qui dans les entreprises créent collectivement les richesses du pays dont ils sont spoliés. Car toutes les caisses ne sont pas vides, la « crise » n'est pas pour tout le monde. Ainsi les entreprises du CAC40 reconnaissent disposer d'un « matelas » de 150 milliards d'eu­ros. Leurs dirigeants précisent avec cynisme et mépris qu'ils sont en priorité ré­servés aux actionnaires !

Oui c'est de choix politiques qu'il s'agit. Le Pré­sident de la République fait souvent référence à l'Allemagne. A titre d'exemple, sur un sujet essen­tiel, cette dernière a en 2010 une croissance de 3,5%. Les augmenta­tions de salaire ont été de 2,7 à 3%, par contre en France, croissance et salaires sont en berne. Notre produc­tion indus­trielle a re­culé de 8,5% en 5 ans ! Or cette question de l'industriali­sation est centrale. C'est la source de toute création d'em­plois directs et induits. Dans le même temps, la France est la championne du monde de la productivité du travail mais les salariés sont exclus de ces gains de richesses.

Alors oui d'autres choix politiques son néces­saires et pos­sibles pour une autre répartition des richesses créées par les salariés dans les entreprises.

Jeunes, salariés, privés d'emplois, retraités : le 20 mars révoltez vous !

Votre révolte peut aussi passer par les urnes. Donnez un prolongement à vos luttes, aux ras­semblements vécus en­semble en 2010 et qui sont toujours d'actualité. C'est sans relâche qu'il nous faut être mobilisés, face aux pro­jets catastrophiques de recul social du MEDEF et du gouver­nement, pour d'autres perspectives concrètes de vivre autrement telles que le permettent les richesses créées. Luttes et suf­frage universel sont indisso­ciables pour mieux vivre.

Le 20 mars révoltez vous ! Votez com­muniste !

Un vote de lutte, un vote d'espoir, un vote concret, un vote de rupture avec ce système capitaliste qui a historique­ment fait son temps, un vote pour construire une autre so­ciété basée sur l'être humain et non le fric roi et ses ter­ribles conséquences. L'histoire contemporaine démontre que c'est lorsque les idées com­munistes et le Parti com­muniste sont influents que l'on vit des périodes d'avancées signi­ficatives de progrès social pour le monde du travail et l'ensemble de la société.

Non nous ne sommes pas condamnés à subir le capitalisme !

Quand les peuples se mobilisent en masse et expriment leur volonté, rien ne saurait entraver le combat pour le progrès social débarrassant la société de l'exploitation capitaliste. Ce n'est rien d'autre qui s'exprime en ce mo­ment dans de nombreux pays sur notre planète.



22 février 2011

CANTONALES "RÉVOLTEZ-VOUS, VOTEZ COMMUNISTE !"

 

 

candidats présentés par le Parti Communiste Français

Elections cantonales du 20 mars 2011 BÉZIERS 4 :

SAUVIAN, SÉRIGNAN, VENDRES, VALRAS-PLAGE

Viviane CASSAN (suppléante) et Paul BARBAZANGE

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Elections cantonales du 20 mars 2011 BÉZIERS 3


CAZOULS les BÉZIERS, COLOMBIERS, CORNEILHAN, LESPIGNAN, LIGNAN/ORB, MARAUSSAN 

Gerard GARCIA (suppléant)  et Brigitte QUILÈS

La crise du système capitaliste qui secoue davantage l'Europe et la planète depuis la fin 2008 a servi de prétexte aux patronats et aux gouvernements pour accentuer la pression sur les niveaux de vie des salariés actifs et retraités. Dès 2009 en France les profits du capital repartaient à la hausse. En 2010, la progression est encore plus spectaculaire et tout indique que 2011 sera de la même lignée. La crise n'est pas pour tout le monde...

Il n'y a aucune fatalité à la situation que vit le peuple. C'est de choix politiques dont il s'agit. Une exigence de masse doit se lever. Nous voulons une autre répartition des richesses comme nous avons su l'exprimer ensemble lors des manifestations et la lutte de 2010. Richesses créées par les salariés dans les entreprises et accaparées par un petit nombre d'actionnaires.. La question centrale qui est posée à tous, c'est bien celle de la rupture avec ce système et la construction d'une autre société.

Le rassemblement et l'intervention citoyenne sont indispensables car:

  • Non ! il n'y a aucune fatalité à la situation de l'emploi et à la précarité. Précarité qui conduit à ce que 23% des salariés gagnent moins que le SMIC qui est déjà scandaleusement bas.

  • Non ! il n'y a aucune fatalité à la situation des salaires et retraites. Retraites dont la moyenne nationale pour une pension complète se situe à 981 euros ! 965 euros en Languedoc-Roussillon !

  • Non ! Il n'y a aucune fatalité aux projets de démembrements de la protection sociale, de la sécurité sociale (déremboursements des médicaments, appel aux financements privés pour l'aide à l'autonomie, etc...).

  • Non ! il n'y a aucune fatalité à la destruction des services de l'Éducation Nationale.

  • Non ! il n'y a aucune fatalité aux logements insalubres, indignes de notre époque, aux loyers insupportables.

  • Non ! il n'y a aucune fatalité... et chacun d'entre nous peut compléter la liste des problèmes de la vie quotidienne qui deviennent insupportables...

C'est à un rassemblement citoyen, à un rassemblement de luttes que vous convient les communistes.

D'ores et déjà vous avez l'occasion le 20 mars 2011 de manifester votre volonté de changer concrètement votre quotidien, d'exprimer votre exigence d'une autre société dont le centre sera l'être humain et non le fric de quelques uns qui avec arrogance écrasent tout, généralisent pauvreté, mal vie et recul social.

Nous ne sommes pas condamnés à subir !

Quand les peuples se mobilisent en masse et expriment leur volonté, rien ne saurait entraver le combat pour le progrès social en débarrassant la société de l'exploitation capitaliste.

 RASSEMBLÉS, DÉCIDONS DE NOTRE AVENIR...VOTONS COMMUNISTES !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

18 mars 2010

APRÉS LE 14 MARS...

COMMUNIQUÉ de la SECTION PCF de BÉZIERS:.

Lors de leur Assemblée Générale du 15 mars dernier, les communistes de la section de Béziers ont fait leur le communiqué de la liste « À GAUCHE maintenant ». Ils ont pris note avec satisfaction ,entre autre, de trois passages pour eux essentiels:

« Nous avons mené campagne sur un programme de rupture avec la droite et les politiques d’accompagnement du capitalisme.

Nous constatons avec regret que la personnalisation de la campagne a occulté le débat de fond, que la décision tardive de la direction nationale du PS a brouillé les cartes et permis une opération de victimisation de la part du président sortant.

Pour le second tour, à l’échelle nationale nous appelons à battre la droite. En Languedoc- Roussillon, nous appelons bien entendu à ne donner aucune voix à la droite et l’extrême droite. Cependant, avec la liste conduite par le président sortant, aucune politique de gauche ne pourra être mise en œuvre dans notre région. »

Cette dernière phrase, souvent occultée par les médias, étant pour les communistes de Béziers, comme pour le Conseil Départemental du PCF, un élément important.

La section de Béziers appellent les Biterrois à poursuivre le combat contre la politique de la droite en participant aux mobilisations sociales, notamment dès le 23 mars, à la manifestation à Béziers (10h Bourse du travail) et à celle de Montpellier pour la défense des retraites, des salaires et de l'emploi...»

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

15 mars 2010

communiqué liste "À GAUCHE maintenant!" 15 mars 2010

Nous remercions les électrices et électeurs qui nous ont apporté leurs voix au premier tour. Le score obtenu est un point d’appui pour la construction d’une alternative politique pour le monde du travail.

Nous avons mené campagne sur un programme de rupture avec la droite et les politiques d’accompagnement du capitalisme. Nous avons défendu :

- la priorité au service public :
- l’utilisation de l’argent public soumise à des critères écologiques et sociaux,
- le refus de la compétition entre les territoires pour un aménagement solidaire et respectueux de l’environnement.

Nous avons mené une campagne très active (près de 300 réunions publiques) avec une mobilisation militante sans précédent.

Nous constatons avec regret que la personnalisation de la campagne a occulté le débat de fond, que la décision tardive de la direction nationale du PS a brouillé les cartes et permis une opération de victimisation de la part du président sortant. Celui-ci a d’ailleurs bénéficié de forts soutiens à droite et n’a pas rassemblé l’électorat de gauche puisqu’un quart de l’électorat qui s’est exprimé a voté pour les trois listes de gauche. Le score important du Front National rend plus nécessaire encore la construction d’une gauche de combat capable de répondre à l’urgence sociale.

Pour le second tour, à l’échelle nationale nous appelons à battre la droite. En Languedoc Roussillon, nous appelons bien entendu à ne donner aucune voix à la droite et l’extrême droite; Cependant, avec la liste conduite par le président sortant, aucune politique de gauche ne pourra être mise en œuvre dans notre région.

Ensemble, nous poursuivrons le combat contre la politique de la droite en participant aux mobilisations sociales, notamment, dès le 23 mars, pour la défense de la retraite à 60 ans. En tout état de cause, le rassemblement unitaire de la gauche de transformation sociale « A Gauche Maintenant ! » continue.

René Revol, François Liberti, David Hermet

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

04 mars 2010

hérault: meeting départemental

 

RÉGIONALES MARS 2010 : «halte aux ravages du capitalisme!»

LUNDI 8 MARS – 18h 30 RÉUNION PUBLIQUE départementale Hérault

avec RENÉ REVOL (PG) FRANÇOIS LIBERTI (PCF) DAVID HERMET (NPA)porte-paroles de la liste « À GAUCHE maintenant! »

Palais des Congrès av. Saint Saëns BÉZIERS

Débattons sur l’urgence sociale, écologique et démocratique pour stopper les ravages du capitalisme sur notre vie quotidienne, professionnelle et sur notre environnement dans la région Languedoc Roussillon et héraultaise...

UNIS POUR GAGNER

12 février 2010

BÉZIERS: UN SUCCÉS de la liste "À GAUCHE maintenant!"

L'Hérault du Jour  vendredi 12 février

Le Midi libre n'en a pas parlé semble-t-il... ARTICLE COMPLET EN CLIQUANT SUR:

http://www.lepost.fr/article/2010/02/12/1937752_beziers-u...

 

23 janvier 2010

SIGNEZ POUR REJOINDRE LE RÉSEAU ANTICAPITALISTE: "A GAUCHE MAINTENANT"

 

Elections régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

A GAUCHE MAINTENANT!

avec René REVOL, François LIBERTI et David HERMET Urgence sociale, écologique et démocratique.

Pour battre la droite et les sociaux libéraux en Languedoc-Roussillon

En mars prochain, les électeurs du Languedoc-Roussillon décideront de l’avenir de leur région. Mais ce scrutin revêt un enjeu plus large de politique nationale et même européenne. L’objectif de Sarkozy et de toute la droite est de reconquérir les régions perdues en 2004, les réduire à l’état d’instruments de leur politique et d’étendre les formes d’une mise en concurrence généralisée des territoires. La responsabilité de la gauche est de faire barrage à cette entreprise et de construire une véritable alternative politique au capitalisme débridé et à ses ravages sociaux et écologiques.

C’est possible en Languedoc- Roussillon grâce à un accord historique à gauche pour le 1er comme pour le 2nd tour de ces élections régionales. Face à l’urgence sociale, écologique et démocratique, le rassemblement à gauche est en marche !

En s’unissant sous la bannière « À gauche, maintenant ! », les forces de gauche* favorables à une alternative aux modèles ultralibéraux et productivistes ont lancé une dynamique de rassemblement inédite.

De son côté, confronté à ses contradictions internes et à la dérive autoritaire d’un Georges frêche qui ne se cache pas de soutenir des « réformes » sarkozystes, le Parti socialiste n’a pas été capable d’investir une liste, se réduisant à une absence singulière en Languedoc-Roussillon.

Conformément à leur choix national, Les Verts-Europe Ecologie ont décidé de constituer une liste autonome. Mais au soir du 1er tour, la liste « À gauche, maintenant ! » s’est engagée à fusionner avec toutes les autres listes de gauche sans Frêche. « Europe-Écologie » a pris le même engagement. Ces listes pourront donc fusionner au second tour, sous la direction de la mieux placée d’entre elles, garantissant le plus large rassemblement à gauche et les conditions de battre la droite.

Dès lors, avec la liste « À gauche, maintenant ! » la transformation sociale et écologique donne une perspective de victoire à toute la gauche ANTI-CAPITALISTE.

* front de gauche (Parti Communiste Français, Parti de gauche, Gauche unitaire, Mouvement Politique pour une education populaire), Nouveau Parti anticapitaliste, les alternatifs, fédération pour une alternative Sociale et écologique et Objecteurs de Croissance

Vous souhaitez REJOINDRE LE RÉSEAU « A gauche, Maintenant ! » ?..

Contactez-nous EN CLIQUANT SUR: http://www.agauchemaintenant.fr/Rejoignez-nous


20 janvier 2010

MEETING MONTPELLIER 29/01

- départ en car à 18h30 précises du parking du petit Casino à Béziers (angle av. Jean Moulin et bd pdt Kennedy)

19 décembre 2009

ÉLECTIONS RÉGIONALES en LANGUEDOC-ROUSSILLON

RASSEMBLEMENT ANTICAPITALISTE avec FRANÇOIS LIBERTI

Travailleurs, chômeurs, jeunes, retraités, exploités, nous payons la plus grave crise mondiale du capita­lisme depuis le krach de 1929, la dépression, la guerre. Cette nouvelle crise est boursière, économique, industrielle, écologique… Et pourtant les profits vertigineux reprennent, dopés par l’argent donné aux banques sur nos impôts, prépa­rant une prochaine et plus terrible chute.

C’est insupportable ! en Biterrois, en Languedoc comme partout en Europe

Emploi : pour maintenir un niveau de profits in­compatible avec la réalité de la production, la Ca­meron de Béziers qui touche des subventions régio­nales licencie 146 salariés. Ils se retrouvent au chô­mage ou en préretraite parfois satisfaits car les conditions de travail, d’exploitation deviennent dans cette entreprise comme ailleurs insuppor­tables ! Pourtant sans travail ils ne participeront plus à la création de richesses, comme les viticul­teurs chassés de leurs terres et les jeunes sans em­ploi. La destruction des emplois appauvrit la ré­gion. Le travail n’est aujourd’hui organisé que pour les profits.

Formation, La Poste, sécurité sociale… les sup­pressions d’emplois, les augmentations facturées aux usagers (forfait hospitalier, dépassements d’ho­noraires, taxe de 0,50 € par boîte de médicaments…) à La Poste, dans la santé, à l’é­cole (suppression de la moitié des postes d’institu­teurs pour les enfants de deux et trois ans en mater­nelle!) font que les services publics pourtant créés dans la France ruinée de l’après-guerre ne re­présentent plus le rempart qu’ils étaient pour tous. Demain, communes, départements, régions elles aussi qualifiées par Sarkozy de «collectivités dé­pensières» devront licencier, réduire leurs services, et encore augmenter les impôts.

Pendant que la droite s'efforce de détruire toutes les solidarités, Frêche propose à Mont­pellier la suppression de plusieurs centaines d’emplois municipaux.

Transport : Avec le manque d’entretien des voies et des matériels, les disparitions d’emplois à la SNCF, la réduction du trafic marchandises par rail et la surexploitation des chauffeurs routiers seuls les patrons trouvent leurs profits. Ce n’est pas le fi­nancement par les contribuables régionaux «d’ate­lier de réparation» ou de rames de trains qui y changent quelque chose.

Tous les domaines de la vie sociale sont touchés, les responsables sont clairement identifiés : la gestion capitaliste de la droite au pouvoir et le renoncement des 22 régions gérées par les socialistes la remette en cause. Or une gestion régionale de gauche anticapitaliste ne peut qu’être radicalement différente.

Rassemblons-nous aux régionales sur un programme anticapitaliste pour :

  • battre Couderc et l’extrême droite,

  • affirmer que la région peut devenir un pôle de résistance populaire et un contre pouvoir,

  • soutenir les luttes revendicatives, sociales, solidaires, écologiques,

  • ouvrir la perspective écologique incompatible avec le profit,

  • exprimer électoralement la rupture avec un capitalisme en échec,

  • mettre en place une gauche de gauche.


REFUSONS DE SUBIR PLUS LONGTEMPS CE QUE LES DIRIGEANTS DE LA DROITE SARKOZISTE NOUS IMPOSENT !

tract distribué par la section de Béziers 2 rue Voltaire

11 décembre 2009

DES PROPOSITIONS POUR LA RÉGION

Le Parti Communiste met en débat au sein des forces anti-capitalistes et de la population, au travers notamment des "comités Front de gauche élargie", des propositions pour mettre en place les bases programmatiques en vue des élections régionales de mars 2010.

Il va de soi que des propositions spécifiques à chaque région seront nécessaires (exemples pour le Languedoc Roussillon: la viticulture, la pêche et le port de Séte, le tourisme social, l'agriculture: fruits et légumes, les transports (TER, TGV, LGV, frêt sncf), l'eau, la désindustrialisation, etc...).

Ces propositions à parfaire sont consultables sur le site national du PCF http://www.pcf.fr/

Elles concernent notamment dans un cadre de résistance à la droite et au capitalisme:

Les nouveaux pouvoirs des citoyens, l'égalité entre les femmes et les hommes, la sortie pour l'énergie de la logique du profit capitaliste, un nouveau type de développement, la priorité à l'emploi et à la formation, l'environnement, la culture et l'enseignement, l'écologiques, favoriser l'économie sociale et solidaire, une véritable agriculture paysanne, la reconquette et promotion des services publics, les transprorts publics, le droit au logement, une réforme de la fiscalité...

Il sera aussi nécessaire d'inscrire les propositions finalisées dans le combat pour la défense des collectivités territoriales...

11 novembre 2009

RÉGIONALES LANGUEDOC ROUSSILLON ET PCF

logo_front gauche.jpg

 

 

 

Languedoc-Roussillon vers un(e) tête de liste communiste

Le Conseil départemental de l’Hérault du PCF le 10/11/2009, organisé pour n’être qu’une chambre d’enregistrement de décisions techniques a été irrigué par le débat de fond du Parti.

Les militants dans les cellules et sections veulent en effet gagner en clarté. Trois questions décisives ont émergé :

1° - La représentation des communistes : Ce seront finalement toutes les sections du dé­partement qui auront au moins un délégué à la Conférence Régionale. Celle ci ne sera donc pas constituée uniquement des élus au Comité départemental (il y a trois ans, la situation po­litique était radicalement différente.)

2° - La totalité de l’information à la disposition de tous les communistes : Une très large majorité du conseil a exigé de l’exécutif la totalité de l’information pour tous les militants concernant les contacts en cours sur la composition de la liste et les diverses « informations manipulatoires » distillées dans les médias. Si un démenti explicite n’a pu être obtenu en rapport à des contacts poussés pris avec les verts et/ou de soi disants dissidents PS. Rap­pel a été fait à tous que la décision sur la nature de l’éventuel élargissement du Front de Gauche appartient aux communistes et à eux seuls, au travers de leur vote, après préparation en Conférence Régionale le 14 novembre à Balaruc.

3° - Une tête de liste communiste régionale, est bien sûr la question cruciale. Personne ne s’oppose à la construction d‘une liste de large rassemblement avec les communistes dans le cadre du Front de Gauche, mais une minorité tente encore de contribuer à l’effacement de la composante communiste, en lui refusant sa juste place à cette étape du rassemblement dans notre région : c'est à dire la première. Bien plus qu’une quelconque « identité communiste », ce qui est en jeux c’est le rapport direct à reconstruire, à chaque élection entre l’électorat anti-capitaliste et communiste et leurs élus qui appuyés clairement sur les suffrages populaires pourront quelle que soit la configuration issue des deux tours de scrutin agir de façon auto­nome, en toute responsabilité.

Le débat est suffisamment avancé dans le PCF héraultais pour qu’un seul nom soit proposé pour fédérer la liste Front de gauche PCF: François Liberti. La continuité de ses engagements et sa notoriété l’expliquent au-delà des différences connues de positionnement.

N’oublions pas que pour rassembler les démocrates il faut d’abord rassembler les com­munistes et que notre parti doit sortir d’une mandature régionale faite de divisions, de demi mesures, de renoncements stratégiques. Nous avons, ensemble, dépassé le stade des mi­nables compromis de couloirs, sachons donner au mouvement démocratique en cours dans le parti plus de puissance encore.

En cela, nous continuerons la grande tradition de rassemblement anticapitaliste héraultais pour battre la droite et les socio libéraux, pour être aptes à rassembler le moment venu tous les démocrates.

11 novembre 2009, - section de Béziers du PCF

04 novembre 2009

RÉGIONALES: DÉCLARATION de la SECTION de BÉZIERS du PCF

Vers une liste de large rassemblement, donnant aux communistes leur juste place, leur autonomie, leurs responsabilités...

Le Conseil Départemental du PCF qui s’est tenu le 29/10 marque une nouvelle étape de la vie de notre Parti. Un seul fait le résume: Josiane Collerais, porte voix de J C Gayssot et de son groupe dans une intervention confirmant sa présence sur la liste de G. Frêche contre la volonté exprimée par la majorité des interventions dans le C.D, déclare «Laissez moi parler même… si je suis minori­taire...» Quelqu’un aurait donc intérêt à ce qu’elle se taise ?

Pratiquement toutes les autres interventions avaient souligné l’importance vitale pour les communistes de porter lors de ces élections leurs positionnements originaux, bilan et avenir qu’il s’agisse :

  • du développement industriel avec Agrexco et l’avenir du port de Sète,

  • de la démocratie face à un présidentialisme dément,

  • de la question du doublement à renouveler des impôts régionaux pour « réaliser »,

  • de l’anticipation par le PS régional des directives européennes,

  • des alliances électorales avec le Modem à Montpellier et maintenant avec Chasse- Pêche-Nature et Traditions nationalement allié à Sarkozy et de Villiers,

  • de la mise en œuvre par le PS de la réforme des collectivités locales au travers entre autres de la super Agglo montpélliéraine effaçant communes et intercommunalité librement consentie,

  • de multiples autres exemples ne peuvent être cités faute de place: commission « Constantin », anticommunisme, racisme ordinaire, apologie du colonialisme…

C’est donc naturellement que le mot « rupture » a émaillé de nombreuses interventions. Il en avait été de même lors du dernier Consei Natonal.

L’exigence d’une autre configuration électorale prend du poids. Elle doit gagner en clarté. Plusieurs camarades ont donc mis en garde contre le retour « par la fenêtre » toujours envisagé par certains d’une configuration « union de la gauche, gauche plurielle » rebâtie avec des dissidents lo­caux du PS – opération Mandrou Vézinhet - pour ratisser large dans le but d’un second tour d’allé­geance marginalisant les communistes et les partisans de la rupture avec le capitalisme.

Dans une telle situation politique la parole, l’expression sans filtre, l’engagement conscient de tous les communistes fera la décision. Tous doivent pouvoir sur la base de leurs travaux de cellules et de section s’exprimer lors de la conférence régionale du samedi 14 novembre à Balaruc les Bains. Aucun ne peut être écarté, d’autant que rien n’assure que les 52 membres du Conseil Dépar­temental délégués, pourront tous être présents, toute la journée, jusqu’aux votes. Rappelons que notre CD siège régulièrement autour de 30, pas plus.

A l’issue de ces travaux le bulletin de vote régional, doit être dépourvu de toute ambiguïté car la moindre confusion ouvrirait la possibilité d’un nouvel affaiblissement de l’organisation com­muniste départementale.

Deux hypothèses s’affrontent, elles sont antagoniques:

- Soit faire à nouveau allégeance à Frêche et à son équipe socialiste en partant dès le premier tour avec lui ou ratisser large pour aboutir au même but au second tour !

- Soit : Construire une liste de large rassemblement avec les communistes à leur juste place électo­rale – ce qui signifie en Languedoc Roussillon une tête de liste communiste - contribuant à un réel mouvement vers des ruptures avec le capitalisme. Un Front de Gauche (initié avec un succès limité aux européennes 9,8 % sur la région, meilleur résultat de France) offrant un bon cadre à cet élar­gissement. Jouer ainsi le changement gagnant.

La déclaration de Marie Georges Buffet secrétaire nationale du PCF indiquant « qu’en Languedoc au premier comme au second tour aucune alliance n’est possible avec G. Frêche et qu’il s’agit d’une question nationale dépassant largement les limites de la Région » est un élément qui peut contribuer à la construction d’un « Front » renforcé sur sa gauche.

C’est aux communistes et à eux seuls d’en décider par la clarté des éléments sur lesquels ils auront à agir : bulletin de vote, orientations programmatiques, alliances et actions anti- capitalistes rassem­bleuses à mener au jour le jour.

La section de Béziers du PCF, 2 novembre 2009

25 juillet 2009

LANGUEDOC-ROUSSILLON: ELECTIONS RÉGIONALES 2010

UN APPEL DE LA SECTION DE BÉZIERS DU PCF.

Pour battre la droite conquérante et mener une véritable politique de gauche, anticapitaliste, au service de la population, ne recommençons pas comme en 2004 !

 

Depuis Mars 2004, marqué par un renversement de tendance électorale après le tsunami du 21 avril 2002 où la Gauche Plurielle avait été anéantie, la gauche s'est retrouvée à la direction de 20 régions sur les 22 régions françaises et de plus de la moitié des départements du pays. Est-ce que ces lieux de gestion ont servi de contre-pouvoir? Est-ce que la situation des petites gens, des salariés, des retraités s'est améliorée? Est-ce que ces élus ont été capables ou déterminés face à une droite arrogante qui par la suite a gagné toutes les élections importantes: présidentielles, législatives? Notre réponse est non. Par exemple, dans la région Languedoc-Roussillon le chômage, la précarité, les bas salaires, la pauvreté sont parmi les premiers de France. Il est vrai que c'est la conséquence de la gestion du système capitaliste dont la règle d'or est la course aux profits en mettant en cause l'avenir de la planète. Le bilan de l'équipe en place, PS, Verts, PC... est-il bon comme certains appliquant le méthode Coué, veulent nous le faire entendre ? Non.

La gestion actuelle de la région, comme elle l'était avant 2004 avec Jacques Blanc, s'inscrit dans l'application zélée de la politique dictée par l'Europe du capital via le gouvernement du pays. Elle ne peut donc que produire les mêmes effets. A part, les rodomontades du Président de la région contre les ministres ou le préfet, aucune lutte de fond politique, entraînant la population, n'a été entreprise pour résister, lutter et se battre contre les mauvais coups. Il est vrai que le parti socialiste est toujours un chaud partisan de l'Europe politique. Il la cogère d'ailleurs avec la droite au niveau européen. Les électeurs français ne se sont d'ailleurs pas trompés dans leur vote au moment du référendum de 2005 en votant majoritairement NON et aux élections européennes de juin 2009 en redisant non à cette Europe par une abstention massive.

Il est donc inopportun de savoir si c'est le moment de changer «le Calife par un autre Calife». C'est un leurre! Il est temps d'aborder les élections de 2010 avec un autre état d'esprit, d'autres propositions, d'autres contenus pour un véritable changement politique. L'expérience de ces six années de gestion de la région démontre pour les communistes que les objectifs fixés n'ont pas été atteints. Quand on pense que l'un des principaux était: «sortir du présidentialisme». L'échec est patent! En 2004, nous avions milité pour aller au premier tour avec une liste communiste rassembleuse. Ce qui, vu les résultats, aurait permis de conserver une liberté d'intervention, une autonomie dans la gestion. C'est tout le contraire qui s'est passé pendant ce mandat.

Nous proposons la réflexion et l'action autour de trois points principaux :

1 – Les principaux responsables des élus régionaux communistes sont disqualifiés.

En effet, les futurs élus communistes doivent s'engager à ne pas être de simples gestionnaires loyaux mais des élus politiques participant à des contre pouvoirs, sachant désobéir, prendre des risques s'il le faut sous le contrôle et avec la population. Regardons les salariés privés d'emploi alors que l'injection des fonds publics dans les entreprisses, les banques n'a jamais été aussi important, ils résistent , prennent des risques. Pourquoi, les élus communistes ne pourraient pas être à ce niveau?

2 – Les communistes doivent être présents au 1er tour dans une liste ouverte qui doit permettre de créer un mouvement de changement à gauche qui peut être majoritaire. Dans ce but, nous proposons aux militants du PCF, du NPA, du Parti de Gauche, du POI, du PRCF, des écologistes de se rencontrer à la base y compris dans les entreprises, de favoriser la réflexion et l'action politique pour sortir des préparations électoralistes, médiatiques et par le sommet.

3 – La fête de La Plantade des 5 et 6 septembre 2009 sera un des lieux de cette construction.

Les communistes de la section de béziers sont prêts à prendre toutes leurs responsabilités.

17 avril 2009

SERIGNAN

FAIRE PÉTER L'EUROPE DU CAPITAL!
kscan_0001.jpeg

h6wexf8d.jpg