Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 avril 2017

BÉZIERS ANTI-CAPITALISTE SUR LES ALLÉES !

paul riquet.png

14 avril 2017

VOTEZ JL MÉLANCHON

affichemelenchon.JPG

21 mars 2017

MEETING A BÉZIERS

melanchon.jpg

25 avril 2014

JL MELANCHON A NARBONNE

tractNarbonne.jpg

06 avril 2013

CONTRE L'AUSTÉRITÉ - MEETING A MONTPELLIER

pcf bezeirs,front de gauche beziers,pg,fase,melanchon,austérité,ani

autocar au départ de Béziers : rendez-vous à 18h 30 parking du Petit Casino (av pdt Kennedy / av. Rhin et Danube)

19 mars 2012

Mélenchon: "Nous allons faire de cette élection une insurrection civique"

melanchon,video bastille,pcf,front de gauche,crise,insurrection civique,constituante,6eme république














Le discours intégral de JL Mélanchon (22mm) clic sur :

http://www.dailymotion.com/video/xpj12s_discours-de-jean-...

Devant des dizaines de milliers de partisans, ce dimanche, place de la Bastille, le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon a promis de faire de l'élection présidentielle le point de départ d'une "insurrection civique", déplorant une "France défigurée par les inégalités".

"Génie de la Bastille qui culmine sur cette place, nous voici de retour, le peuple des révolutions et des rébellions en France. Nous sommes le drapeau rouge!" a clamé Jean-Luc Mélenchon, au terme de sa grande journée pour la VIe République, marquée par une longue marche festive dans Paris avec plus de 100.000 participants. "Nous allons faire de cette élection une insurrection civique", a poursuivi le candidat FG, toujours à la hausse dans les sondages.

"Ouvrir une brèche qu'attend toute l'Europe"

Pour le candidat du Front de gauche, le 22 avril (date du 1er tour) marquerait le début de "la révolution citoyenne qu'il est nécessaire d'accomplir pour changer en profondeur la vie du peuple (...) et ouvrir la brèche qu'attend toute l'Europe de son volcan français. Nous sommes venus au bon endroit, à la bonne date." Replaçant son propos dans le contexte de la crise à l'échelle européenne et s'adressant "au peuple grec, aux Espagnols, aux Portugais, aux Italiens, à tous ceux qui ont pour l'instant sur leur tête le poids de l'oppression", le porteur du programme partagé a clamé: "La souveraineté du peuple, telle est la grande question qui va dorénavant occuper toute l'Europe... Il nous faut aujourd'hui, dans cette France défigurée par les inégalités (...), tourner la page une nouvelle fois de l'Ancien Régime (...) pour refonder la République, de refonder la France elle-même".

"Constituante et Citoyenneté en entreprise"

A ce titre, il a appelé à la formation d'une "Constituante", qui devra être "strictement paritaire" pour poser les fondations de cette VIe République. Jean-Luc Mélenchon a aussi prôné "l'établissement de la citoyenneté en entreprise", avant de promettre l'extension "à toutes les terres françaises" de la loi de 1905 sur la laïcité et le "droit de décider de sa propre fin et d'être assisté quand on le décide". Avant que ne retentissent L'Internationale et La Marseillaise, il a conclu son discours en lançant "Vive la sociale!", slogan contestataire qui a aussi été le titre d'un film de Gérard Mordillat de 1983.

logo-fdg.jpg

16 mars 2012

BÉZIERS PRÉSIDENTIELLE et LÉGISLATIVES

Midi libre du 14/03/2012 et du 15/03/2012

pcf,présidentielles,legislatives herault,melanchon,biterrois,front de gauche,barbazange

pcf,présidentielles,legislatives herault,melanchon,biterrois,front de gauche,barbazange

15 mars 2012

18 MARS : A LA BASTILLE !

BASTILLE_18_MARS-2-374x500.jpg

25 février 2012

PRÉSIDENTIELLE ET LEGISLATIVE : J.L. MÉLANCHON et P. BARBAZANGE

mélenchon-affiche-besançon.jpg

Vendredi 17 février avait lieu au siège de la section du parti communiste de Béziers (2 rue Voltaire) l’inauguration du local de campagnes pour les élections présidentielle et législative. On sait que la section de Béziers s’est inclinée devant le choix des communistes qui ont désigné Mélenchon comme leur candidat aux élections présidentielles. Paul Barbazange et sa suppléante Françoise Péralta se sont inscrits dans le Front de Gauche pour défendre les couleurs du pcf dans la sixième circonscription.

Une soixantaine de personnes avaient répondu à l’invitation qui leur avait été faite. Après une brève présentation, Aimé Couquet, président du comité de soutien à Paul Barbazange et Françoise Péralta, a rapidement donné la parole aux candidats. Paul Barbazange a exposé la situation. Le bilan du quinquennat de Sarkozy est lourd au plan économique et social. Le bassin d’emploi du Biterrois est en queue de classement au plan national et avant dernier au plan régional. Mais le candidat président refuse d’engager le débat sur son bilan.

Elie Aboud avait eu l’imprudence de le faire, chiche lui avait-il été répondu ! Mais les choses sont restées en l’état. Elie Aboud c’est l’archétype du politicien de droite qui n’a aucune solution à apporter aux problèmes des gens. Il est par ailleurs très lié à la mouvance nostalgérique qui le rapproche par ses idées et ses propositions du Front National.

Le parti socialiste ne bénéficie pas sur la circonscription d’une forte popularité, on l’a vu avec les dernières élections cantonales où dans le quatrième canton le conseiller général sortant a eu des difficultés à être réélu. Pendant ce temps la politique poursuivie au plan européen conduit les peuples dans une misère spectaculaire. C’est le cas en Grèce, mais ça l’est aussi en Espagne, en Italie et demain en France si nous ne réagissons pas. En Allemagne également, contrairement à  une légende savamment entretenue, le bien-être n’est pas au rendez-vous pour les petites gens. Il y a une place à occuper pour sortir de cette situation. Le candidat et sa suppléante vont œuvrer à la conquérir mais ils appellent à la mobilisation de tous pour atteindre l’objectif.

Une plage de temps a été laissée à l’assistance pour qu’elle s’exprime. Ont été relevés les risques de guerre que fait courir un système en fin de course et la responsabilité de l’idéologie d’Elie Aboud en la matière. La destruction des acquis sociaux dans tous les pays de l’Europe, la désignation de nouveaux boucs émissaires ont été dénoncés. Des initiatives ont été signalées : le mardi 21 à 14 h devant le Polygone, action de solidarité avec le peuple grec victime d’un septième plan d’austérité qui ne règle rien mais enfonce toujours plus la Grèce dans les difficultés, le mercredi 29 février, appel des syndicats contre la politique d’austérité qui s’applique à l’Europe.

Un apéritif dînatoire copieux clôturait l’inauguration du local de campagnes laquelle a donné du tonus à ceux qui sont engagés dans celles-ci.

ps : Le local de campagne est ouvert tous les lundis à partir de 18 heures : 2 rue Voltaire BÉZIERS

melanchon,pcf beziers,grece,elie aboud,barbazange,front de gauche

11 février 2012

BÉZIERS: CONFÉRENCE DE PRESSE de Paul BARBAZANGE

beziers,barbazange,melanchon,elis aboud,6eme circonscription,legislatives

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25 janvier 2012

8 FÉVRIER à MONTPELLIER avec MÉLANCHON

MONTPELLIER,MELANCHON,FRONT DE GAUCHE,BEZIERS,PCF,BEZIERS

COMMUNIQUÉ SECTION PCF BÉZIERS :

"La section du PCF de Béziers communique qu'elle appelle les Biterroises et Biterrois à participer au grand meeting du Front de gauche de la Région Languedoc-Roussillon avec JL Mélanchon le mercredi 8 février à 20 heures.

Pour cela, nous mettons en place un car « gra­tuit »au départ de Béziers à 18 h 30 sur le parking de l'ancienne cave coopérative (à coté de l'Inter­marché), en bas de l'av. Rhin et Danube.

.

- pour que  le Front de gauche soit un lieu de rassemblement dans un large mouvement antica­pitaliste allant bien au-delà des organisations le composant.

- pour que  la campagne des présidentielles soit un trem­plin pour Paul. Barbazange, candidat communiste dans le cadre du Front de gauche, et Françoise Péralta, syndicaliste, sa suppléante...

se sont ,entre autres, les raisons pour lesquelles les communistes et autres citoyens du Biterrois seront  nombreux dans le meeting régio­nal du Front de gauche."

***************************************************************************************************************************************

 

17 décembre 2011

élections 2012 : 1ere RÉUNION FRONT DE GAUCHE à BÉZIERS

 

 Jeudi 16 décembre, au Centro espagnol une assemblée citoyenne, composée essentiellement de militants, d'associatifs et de syndicalistes, a répondu à l'invitation des candidats du Front de gauche à s'engager dans la double bataille électorale des présidentielles et des législatives.

Un riche débat a succédé à l'introduction de Paul Barbazange et Françoise Péralta candidats dans la 6éme circonscription de Béziers qui regroupe ses 4 cantons, 16 communes de Lespignan à Basssan. Les intervenants ont choisi parmi la grande diversité des thèmes quelques aspects politiques, économiques, sociaux déterminants.

 

 Politiques : La "violence jusqu'au bout" du sarkozisme et du Medef visant à la démolition méthodique de tous les acquis du Front populaire, de la Libération, des luttes. Et les réponses que cherche à y apporter le Front de gauche, portées à Béziers par la candidature de Jean-Luc Mélenchon (FG) à la présidentielle, et aux législatives P. Barbazange (PCF) / F. Péralta (personnalité syndicaliste, sérignanaise), en accapplication du double accord national portant sur ces deux élections. L'équilibre et diversité sont donc réalisés en Biterrois! Si l'accord départemental n'est pas encore conclu dans l'Hérault c'est en raison de divergences d'appréciations entre PCF et PG. Ce dernier exigeant deux circonscriptions (Montpellier VIII et Bédarieux). Dans notre circonscription l'ensemble des candidats du Front de gauche étant désignés, il aurait été fâcheux de perdre du temps. D'autant que Le Pen, Sarko, Bayrou et Hollande sont en campagne et que l'abstention risque comme en 2002 de favoriser droite et extrême droite!

Économiques: Le monde capitaliste traverse la plus grave de ses crises, plus grave que celle de 1929 qui a conduit à la 2ème guerre mondiale. S'il reste maître du jeu, ce régime n'a d'issue que dans une évolution autoritaire lui permettant de maintenir le taux d'exploitation. Les militants du Front de gauche du Biterrois y opposent un avenir socialiste et démocratique pour la France et l'Europe. L'enjeux est à ce niveau, c'est ce qui rend parfois les débats si difficiles, âpres. C'est ce qui inquiète et décourage certains. Face à cette situation nouvelle les "solutions du passé" du type Union de la gauche, de 1981 ou Gauche plurielle, comme en 1997 ont amplement démontré leurs limites et le mot est faible, utilisé ici par pure diplomatie. Nous devons nous orienter vers autre chose, trouver ensemble une autre démarche: "Le programme partagé" du Front de gauche n'est pas un succédané, petit bras, du programme commun, c'est un outil perfectible, à bouleverser, à bousculer par les mobilsations, les luttes de classe. C'est en cette perspective qu'il mérite d'être diffusé et lu.

Social: Uune seule question peut résumer ce 16 decembre 2012 : où sont passés les milliers de biterrois qui manifestaient à répétition l'an dernier contre la réforme des retraites voulue par le MEDEF et portée par Sarkozy, Couderc et Aboud ? Soutenus dans leur actions par 70% des français si on accorde crédit aux sondages. Où étions nous ce 13 décembre ? Peut il y avoir d'issues à la crise du capitalisme sans intenses luttes de classe ? avant, pendant et après les élections. Rappelons nous qu'en 1936 les "congés payés" n'étaient pas au programme du Front populaire. Par quel miracle en sont ils devenus l'acquis emblématique ?

 Françoise Péralta a quant à elle développé avec une grande rigueur la situation très dure – pauvreté, parfois misère - dans laquelle se trouvent tant de salariés (jeunes, temps partiels du commerce comme elle) chômeurs, précaires, retraités aux minimas. Sortir de la désespérance dans laquelle les enferme leur situation est l'enjeu central de ces deux élections et des luttes ! Cette perspective a largement contribué au débat.

 

Un échange fourni entre la salle et la tribune a permis entre autres de travailler plusieurs questions :

Les raisons de la menace Front National... articulation en péride de crise entre la capacité de ce parti d'extrême droite à surfer sur la colère, la concurence entre salariés, l'idée de Nation qu'ils tentent de récupérer et les abandons regrettables des communistes: Nation, cadre national de certaines productions, protections douanières possibles, construction avec les salariés d'une perspective optimiste, mobilisatrice de sortie de la crise... Nous avons donc deux responsabilités : ne laisser aucun terrain, montrer sans relâche la place, le rôle de ce parti d'extrême droite dans l'accentuation des violences du capitalismes.

L'état de crise du pays: Le caractère totalement artificiel de la dette, la profondeur de la crise industrielle, la nécessité d'avancer enfin avec force la perspective de réindustrialisation avec les enjeux énergétiques, d'autres utilisation et contrôles des investissements, des formations que cela comporte...

La question de l'abstention : Choix politique plus ou moins conscient de nombreux exploités pour dire leur défiance à l'égard de la droite mais aussi de la gauche. Le PS, les militants socialistes, Hollande en menant une campagne centriste tendant la main à Bayrou sur un programme compatible avec les intérêts du capital prennent une grave responsabilité; à la fois de faire perdre la gauche comme en 2002 et, aussi risqué, de préparer un nouveau quinquennat d'accompagnement de la crise.

 

Nous sommes donc confrontés à forte partie. Le Front de Gauche et ses militants également! Il y aura donc besoin d'un apport communiste de haut niveau. Le rassemblement, l'élargissement étant intimement lié. A Béziers, nous avons dans l'opposition municipale l'expérience d'une pratique de lutte avec le NPA, des perspectives existent.

Une bonne soirée électorale donc. Paul Barbazange a donc conclu sur l'appel sans ambiguïté de Pierre Laurent à FR3 de politiser le contenu de la campagne Front de gauche. Tout reste à faire, avec des perspectives de débats et de luttes. Dans ce cadre,  un débat sur"l'Europe et l'euro" organisé le vendredi 6 janvierà 18h 30, 2 rue Voltaire à Béziers avec Alain Morin directeur de la revue économique du PCF et Marie Christine Burricand membre du Conseil national du PCF et secrétaire de section à Vénissieux.

Sans oublier une manifestation contre l'austérité et la misère organisée le samedi 21 janvier à Montpellier et un meeting électoral régional avec Jean Luc Mélenchon, le 8 février à Montpellier.

D'autres initiatives seront prises dans chacune des communes de la circonscription en fonction des possibilités. Une dizaine de "Programmes partagés" ont été vendus. La discussion s'est poursuivie autour d'un apéritif.

18 juin 2011

PCF BÉZIERS CHOISIE CHASSAIGNE


Résultats de la consultation interne au PCF sur Béziers pour désigner le candidat aux élections présidentielles 2012 :

Inscrits :     244

Votants :    199

Exprimés :  197

ont obtenu :

CHASSAIGNE :   156 (79,20 %)

MELENCHON :    39  (19,79 %)

DANG TRAN  :       2 ( 0,01 % )
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici, pour  le département  de l'Hérault,  les résultats provisoires (il manque la section de Bédarieux) du scrutin de désignation du candidat du PCF pour les élections présidentielles.  
Inscrits .............. 1.403
Votants ..............1.065    (75,90%)
Exprimés ........... 1.054
Nuls et blancs .....     11
Mélenchon...........   652   (61,85%)
Chassaigne .........   375   (35,57%)
Dang-tran ...........     27  ( 2,56%)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 juin 2011

UN APPEL POUR ANDRÉ CHASSAIGNE...


la candidature qui peut faire bouger la gauche

Les 16, 17, 18 juin : Lors de la conférence nationale du PCF, pliant devant l’exigence démocratie, la direction a accepté un bulletin comportant toutes les candidatures.

Les pressions ne vont pas manquer sur les communistes d’ici le vote. Ainsi soyons sûrs que nous allons entendre en long et en travers l’argument suivant : “Si les communistes choisissaient André Chassaigne, l’accord actuel du Front de Gauche serait remis en cause et notre entrée en campagne serait retardée. Par ailleurs pour parvenir à un nouvel accord que faudrait-il faire ? Laisser le double ou le triple des circonscriptions à nos partenaires ?” Ceux qui ne cèdent pas à ce qu’il faut bien appeler un chantage seront accusés d’occulter cet aspect.

Mais qui a occulté dans le parti la candidature d’André Chassaigne ? Qui n’a jamais posé publiquement la question au Parti de gauche : “que faite vous si Mélenchon n’est pas choisi ?” Avant le Conseil national d’avril, Pierre Laurent dans le Rhône disait « si Jean-Luc Mélenchon n’est pas élu à la conférence nationale, ce n’est pas possible vis-à-vis de nos partenaires, ils n’accepteront pas ».

MAIS SI CHOISIR ANDRE CHASSAIGNE, C’ÉTAIT PRÉCISEMMENT MIEUX SERVIR LE FRONT DE GAUCHE ? VOYONS POURQUOI ?

Quelle ambition et quels contenus d’une campagne des communistes et du Front de gauche ?

Les luttes et les élections présidentielles et législatives s’inscrivent dans un contexte inédit. Celui d’une formidable crise économique, sociale, politique, culturelle, de société et de civilisation. Mais toutes les politiques menées depuis 30 ans visant à « sauver le système », au lieu de chercher à le dépasser, ont conduit à l’aggravation formidable de cette crise systémique avec le tournant de 2008-2011. Pourtant, de cette réalité, du neuf peut sortir pour les peuples. Le Parti communiste a, avec d’autres, une responsabilité déterminante par son analyse, son projet original, son action et sa démarche de rassemblement pour contribuer à sortir de la crise, à maîtriser les marchés, à dépasser le capitalisme.

Des atouts existent. Les révolutions conservatrices menées par les droites et l’extrême droite dans le monde prévalent mais on assiste aussi à des résistances et des expériences voient le jour (retraite, référendum sur le TCE, marche des précaires à Lisbonne, mobilisations de type nouveau en Espagne, révolutions dans le monde arabe et latino-américain…). Elles réactualisent les questions d’une transformation radicale et du rôle des forces qui y contribuent.

Dans cette période, que voulons-nous pour notre peuple, notre pays, l’Europe et le monde ?

La lancinante question des moyens pour répondre aux urgences sociales, nous l’avons affrontée durant la campagne des cantonales. Elle se pose encore plus fortement pour les élections nationales de 2012. La contestation est plus indispensable que jamais. Mais plus encore qu’hier n’avons-nous pas à développer, de façon originale à gauche, un débat sur le choix de société ? Une société où économie, social, culture, écologie, santé, éducation,…sont tournés vers l’émancipation de chacun, de tous et maîtrisés par tous. Le champ du rassemblement est considérable : l’ensemble du salariat, des plus précaires aux plus qualifiés exploités, toutes générations confondues, et tous les autres dominés, femmes, jeunes, personnes âgées, populations issues de l’immigration !

Quel type de campagnes et quel but proposons-nous ?

Le but de notre campagne pour la présidentielle, c’est la progression de nos idées alternatives et son impact sur la gauche, et pour la suite, bien au-delà d’une amélioration limitée du pourcentage électoral. Une répartition des richesses et un étatisme correcteur du marché n’ont pas suffi hier. Ils sont inefficaces aujourd’hui si l’on ne s’attaque pas à la façon de produire les richesses et au crédit. C’est pourtant le cœur du projet de Jean-Luc Mélenchon et de ce qu’il retient du programme partagé, outre l’agitation populiste. C’est une différence majeure entre nous, avec aussi le suivisme de l’OTAN en Libye, le nucléaire, l’Europe, le rôle de la monnaie et des banques…

La confrontation des idées au sein du Front de Gauche fait émerger divergences et convergences. La pratique actuelle de ne vouloir retenir que les convergences affaiblit le programme et le rassemblement en gommant la richesse des avis alternatifs : faisons le pari de l’intelligence de l’intervention populaire pour choisir entre les meilleurs arguments. Les expériences en Allemagne (Die Linke) comme en Espagne (Izquierda Unida) parce qu’elles ont absorbé le courant communiste dans un rassemblement intégrateur, en s’accordant sur un minimum, n’ont-elles pas conduit au final à l’effacement des partis communistes et au renforcement de la droite et des sociaux libéraux ? Ces contradictions sur le fond comme sur la forme du rassemblement concernent le Front de gauche comme l’ensemble de la gauche. Elles supposent, pour être surmontées, l’intervention des luttes, le refus de toutes formes de ralliement, la main tendue à toute la gauche dans le débat critique. Tout cela doit se traduire dans la campagne sous peine de se couper de l’électorat de gauche dans son ensemble.

Quelles luttes pour parvenir à dépasser ces contradictions et faire vivre notre démarche ?

La campagne « contre la vie chère », à condition d’être impulsée et suivie dans la durée pour ne pas être un leurre, peut contribuer à cela. En la déclinant sur l’exigence d’augmenter les salaires, les retraites et les pensions, d’accéder au logement de qualité pour tous, à un système de protection sociale régénéré, à un bon emploi et une bonne formation pour chacun-e, avec les moyens du crédit (Fonds régionaux, Pôle public, BCE, FMI) et la conquête de pouvoirs nouveaux, cette campagne participera à des avancées immédiates et aux prises de conscience d’autres possibles. Par exemple, une réorientation profonde de la construction européenne avec, notamment, la création monétaire par la BCE pour financer les services publics, via un Fonds de développement social européen. N’est ce pas, d’ailleurs, l’engagement des communistes lors de leur dernier congrès de mettre en œuvre une démarche de fronts de luttes, d’idées et d’actions et non un cartel de la gauche de la gauche ? Ne sommes nous pas, là, face à une opposition entre deux conceptions du front de gauche ? Et non pas entre deux personnalités.

La candidature d’André Chassaigne est porteuse de cette visée rassembleuse, avec ce contenu et une nouvelle pratique politique. Elle permet ce débat. Elle peut être librement choisie par les communistes comme le permet le bulletin de vote adopté à 80% par la Conférence nationale. Tous ces enjeux ne disparaîtront pas en 2012. Ils devront être évalués lors de notre prochain congrès. Il s’agira de porter une visée et une démarche politique pour un PCF renforcé, démocratique, rassemblé, utile au rassemblement le plus large et aux luttes. Donc enfin transformé !

Jean-Jacques BLANC, Frédéric BOCCARA, Paul BOCCARA, Alain BOLLA, Stéphane BONNERY, Gisèle CAILLOUX, Jean-Louis CAILLOUX, Yves DIMICOLI, Thierry DOULAUD, Denis DURAND, Jean-Marc DURAND, Marie-Thérèse EYCHART, Pierre GARZON, Jean-Louis GIRAUDOU, Anne LAFAURIE, Michèle LEFLON, Jean MAGNIADAS, Nicolas MARCHAND, Catherine MARTIN, Catherine MILLS, Alain MORIN, Marine ROUSSILLON, Marcel ZAIDNER

28 janvier 2010

MEETING MONTPELLIER

22733_1316134949067_1401534952_853484_3198353_n.jpgCOMMUNIQUÉ DU COMITÉ UNITAIRE BITERROIS "A GAUCHE MAINTENANT":

"Les forces réellement à gauche en Languedoc Roussillon ont signé un accord. Se retrouvent pour le 1er tour des élections régionales: PCF, NPA, PG, M’PEP, Gauche Unitaire, Alternatifs, Fédération et Objecteurs de croissance.

Leur liste «A GAUCHE MAINTENANT!» menée par R. Revol, F. Liberti et D. Hermet, tiendra un meeting régional avec Marie Georges BUFFET, Olivier BESANCENOT et Jean Luc MELANCHON au Parc des expositions de Montpellier-Fréjorgues VENDREDI 29 JANVIER à 20 heures.


Départ en car de Béziers à 18h 30 précises du parking du petit Casino (angle av. J. Moulin et Bd pdt Kennedy)

inscrition le plus rapidement: 04 67 76 43 78 (tlj entre 15h30 et 19 heures)