Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 août 2017

BEZIERS - FÊTE DE LA PLANTADE 2017 -PROGRAMME

afficheplantade.jpg

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

beziers,fete de la plantade,pcf bÉziers

26 avril 2017

BÉZIERS - Élections présidentielles et législatives

bezires,elections,pcf beziers,nicolas cossangeLes résultats des présidentielles à Béziers offrent une perspective nouvelle dans la dure bataille de la reconquête à gauche. Avec 20,28 %, second sur Béziers, la candidature de Jean-Luc Mélenchon a su incarner l'espoir pour les biterroises et biterrois qui se battent tant contre l'extrême-droite que pour la transformation de notre société.

Les communistes prennent acte de la volonté de rassemblement des organisations qui ont soutenu avec eux la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Depuis plusieurs mois, nous disons qu'il n'y a aucune fatalité à voir un député d'extrême-droite s'installer dans la 6ème circonscription. Le premier tour des présidentielles nous conforte dans cette idée.

Nous mettons en garde toutefois, à ne pas se focaliser sur la ville centre. Si le Front National à Béziers semble avoir atteint son plafond de verre, il en est pas de même dans la plus part des villages où il s'installe aux environ de 40 %.

Le premier pas pour la reconquête à Gauche de la 6ème circonscription est d’empêcher que le score de Marine Le Pen, au second tour de la présidentielle, soit en dessus des 50%, sans toutefois signer un chèque en blanc à Emmannuel Macron. Nous l'avons combattu, à la différence de Robert Ménard qui soutenait la Loi Travail de François Hollande. Nous le combattrons demain.

 Dans cette optique, nous invitons toutes les forces de Gauche à une réunion, le mardi 2 mai 2017, à 17 heures, au 2, rue Voltaire à Béziers.

Nicolas Cossange - Béziers le 26 avril 2017

24 avril 2017

AVOIR DES DÉPUTÉS COMMUNISTES/FRONT de GAUCHE

beziers,biterrois,herault,elections,pcf beziers

Montpellier, DIMANCHE 23 Avril 2017 - communiqué PCF34

Le résultat du premier tour de la présidentielle est une situation extrèmement grave pour notre pays. Les près de 20 % obtenus par Jean-Luc Mélenchon lèvent un espoir nouveau pour l’avenir. Le combat continue pour les millions de femmes et d’hommes, jeunes, salariés, privés d’emplois, retraités, étudiants qui ont massivement exprimés par ce vote leur aspiration à une nouvelle société. Cette aspiration continuera de pousser, la forte mobilisation de la jeunesse et des quartiers populaires dans cette élection sont une promesse pour l’avenir : rien n’est de plus urgent que contribuer rapidement à leurs émergences.

Le PCF en sera parti prenante avec toutes les forces politiques, sociales et citoyennes qui voudront mener ce combat. Notre engagement a permis à Jean-Luc Mélenchon d’obtenir de très bons résultats dans les villes où nous sommes bien implantés.
Une nouvelle page de la politique française commence à s’écrire et le PCF y est d’ores et déjà totalement investi avec son projet, La France en Commun.

Dans l’immédiat, conscient de nos responsabilités, nous appelons le 7 Mai lors du second tour de l’élection présidentielle, à barrer la route de la présidence de la République à Marine Le Pen et à son clan. Cet appel n’est en aucun cas un soutien au programme libéral et anti-social d’Emmanuel Macron que nous avons combattu quand il était ministre et que nous combattrons demain.

Face à un tel second tour de l’élection présidentielle, les élections législatives du 11 et 18 juin prochain ont plus que jamais une importance cruciale.
Fort du résultat obtenu ce dimanche nous pouvons élire un grand nombre de Députés de combat, fidèles aux intérêts populaires comme l’ont été les Députés PCF/Front de Gauche pendant 5 ans. Les communistes héraultais, sont déjà investis dans cette bataille législative pour faire entrer le peuple à l’Assemblée Nationale. Dès ce soir (DIMANCHE), dans l’Hérault, nous appelons les forces de transformation sociale et écologique, engagées dans la campagne de Jean Luc Mélenchon ou non, à se rencontrer dans les plus brefs délais. Il s’agit de préparer ensemble, dans notre diversité et le respect de nos organisations, les échéances décisives à venir.

Nicolas Cossange
Secrétaire Départemental PCF 34

18 avril 2017

BÉZIERS ANTI-CAPITALISTE SUR LES ALLÉES !

paul riquet.png

30 mars 2017

BÉZIERS - FRONT NATIONAL L'IMPOSTURE

2017 repas a theme du 7 avril_0001.jpg

20 mars 2017

SOLIDARITÉ AVEC BIL'IN - PALESTINE

img512.jpg

19 février 2017

BÉZIERS - "la cigale, le corbeau et les poulets"

JEUDI 2 MARS - 20h

Monciné Polygone à Béziers

projection du film "la cigale, le corbeau et les poulets"

Début 2009, des balles de 9 mm et des lettres de menaces sont envoyées au président de la République, Nicolas Sarkozy. Pierrot, Tintin, le Suisse et leurs compères, dont le QG est un bureau de tabac nommé La Cigale à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault), vont être accusés d’être le corbeau et poursuivis par tous les poulets antiterroristes de France. Mais pourquoi eux ?

19 janvier 2017

PCF BÉZIERS - VOEUX ET ÉLECTIONS

2017 invitation voeux_0001.jpg

15 janvier 2017

A PROPOS DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES de JUIN 2017

Intervention de Paul Barbazange au Conseil national du PCF du 13 janvier 2017

pcf beziers,éléctions 2017De congrès en congrès, d'élections en luttes, en particulier en 2016 avec l'affrontement contre la loi El Komhri, avec nombre de nos camarades nous avons contribué à construire des propositions communistes pour sortir de la crise systémique du capitalisme. Parfois cela s'est fait dans une réelle diversité d'approches. C'est ainsi que nous concevons l'apport politique communiste à la rupture nécessaire avec le capitalisme. Une partie de ces propositions se retrouve dans la France en Commun.

La seule perspective de rassemblement des communistes, préalable indispensable à tout rassemblement plus large est de continuer à tracer ce sillon communiste sur toutes les questions: Salaires et profits, défense et promotion des conquis sociaux, des services publics, de la protection sociale. Réindustrialisation et restructuration écolo-compatible de notre production agricole; action déterminée contre les dérèglements climatiques; combat sans faiblesse pour la paix, le désarmement et contre le terrorisme. Il y a cohérence communiste de ces propositions. Être communiste ce n'est pas que proclamer "rassemblement", c'est agir sur les contenus. Sur la question de l'Europe après le Brexit et l'échec de Siriza il va être possible et nécessaire de renouveler le positionnement communiste.
C'est donc partout dans les 577 circonscriptions quels que soient les historiques  et rapports de force locaux que la campagne autonome présidentielles et législatives peut se construire. Nous pouvons y donner un contenu convenant à ceux qui luttent, qu'ils puissent faire leur. Beaucoup de travail reste à faire en ce sens. Mais, Pierre Laurent l'a souligné à sa façon tout à l'heure dans son intervention, d'autres camarades nombreux l'avaient fait  aussi il y a une dimension spécifique, propre au niveau national, sans lequel tout ce que nous pourrions réussir au plan local perdrait toute cohérence. Et nous avons beaucoup souffert d'un déficit de cohérence nationale lors des précédentes élections.


Nous disons il faut des parlementaires communistes, il faut un groupe communiste à l'Assemblée Nationale et cela se joue dans les sept circonscriptions où nous avons un sortant, les 10 circonscriptions où nous avions un élu avant 2012, ainsi qu'une trentaines d'autres circonscriptions où nous pouvons avec une rude bataille de rassemblement passer les 12,5% au premier tour puis envisager la gagne au second. Pour cela nous ne pouvons avoir dans ces circonscriptions de concurrent France Insoumise. Ce n'est pas négociable si nous voulons avoir un groupe. Et la dernière législature, contre la loi El Komhri en particulier démontre l'importance de cet objectif.

Oui nous pouvons construire une campagne communiste autonome dans les 577 circonscriptions. Oui c'est là que se construit le rapport des forces, mais  la construction nationale cohérente, continue et visible de la politique autonome du PCF sera décisive également.

14 janvier 2017

BÉZIERS : communiqué sur les élections présidentielles et législatives

“Comme l’a décidé, au cours d’un vote, la majorité des membres du Parti Communiste, je soutiens la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle d’avril 2017. Et localement, je soutiens la candidature du candidat PCF-Font de Gauche, Nicolas Cossange et sa suppléante Nadia Mateu dans la 6ème circonscription de l’Hérault (Béziers et ses environs) pour les élections législatives de juin 2017.”
 
Aimé COUQUET, Conseiller municipal PCF de Béziers, Conseiller communautaire, Conseiller régional honoraire.
 
Une réponse indirecte à Jean-Claude Gayssot qui appelle à voter pour Manuel Valls (Midi-Libre du 14/01/2017 lors d'une conférence de presse entouré de socialistes de l'Hérault) . JC. Gayssot se réclame toujours de son appartenance au PCF en tant qu’adhérent alors que la Fédération du PCF de l'Hérault a considéré* que de fait de ses positions à l'égard de Frêche il s'était exclu de lui même du Parti communiste...
 
*Dans le cadre des élections régionales de mars 2010, Jean Claude Gayssot, en désaccord avec les communistes de la région Languedoc-Roussillon se présente, (avec 3 autres communistes) sur une liste de Georges Frêche (hors PS). Le 4 mai 2010, le Conseil départemental de l'Hérault considère dans une motion: "Que J-C Gayssot ne peut s'exprimer au nom du Parti communiste français et qu'il s'est mis lui-même en dehors du Parti par ses prises de décisions et positions"

03 janvier 2017

2017

voeux pcf.png

23 novembre 2016

Appel d’André Chassaigne pour la candidature communiste

bandeau beziers pcf.jpeg

NOUS COMMUNISTES

Réunis en conférence nationale le 5 novembre à Paris, les délégués du PCF de tout le pays ont envoyé un message fort, dont la teneur et le sens profond méritent ici d’être précisés. Les médias l’ont en effet interprété comme un vote contre Jean-Luc Mélenchon. Cette lecture est superficielle. Certes, la personnalisation de cette candidature, comme son orientation, suscitent de justes interrogations auprès de nombre de nos militants. Il n’empêche, l’essentiel est ailleurs. Ce vote revêt un sens positif, constructif et dynamique.

Dans le contexte actuel, une candidature issue du parti communiste est légitime et nécessaire pour faire entendre la voix des communistes. Bien au-delà, elle a vocation à rassembler les progressistes de notre pays. Malgré les coups de boutoirs assénés depuis 2012 par les gouvernements socialistes, nous demeurons toujours animés par un « esprit de conquêtes sociales », par un attachement viscéral aux valeurs humanistes, celles de paix, de justice, de partage, d’égalité et de fraternité. Ces mots et ces valeurs nourrissent et animent l’engagement de nos militants dans tous nos départements. Notre identité est une identité généreuse. C’est aussi une identité d’avenir, celle d’où viendra le salut de la gauche.

Alors que certains sont pressés d’enterrer les communistes et annoncent la fin de leur parti historique, nous sommes pourtant toujours vivants, debout, combatifs, force organisée et ouverte, présents dans les assemblées élues comme dans les combats menés par nos concitoyens. Nous, communistes, avons vocation à fédérer le peuple de gauche, à unir tous les progressistes et former ainsi un front uni contre les forces de l’austérité et de la xénophobie. Loin de toute ambition personnelle, nous pensons que les défis à relever sont collectifs : contrer à gauche la dérive libérale du parti socialiste, empêcher le retour au pouvoir d’une droite extrême et faire face au danger du Front National, refuser l’abandon de l’idéal progressiste de notre Contrat social hérité de la Révolution et de la Résistance. Il revient aux communistes, forts de leur histoire faite de luttes sociales émancipatrices, de porter aujourd’hui une candidature de la révolte face à la résignation, une candidature qui rassemble, dans le respect, tous ceux qui souhaitent incarner une alternative à la dérive libérale qui gangrène notre société et désespère les peuples. Une candidature qui portera l’exigence et l’urgence de mettre en chantier une société nouvelle. Une candidature qui n’affronte pas seulement la finance par les mots, mais par les actes, en s’appuyant sur les intelligences et les mobilisations sociales.

Cette fin de semaine, par leur vote, les communistes se doivent de prendre leur responsabilité devant l’Histoire, notre Histoire.

André Chassaigne, publié dans l'Humanité du 22 11 2016

13 octobre 2016

Appel du PCF 34

Proposition de rencontre aux organisations du FDG, à EELV, au NPA, à LO, aux associations et citoyens progressistes.jpg

09 octobre 2016

Proposition de motion ou de voeu de soutien aux salariés de la CAMERON et des ateliers SNCF de Béziers.

Monsieur le Président de la CABM,
s/c de Matthieu Reynier, Directeur de Cabinet.
 
Objet : Proposition de motion ou de voeu de soutien aux salariés de la CAMERON et des ateliers SNCF de Béziers.
 
“370 emplois industriels, plus des centaines d’emplois induits sont menacés sur le Biterrois par les décisions des directions de la CAMERON et de la SNCF sur le dépôt de Béziers.
 
C’est un véritable séisme social et économique qui pourrait impacter tout le tissu social des communes de l’agglomération (PME, artisanat, commerce, fermetures de classes...). L’industrie et le service public, le transport notamment, sont les premiers éléments qui structurent les activités économiques. Aucun territoire n’est viable sans industrie.
 
Les salariés de la CAMERON et du dépôt SNCF ont des propositions pour maintenir et développer le potentiel de l’emploi. L’irréparable ne doit pas se produire.
 
Le Conseil de la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée, conscient de la gravité de la situation soutient les salariés de ces deux entreprises, leurs dossiers de développement, et décide d’intervenir auprès des pouvoirs publics et des décideurs concernés.”
 
Aimé COUQUET.

05 septembre 2016

Débat à l’édition 2016 de la fête de La Plantade

Photo Nicolas Cossange

Il a eu lieu par une chaleur étouffante ce dimanche 4 septembre en fin de matinée. Il y avait affluence, sans doute plus de cent-cinquante personnes. A la tribune avaient place Paul Barbazange, secrétaire de la section du PCF de Béziers, Nicolas Cossange, secrétaire départemental, Aimé Couquet, élu local, et Didier Le Reste membre du Conseil National de l’organisation. Comme c’est habituel cette initiative avait mobilisé amis et camarades du voisinage, immédiat ou plus lointain.

Aimé Couquet a d’abord rappelé les conditions matérielles nouvelles de cette 33ème fête de La Plantade. Elle s’est heurtée à une offensive du maire de la ville qui ne doit pas supporter sa traditionnelle popularité. Les militants avaient fait front et malgré les circonstances le succès a été une nouvelle fois au rendez-vous.

Paul Barbazange a rappelé le contexte socio-économique que connaît Béziers. Il a valeur d’exemple et le débat que nous allons avoir, avec les perspectives immédiates ou un peu décalées, avec les échéances électorales de 2017, nous interpelle.

Didier Le Reste a présenté une analyse de la situation politique soulignant la question de la paix qu’il faut relier aux tensions que crée la crise que nous subissons. Au passage il a dénoncé la place qu’occupe la France dans le commerce des armes et la diversion qui est tentée dans l’affaire du burkini et autres considérations non essentielles pour dévoyer les consciences sur ce qui es ten cause. Il mettra en exergue la réflexion souhaitée par la direction du parti communiste sur les élections présidentielles de 2017. A l’évidence la politique menée par la majorité actuelle n’est pas de gauche et met hors-jeu ceux qui la consuident. Les échanges qui suivront seront riches, divers, contradictoires parfois, toujours sereins. La situation au niveau des menaces pour l’emploi sera développée par Jean-Marc Biau de la CGT. Les risques de guerre seront l’objet d’un commentaire sur le retour de l’idéologie colonialiste qui l’accompagne avec son cortège de racisme, de xénophobie et d’islamophobie. La laïcité a été l’objet d’appréciations différentes. Pour les uns elle s’accompagne de la liberté de conscience et n’a pas dans le passé fait toujours la preuve de sa volonté de paix et de justice.

Quelle candidature aux présidentielles de 2017 ? S’il y a unanimité sur la condamnation de ceux qui nous gouvernent il n’y a pas accord sur ce qui doit l’emporter dans le choix d’un candidat. Pour certains il est déterminé par qui est susceptible de rassembler.et de gagner, pour d’autres il faut se saisir des circonstances et utiliser ce vote pour promouvoir l’idée de rupture avec un système social qui a fait son temps. Dans cette perspective on ne peut pas faire l’impasse sur la nécessité impérieuse de disposer d’un parti révolutionnaire qui corresponde aux exigences de l’heure a-t-il été affirmé par le dernier intervenant. La logique du profit source de nos misères doit céder la place à d’autres finalités.

Les échanges ont continué, le verre à la main, au moment de l’apéritif, pris au son de l’animation musicale de la fanfare Steel Band de Narbonne, qui a suivi ce débat. Un débat ouvert, porteur d’espérance. C’est que les difficultés de chacun sont insupportables à présent. Outre le risque de guerre, la question de l’emploi, du pouvoir d’achat, de la protection sociale… en sont les illustrations les plus graves.

Jacques Cros

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

33eme fête de la Plantade réussie.
Affluence énorme, des stands toujours plus nombreux, un bon débat, aprés celui de fin de matinée, l'après midi en soutien à nos camarades kurdes, les D-Mineur en concert toujours excellents...
Les communistes ont prouvé avec les biterrois qu'ils ne s'inclineraient pas devant les diktats de Menard. Maintenir la fête dans ces conditions était un défi, sa réussite démontre que la politique peut être populaire, festive et familiale.
Une fois de plus à Beziers, la fête de la Plantade aura placé la rentrée sous le signe de la paix, du progrès et du changement de société. Le succès de notre tombola / bon se soutien prouve que les biterrois sont nombreux à partager nos valeurs.

beziers,fete de la plantade 2016,pcf beziers

12 août 2016

BÉZIERS : BAISSE DE LA MASSE SALARIALE CONTRE PRIVATISATION

baisset.jpgPromesse de Robert Ménard : « Je ferais baisser la masse salariale à la ville de Béziers ». Tiens, c'est aussi une promesse de François Hollande pour l’État ! La politique appliquée est la même. Les départs à la retraite ne seront pas tous remplacés mais le maire embauche à tour de bras des Contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE). Il est vrai que ces contrats ne coûtent pas trop cher à la commune puisque l'Etat en prend une bonne partie à sa charge. Mais ces contrats sont précaires et sous-payés. Le maire va plus loin en supprimant des heures de nuit pour les employés qui commencent leur travail à 5 heures du matin. Cela ne suffisant pas, il passe à la privatisation de travaux de nettoyage exécutés par les employés de mairie (les privant ainsi d'une rémunération complémentaire concernant des petits salaires) sur différents sites de la ville : les halles de Béziers, le théâtre municipal, la salle Zinga Zanga, le stade de La Méditerranée et les arènes de Béziers. La dépense ne sera pas sur la même ligne budgétaire soulageant la masse salariale mais le contribuable continuera à payer environ 1 million d'euros sur quatre ans.

Il n'y a pas que sur certains murs borgnes de la ville que se trouvent les trompe-l'oeil !

Aimé COUQUET Conseiller Municipal et Communautaire PCF.

06 août 2016

BÉZIERS - UNE RAISON DE PLUS POUR LES DÉMOCRATES DE VENIR À LA PLANTADE

plantade marseillaise.jpg

05 août 2016

La 33e fête de la Plantade tarifée par la municipalité

Le maire de Béziers a adressé un devis au Parti communiste pour la première fois. Réaction des intéressés

Depuis 1984, elle est la fête qui ouvre septembre. Le premier week-end du mois, durant deux jours, le PCF de Béziers mêle débats politiques et convivialité au jardin de la Plantade. Pour cette 33e année, la donne n'est plus la même et cela agace évidemment les organisateurs. Jeudi matin, lors d'un point presse, le conseiller municipal et communautaire Aimé Couquet en tête, ils ont exposé les bouleversements de la municipalité Ménard. "Chaque année, nous adressons une demande à la mairie pour utiliser le jardin de la Plantade, demander les tables, chaises, sono... Le maire nous a donné l'autorisation, mais nous a présenté un devis." Total de la facture : 13 160,14 € la fête. "Depuis 33 ans, malgré toutes les municipalités successives, aucune ne nous a fait payer quoi que ce soit. Ni nous, ni aucun autre parti. C'est la première fois", ajoute Aimé Couquet se sentant particulièrement visé. Explications : "Il n'y avait pas jusqu'ici de tarification pour le jardin de la Plantade. C'est le 6 juin dernier qu'a été mis en place un tarif de location." Même si le PCF est le seul parti politique à organiser une fête au sein de la ville, il parle "pour montrer, par rapport à la vie démocratique et toutes les organisations politiques quelle qu'elles soient, comment Robert Ménard - comme pour l'ABCR pour laquelle il a été condamné - n'interdit pas, mais demande des frais importants."

706,65€ pour un jour de fête

Selon le parti, ce sont 3 000 personnes qui fréquentent ce week-end jusque-là gracieux. "Ce n'est pas une secte qui se réunit. L'entrée est gratuite et la fête est ouverte à tout le monde", renchérit Aimé Couquet. Qui trouve le devis exorbitant signé de la main d'un maire qui "veut exercer une pression politique sur un parti qui ne lui fait pas de concession". Quoi qu'il en soit, la décision est prise. Pour réduire les coûts et ne rien annuler, la fête a été concentrée sur la journée du dimanche. De ce fait, la mise à disposition du jardin et la journée de gardiennage de trois agents (majorée, car un dimanche) coûteront finalement 706,65 €. Le matériel sera directement amené par les camarades. "Elle aura lieu avec les mêmes objectifs que depuis 32 ans : que les Biterrois et bien d'autres participent à la rentrée politique, avance Paul Barbazange, secrétaire de la section de Béziers. Nous veillerons à ce que l'aspect festif reste le même et que le côté politique soit, disons-le humblement, meilleur que d'habitude." "Nous ne sommes pas les seuls (les Allées de la Démocratie sont concernées) et il faut que la population comprenne ce qui est en train de se passer. Au-delà de l'économie, il y a taxation supplémentaire des milieux populaires. On organise à notre façon la résistance", conclut le secrétaire.

MIDI LIBRE du 5 août 2016

06 juillet 2016

La Garde Biterroise “OUT !”

Le 5 juillet 2016, le Tribunal Administratif de Montpellier vient d’annuler la délibération du conseil municipal du 15 décembre 2015, votée par la majorité de Robert Ménard, portant création de la “Garde Biterroise”. Le tribunal a dit le droit. Il confirme ainsi son ordonnance du 19 janvier 2016 par laquelle, répondant a un déféré du Préfet de l’Hérault, il suspendait l’exécution de la délibération de création de la garde Biterroise.
 
Je m’en réjouis étant donné que lors de cette séance du conseil, avec l’ensemble de l’opposition, je m’étais élevé contre le contenu de cette délibération portant atteinte aux libertés individuelles. Elle aurait pu ouvrir la porte aux dénonciations et à la délation. Le Maire de Béziers devra tenir compte que heureusement, Robert Ménard, n’est pas au-dessus des lois !
 
Aimé COUQUET, Conseiller Municipal PCF.

26 juin 2016

Après le Brexit, plus que jamais "Faire péter l'Europe capitaliste".

Il est toujours bon de se retourner sur son passé pour le retravailler à la lumière des évènements présents. Lorsque nous nous apercevons que nous avions anticipé cela encourage à poursuivre les réflexions collectives confrontées au temps présent, dans tous les cas cela nous aide à la compréhension du réel. Actuellement le PCF souffre terriblement de son incapacité à procéder dans un cadre collectif à cet examen et à ses éventuelles dimensions autocritiques, le 37éme congrès nous a confronté à cette exigence politique sur la dernière séquence électorale (municipales, départementales, régionales) et justement sur l'Europe.

Avec le "Brexit" nous remontons un peu plus loin. Il y a maintenant près de 10 ans dans les batailles qui ont succédé à la victoire du NON au référendum sur l'Europe la section de Béziers s'est très majoritairement déterminée sur le choix du mot d'ordre: "Faire péter l'Europe capitaliste". Ce choix s'est révélé depuis une décennie un de ses fondamentaux

Je me souviens l'avoir défendu tant dans le réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" qu'au sein du conseil national. Dans le réseau, si mes souvenirs ne me trahissent pas, c'est le terme "péter" qui faisait tiquer une majorité des présents. On était plustôt pour "sortir de", quant à "capitaliste" ma foi la section de Béziers mettait peut être la barre très haut tout de suite, trop vite! Au Conseil national du PCF, bien entendu, la proposition a été alors totalement inaudible. Me semble t-il même "incompréhensible" pour ceux qui essayaient d'apprécier fraternellement les différences. Il y a 10 ans on brodait déjà avec conviction sur " la transformation démocratique des institutions européennes".

Depuis la vie politique a suivi son cours et dans ce domaine: l'accord de Lisbonne bafouant le vote des français, la poursuite obstinée par le capital de sa politique d'exploitation, d'intégration supra nationale, l'accord TAFTA, la "libre circulation" de la force de travail à exploiter conjuguée aux barbelés aux frontières de l'Europe... ont montré de vers quelle démocratie va l'Europe unie. Avec pour conséquence un rejet populaire grandissant et la captation d'une grande part de ce rejet par les forces d'extrême droite. Chaque peuple vivant cela à sa façon. En France, le Front National occupant de façon magistrale l'espace que nous leur avons abandonné.

N'oublions pas la Grèce où une équipe "réformiste radicale", parvenue démocratiquement au pouvoir, renforcée par les votes populaires un temps, a vite démontré les limites des choix théoriques d'aménagement de l'Europe capitaliste. Et les derniers mois de luttes montrent à leur façon, en France, que d'autres choix stratégiques sont obligatoires.
Vient le "Brexit", l'impensable, pour tous nos maîtres à penser de la City, Bruxelles et du palais de l’Élysée. Une brèche de première importance ouverte là où nous l'attendions peut être pas, dans des conditions de rassemblement qui peuvent nous dérouter. Une brèche de première importance quand même!

Plus que jamais gardons la clarté de l'objectif à terme " Faire péter l"Europe capitaliste" et examinons les modes concrets inventés par le réel. Nous allons avoir à affronter, les soubresauts issus du "Brexit"et la formidable capacité des instances dirigeantes à retrouver leur équilibre, les développements en Espagne sur lesquels nous pouvons avoir quelques craintes mais là aussi, examinons l'évolution réelle: rien n'est écrit.

En France, il va falloir avancer sur cette question pour ne pas laisser au FN un boulevard et au PS toute latitude de gouverner l'Europe unie dans l'intérêt du capital. Le refus majoritaire- à mon jugement dans un rapport de force dans la salle 6o% contre 40% - de porter les débats à un autre niveau lors du 37 ème congrès... montre le travail à faire dans le parti et dans le PGE .
Bien des éléments bougent, peuvent bouger. L'Europe capitaliste pétera parce qu'elle est invivable aux exploités. Travaillons les clivages pour un rassemblement majoritaire des exploités en France et en Europe.

 

Paul Barbazange le 26 06 2016.

 

22 avril 2016

BÉZIERS 1er MAI

befjeeia.png

24 mars 2016

SOLIDAIRE !

belgique.jpg

25 février 2016

BÉZIERS : PRIX DE L'EAU !

img857.jpg

17 février 2016

Béziers. Séance du Conseil municipal du 16 février 2016

Débat d'orientation budgétaire : Intervention Aimé COUQUET

Votre présentation du DOB 2016 n'est qu'un exercice de communication dans lequel vous vous complaisez. Vous essayez ainsi de compenser votre déficit d'appréhension de la gestion municipale. Avec celui-ci, vous avez déjà écrit le prochain numéro du journal dit municipal. Dans votre rapport, vous indiquez que « le DOB a vocation à éclairer les choix budgétaires et financiers qui déterminent les priorité pour l'année 2016 et doit permettre à l'assemblée délibérante d'appréhender les conditions d'élaboration du budget primitif ». Cela correspond à l'article L.2312-1 du CGCT modifié par l'article 8 de l'ordonnance du 26 août 2005. Il y est indiqué que ce débat doit être alimenté par une analyse rétrospective et une analyse prospective.

S'agissant de l'analyse rétrospective, il est intéressant d'examiner outre les comptes administratifs des exercices clos, en ce qui nous concerne le compte administratif anticipé de 2015. Nous sommes le 16 février 2016, les comptes de l'année 2015 sont terminés. A ce sujet le contenu du rapport présenté est très succinct. Il ne nous donne pas tous les éléments nécessaires pour une réflexion et un débat. Par exemple :

Les dispositions législatives relatives au budget prévoient que « dans les communes de + de 20.000 hab., préalablement aux débats sur le projet de budget, le Maire présente un rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes intéressant le fonctionnement de la commune, les politiques qu'elle mène sur son territoire et les orientations et programmes de nature à améliorer cette situation » article L.2311-1-2 du CGCT. Je ne l'ai pas trouvé dans le rapport présenté. Également, dans les communes de + 10.000 hab, doit figurer une présentation de la structure et de l'évolution prévisionnelle et exécution des dépenses de personnel, l'évolution des rémunérations, des avantages en nature et de l'évolution du temps de travail. Je fais remarquer que depuis que vous avez été élu Maire, vous n'avez pas présenté le « Bilan social » qui est obligatoire. Pourquoi ?
Je fais remarquer que la rédaction de ces orientations budgétaires pour 2016 entraîne souvent une confusion entre le fonctionnement et l'investissement mais est surtout imprécis :

Point 1.1 : Aujourd'hui, le taux d'évolution des dépenses de fonctionnement N-1 (2015) devrait être connu avec précision. Le rapport se contente de l'évaluer à 1,6 %.

Point 2.2 : Quel est le montant de l'épargne nette 2015 ? L'épargne brute est évaluée à 14,3 Millions d'euros, le remboursement de la dette à 11,04 millions d'euros.

Point 2.1.2 : (charges de personnel). Le rapport fait état d'une augmentation des dépenses de personnel en 2015 sans en préciser le niveau, alors que le maire, en séance publique, a affirmé à de multiples reprises que ces dépenses diminuaient. Quel est, effets du GVT inclus, le taux d'évolution pour les dépenses de personnel ?

Point 2.3 : (AP/CP) Quel est le montant des crédits de paiement à inscrire en 2016 pour les autorisations de programme ?

Point 2.4 : (perspectives budgétaires) Quel est le montant des dépenses totales d'équipement 2016 ?

Point 2.4.2 : (dépenses incontournables) Quel est le coût réel et complet de l'édition du « bulletin » municipal ?

Concernant les impôts sur les ménages taxe foncière et taxe d'habitation, je parle de la part communale qui nous intéresse : en 2013 = + 1,92% ; 2014 = - 3,22% ; 2015 = + 0,9% et en 2016 = + 1%, vous dites « augmentation imputable à l'Etat, révision des valeurs locatives + 1% » mais rien ne vous empêche pour contrebalancer cette augmentation en baissant le taux du même montant. Cela permettrait de ne pas augmenter les impôts communaux.

Je signale aussi que dans les impôts locaux biterrois existe une anomalie, c'est un héritage Couderc, c'est la recette de la TEOM qui a été transférée avec les charges à l'agglo. 2011 : + 37% (encaissé par la commune) ; 2012 = + 2,64% ; 2013 = + 5,14% ; 2014 = + 1,22% ; 2015 = + 0,91% ; 2016 = + 1% cette taxe s'applique sur les valeurs locatives du foncier bâti. La commission locale d'évaluation des transferts de charges (CLET) de l'agglo a évalué le coût du service d'enlèvement et du traitement des ordures ménagères et les recettes, notamment la TEOM. Il s'ensuit que dans l'attribution de compensation revenant à la commune de Béziers, l'agglo rembourse environ 3 millions d'euros de trop perçu. C'est à dire un impôt complémentaire que ne devrait pas payer les Biterrois. En effet, les tribunaux administratifs et le Conseil d'Etat ont statué que la TEOM « n'a pas le caractère d'un prélèvement opéré sur les contribuables en vue de pourvoir à l'ensemble des dépenses budgétaires, mais a exclusivement pour objet de couvrir les dépenses exposées par la collectivité pour assurer l'enlèvement et le traitement des ordures ménagères et non couvertes par des recettes non fiscales ; il en résulte que le produit de cette taxe et, par voie de conséquence, son taux, ne doivent pas être manifestement dis proportionnés par rapport au montant de ces dépenses. Elle ne doit pas assurer plus de 100% des charges du service... »

Enfin, concernant l'analyse prospective, il doit nous être donné les informations fiables permettant d'évaluer le coût de projets en intégrant le coût des investissements, les charges annuelles de fonctionnement et les éventuelles recettes d'exploitation. Ce n'est pas le cas. Vous vous contentez de recopier les propositions que vous avez faites dans votre rapport du DOB de 2015. Ceci démontre à quel point les choses ont peu avancé.

Pour conclure, en abordant les dotations de l'Etat, vous dénoncez, à juste titre son désengagement. Pour la dotation forfaitaire de la ville, sur la période 2015/2017, vous le chiffrez à une diminution de 6 millions d'euros. Puisque les dotations aux collectivités ne sont pas un don généreux, mais la compensation des compétences transférées dans le cadre de la décentralisation, je vous propose de présenter le budget 2016 de la commune en intégrant les sommes que l'Etat nous doit. Cela nous permettrait de mener la bataille politique pour répondre pleinement aux besoins de nos populations, en particulier de plus fragiles et de créer de véritables emplois.

07 février 2016

BÉZIERS - Après la COP 21

pcf beziers

Vendredi 5 février s'est tenu à Béziers la seconde des quatre conférences (débat publique) participant à la préparation du 37 ème congrès du PCF. En janvier le livre d'A Hayot : « Face au FN , la contre offensive » a été l'objet d'un examen fraternel et sévère, février vient de permettre une réflexion collective, animée par G. Le Puill sur la situation après la COP 21 (compte rendu analytique par J. Cros ci-dessous), le 4 mars nous permettra de recevoir B. Friot sur toutes les questions du devenir du travail et de sa sécurisation et le1er avril notre ami Ortiz sur les questions internationales et la mémoire communiste et républicaine en Espagne. Chacune de ces conférences fait l'objet d'un compte rendu adressé à la fédération de l'Hérault. Réunions de cellules et école de section compléteront ce programme.

Paul Barbazange

Après la COP 21

Le cercle populaire Joseph Lazare accueillait ce vendredi 5 février Gérard Le Puill, journaliste à L’Humanité, pour animer un débat sur les questions de l’écologie. Une cinquantaine de personnes y ont participé. Auteur de différents ouvrages, notamment « L’écologie peut encore sauver l’économie  », « Produire mieux pour manger tous d'ici 2050 et bien après » le conférencier a introduit la discussion par un rapport qu’il a situé dans la suite de la COP 21.

Pour Gérard Le Puill il y a eu volonté de la part de ses organisateurs de faire passer au premier plan les lois du marché, hypothéquant gravement la perspective de prendre en charge le problème majeur du réchauffement climatique. Il a développé les causes qui lui paraissent essentielles dans les dérèglements auxquels la planète est confrontée. Il a d’abord souligné les conséquences d’une augmentation prévisible de 3 °C de la moyenne des températures et souligné que 2015 a été l’année la plus chaude depuis que des relevés dans ce domaine sont effectués. Il a rendu responsable de cette situation la logique de la recherche du profit. Celle-ci amène à la concentration des industries et oblige les travailleurs à des déplacements quotidiens. La spécialisation des productions agricoles suivant les régions conduit à des transports importants qui sont nécessairement polluants.

Tout un chapitre a été consacré à l’énergie Deux aspects ont été l’objet d’une analyse, celui concernant l’amenuisement des réserves naturelles, celui des sources de production non polluante. A ce propos a été mis en exergue l’état des lieux qui ne permet pas de proposer n’importe quelle transition énergétique.

Le conférencier a ajouté à la responsabilité du système capitaliste la nécessité d’avoir d’autres conceptions au niveau de la consommation ou de la production agricole que celles qui nous régissent présentement. Il n’a pas craint d’évoquer une surconsommation qui entraîne la disparition des forêts cependant que le développement des villes conduit à la disparition des terres agricoles. Des méthodes biologiques peuvent être présentées comme une alternative aux cultures industrielles qui se sont mises en place. Le maraîchage de proximité en est un élément.

Les échanges qui ont suivi ont fait apparaître des interrogations. Les variations climatiques au cours de l’histoire de la Terre n’ont pas toujours été le fait de l’activité des hommes. La surconsommation ? Pas pour ceux qui sont au bas de l’échelle sociale ! Les transports ne pourraient-ils pas être moins polluants s’ils s’effectuaient par le rail plutôt que par la route ? Y a-t-il un risque de voir apparaître des réfugiés climatiques ? L’amenuisement des ressources naturelles n’est-elle pas aussi dramatique que le réchauffement climatique ? Un point d’actualité, celui des boues rouges rejetées à Marseille, a été l’objet d’échanges. Dans leur objectif de profit maximal, les entreprises ne font-elles pas le choix délibéré de négliger la qualité de l’environnement ? Le capitalisme n’est-il pas par nature source de désordres, l’illustration pouvant en être faite avec le transport du bois, coupé en Europe, jusqu’en Chine où on y fabrique des meubles qui reviennent ensuite chez nous ? La situation de pauvreté généralisée de couches de plus en plus larges de la population n’a-t-elle pas pour effet de contribuer à l’augmentation des nuisances de par l’incapacité à faire front ?

Gérard Le Puill a déclaré ne pas être hostile à la taxe carbone à condition que les dispositions soient prises au niveau européen et qu’elle serve vraiment à améliorer les choses, par exemple à isoler les logements de façon à restreindre les effets du chauffage.

C’était un repas à thème qui a alimenté la réflexion sur un point de l’ordre du jour qui figure au programme du 37ème congrès du parti communiste. Gérard Le Puill a dédicacé ses ouvrages avant que les convives passent à table pour déguster un tajine...

Jacques Cros

02 février 2016

BÉZIERS : Le point sur la situation à Gaveau – Jean Macé

Une réunion s’est tenue vendredi 29 janvier 2 de la rue Voltaire (Béziers) à l’initiative de la cellule des enseignants communistes du Biterrois pour poursuivre la réflexion sur un sujet abordé par d’autres structures. Une dizaine de personnes y ont participé.

Même si nous n’avons pas de certitudes sur le projet de la mairie de Béziers il semble qu’il y a une volonté de liquider ce groupe scolaire où sont scolarisés plus de 350 élèves. Quelle en est la raison ?

L’objectif est probablement à rapprocher d’une déclaration de Ménard qui souhaite évacuer les Maghrébins et les Gitans, en fait les gens en situation sociale défavorisée, du centre-ville. Contrairement à d’autres cités le centre historique de Béziers, le quartier Saint-Jacques, est occupé par une population en difficulté. Le projet de supprimer Jean Macé – Gaveau correspond sans doute à un moyen de lui faire quitter les lieux pour la remplacer par des gens plus aisés, dans un environnement qui serait à coup sûr restauré.

Que deviendraient les élèves si le groupe scolaire disparaissait ? On peut penser qu’ils seraient dispersés dans d’autres établissements de la ville, souvent éloignés et en tout état de cause pas vraiment en mesure de les accueillir. Peut-être même serait créée une école privée pour ceux qui auraient les moyens de payer ? Ainsi serait amorcé un processus d’abandon d’un secteur par des familles pauvres qui pour l’heure, compte tenu du prix modeste des loyers, lié à la vétusté de l’habitat, peuvent y loger

Quelques remarques s’imposent. Le site de Jean Macé – Gaveau est remarquable. Des travaux ont été réalisés pour améliorer les locaux de l’école. Plutôt que de chasser des gens en déshérence il serait préférable de les aider par une politique volontariste de sens opposé à celle qui est mise en œuvre.

On ne peut pas jongler impunément avec les écoles de la ville. Il nous semble que l’administration académique et rectorale a son mot à dire face à l’action préméditée de l’élimination du seul service public du secteur. L’école n’a pas les moyens à elle seule de résoudre les questions sociales mais elle est un élément fondamental de ce qu’il faut faire pour y apporter des réponses.

Il appartient à toutes les forces de progrès de se mobiliser pour prendre en charge la défense d’un groupe scolaire menacé par des choix qui tournent le dos aux besoins populaires. Le présent document se veut une contribution à cette mobilisation. Il complète le mécontentement recensé chez les professeurs d’histoire légitimement indignés du procès que leur fait le maire de Béziers sur la qualité de l’enseignement qu’ils dispensent !

Jacques Cros.

BATAILLES ECOLOGIQUES

2016 02 05 Le puill COP 21 mail.jpg

28 janvier 2016

Manifestation Goodyear, départ collectif de Béziers Samedi 30 janvier13h

goodyear,pcf beziersLa justice a condamné les 8 de Goodyear à de la prison ferme. Leur «crime»? Avoir retenu 30 heures, sans violence, deux dirigeants de l'entreprise qui procédait à la fermeture du site et à 1200 suppressions d'emplois. La section de Béziers du PCF participe à toutes les actions visant à l'annulation de ce jugement et l'amnistie pour les militants syndicaux.

Ce jugement est un choix du gouvernement, puisque c'est le parquet qui après l'abandon de la plainte de l'entreprise, a décidé de poursuivre les salariés. Hollande, Valls ont décidé d'intimider les salariés qui se battent pour leurs droits et leurs emplois, au même moment où le gouvernement décide d'un plan censé combattre le chômage. Celui-ci en fait est un copié collé des demandes du patron des patrons, Gattaz : toujours plus de cadeaux et d'exonérations de cotisations sociales, toujours plus de casse des droits.

La section de Béziers du PCF appelle à manifester samedi 30 janvier à Montpellier, départ collectif à 13 h place de Gaulle en car gratuit.

Joignez vous à la pétition qui réunit déjà plus de 147.000 signataires sur : https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-l-appel-d...

19 janvier 2016

DERNIER CONSEIL NATIONAL DU PCF

pcf,pcf beziersIl s'est passé beaucoup d'évènements depuis le dernier CN. Guerres coloniales, attentats fascistes sur le sol national, détricotage accéléré de toutes les protections sociales, violences de classe sans précédents ces dernières décennies contre les exploités, progrès constants du FN exceptionnels dans certaines communes ou départements, nouveaux reculs de notre organisation aux régionales. Extrême droite, droite et socio libéraux cherchent à accentuer encore leur avantage.

Pour combattre ce mouvement il n'est pas besoin que de "gauche". Il est besoin de communisme, d'affirmation de ce qui fait la raison d'être de notre parti depuis le début des années 20, de rassemblement des communistes, de communistes actifs et déterminés. A défaut, pour l'instant, aucune force nationale ne porte de façon audible les intérêts des exploités.

 

A l'issue des régionales le conseil départemental de l'Hérault s'est prononcé sur trois points, à l'unanimité sur deux questions: la création immédiate d'un groupe communiste et la tenue le plus rapprochée possible compte tenu du calendrier d'une conférence régionale permettant à tous les communistes de réinstaller dans la grande région LR/MP un Comité régional du parti à la fois base d'appui de nos élus communistes et lieu de réflexion pour une politique régionale de notre parti. Sur ces deux questions la décision a été prise à l'unanimité, le débat a été plus partagé sur la question de la participation à l’exécutif régional.

L'enjeu est est double: Rendre compréhensible l'expression de notre politique aujourd'hui occultée par le double filtre successif qu'est le Front de Gauche et la coalition électorale "Nouveau monde", redonner une vie démocratique à cette dimension géopolitique concret de la vie du parti dans deux régions où le comité régional ne s'est pratiquement pas réuni lors de la mandature précédente.

Si j'insiste sur ces décisions du comité départemental ce n'est pas pour faire de l'action des élus, de sa qualité l'Alpha et l'Oméga de notre politique c'est parce qu'en face des ravages sans cesse aggravés de la crise du capitalisme c'est l'existence d'une perspective de rupture qui sera décisive, donc l'expression communiste. Nous ne traversons plus une période où nous pouvions ambitionner de plus ou moins bien gérer "à gauche". Les désastres sont là, ils pèsent sur les épaules et les consciences. Nous agissons à un moment où il faut redonner aux militants, à la jeunesse en particulier des raisons d'espérer en un monde meilleur. Aujourd'hui des centaines de milliers de jeunes lorsqu'ils sont inscrits et ne s'abstiennent pas votent trop souvent Front national parce qu'ils pensent ainsi exprimer leur colère contre les injustices. Ce fait comme beaucoup d'autres, conséquence d'une extrême droite qui a pu pour partie reprendre certains de nos mots d'ordre montre combien la reconquête de l'espace politique communiste est urgent et vital pour les exploités. Toutes les questions du rassemblement, revendicatif, électoral y compris aux présidentielles, des succès immédiats à obtenir se posent en même temps certes. Travaillons y sans faiblesse, mais la reconstruction de l'outil "Parti communiste" par ses militants reste la question décisive. Sans mettre les questions d'un nouveau fonctionnement démocratique du parti communiste en bas à un niveau bien plus démocratique, bien plus efficace, rien ne sera possible. Sans cela aucun rassemblement favorable aux exploités n'existera et ne perdurera le temps politique nécessaire à la réussite.

La question de la réanimation de la vie du PCF sera celle que nous ferons notre, essentielle lors du congrès de juin ou tout espoir finira de s'estomper à gauche.

Paul BARBAZANGE -

18 janvier 2016

BÉZIERS - Voeux des élus communistes 2016

 pcf beziers,beziers

2015 n'aura pas été une bonne année. Dès le 11 janvier la tuerie de Charlie Hebdo, achevée par le carnage du 13 novembre, nous devons faire respecter l'esprit d'une République de la liberté, de l'égalité, de la fraternité et de la laïcité. Ce n'est pas la multiplication des cérémonies commémoratives, coupées des réalités qui feront oublier les impostures :

  • Non, le Front National n'est pas le parti des ouvriers mais son poison ;
  • Nicolas Sarkosy n'est pas plus républicain que Trump aux Etats-Unis ;
  • Le programme de François Hollande n'est pas celui d'un candidat de gauche.

Ensuite, ce sont les terribles images du flot de réfugiés, du corps abandonné du petit Aylan, enfant kurde sur une plage de Turquie et la terrible réalité de la jungle de Calais. Souhaitons qu'en 2016, la France s'honore de redevenir une terre d'accueil hospitalière à celles et ceux qui fuient la barbarie de Daech, les guerres et les persécutions comme en Ukraine où les communistes sont pourchassés et spoliés, comme en Turquie où Erdogan bombarde et assassine les Kurdes du PKK mais aussi les civils. Mais n'oublions pas que dans notre pays, combien de vies sont broyées par le chômage, des millions de travailleurs et de travailleuses, de jeunes, d'anciens rejetés sont cassés par le système capitaliste.

A Béziers nous vivons dans ce contexte, ville pauvre, taux de chômage des plus élevés, inégalités criantes, un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, c'est la flexibilité et la précarité dans le travail. Depuis l'élection de Robert Ménard, maire apparenté FN, qui lui aussi a fait beaucoup de promesses, la situation n'a pas changé. Au contraire, nous avons à faire à un agitateur, provocateur qui se veut le nouveau penseur et mystificateur de l'extrême droite nationale. Je choisis quelques exemples parmi des dizaines d'autres :

  1. la dernière en date : il torture la mémoire de Jean Moulin pour se l'approprier. Ce qui lui vaut, tout de même, une volée de bois vert des professeurs d'histoire de plusieurs établissements de la ville (voir ML)

  2. Dans la tradition de Marine Le Pen, pour être français, il faut manger français. Le maire est parti en guerre contre les Kebabs de la ville au nom de « la tradition judéo-chrétienne ».
  3. Après les évènements de janvier de Charlie Hebdo, où il s'est fait bousculer par la foule biterroise venue apporter son soutien à la liberté d'expression, l'obligeant a rengainer la fin de son discours haineux et islamophobe, il lance une campagne d'affichage qui vante l'armement de la Police Municipale présentant un pistolet semi-automatique chromé affublé du slogan « Désormais la Police Municipale a un ami ». (directeur de la PM)
  4. Robert Ménard fiche les enfants des écoles par leur prénoms. C'est ce qu'il a avoué le 4 mai dans l'émission « Mots croisés ». Il évoque alors le chiffre concernant l'origine et la religion des enfants de la commune. Il en déduit qu'il y a 64,6 % d'enfants musulmans à Béziers. Il concède même qu'il le fait « même s'il n'a pas le droit de la faire »IL n'a pas été condamné par les autorités. Heureusement à Béziers de fortes manifestations ont eu lieu contre ces déclarations xénophobes et racistes.
  5. Il saute sur l'occasion de la crise des migrants pour faire parler de lui. Dans le torchon qui lui sert de journal municipal payé par les contribuables, il réalise une couverture représentant des hommes et des femmes essayant de grimper dans un train avec ce titre « Ils arrivent ! »...A l'intérieur du journal, il déclare « Béziers ne peut pas recevoir davantage de demandeurs d'asile » et dénonce « des dizaines de clandestins syriens » qui « squattent illégalement des appartements à la Devèze ». Entre temps, il organise une expédition musclée et armée avec l'appui de la police municipale dans les appartements occupés par les réfugiés syriens en les sommant de dégager. Heureusement, il y a eu des résistants qui ont protégé et empêché que Ménard arrive à ces fins.
  6. Pendant la campagne des élections régionales, il fait appel aux mannes de Charles Martel « Je veux retrouver notre France, celle de Louis XIV, de Napoléon et celle de Charles Martel. Je veux continuer à vivre dans un pays où l'on parle français et non une espèce de sabir de banlieue, je veux continuer à me promener dans les villages bâtis à l'ombre des églises, je veux une crèche dans mon hôtel de ville ».
  7. Entre temps, il avait dé »baptisé la « rue du 19 mars 1962, fin de la guerre d'Algérie » pour la remplacer par la rue « Denoix de Saint Marc » célèbre militaire qui a soutenu la putsch d'Alger des quatre généraux félons. Au cours de la cérémonie, il a pleuré sur les heures de gloire de la colonisation menée par la France voulant revivre ces moments de « l'empire colonial ».
  8. N'oublions pas la création de la « garde biterroise » véritable milice pétainiste, formée d'anciens policiers, gendarmes, militaires et pompiers. La délibération de création de cette garde a été déférée au Tribunal administratif. Le délibéré doit être rendu le mardi 18 janvier.
  9. Robert Ménard n'a pas sa carte au FN mais il s'affirme plus « réac ». Il a déclaré « Je peux parfois être plus réactionnaire que le FN ».

Malgré une situation générale qui nous est défavorable, continuons a réagir, Seneque disait : « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles qu'on n'ose pas, c'est parce que l'on n'ose pas que les choses sont difficiles ». Non, nous ne renonçons pas, la société française n'est pas seulement pleine de ressentiments, d'aigreur et de repli réactionnaire. A Béziers, comme dans notre pays, nous voulons vivre ensemble, nous voulons zéro chômeurs parce que le chômage c'est le poison qui ronge nos solidarités et parce que le travail ce n'est pas un coût, c'est la source de nos richesses. Nous voulons une ville où nous pourrons avancer dans une société de bien-vivre et du bien commun. Cela ne peut se faire que dans une France ouverte et respectée qui reprendra la tête du combat mondial pour la paix, le désarmement et la sécurité collective par le progrès humain partagé.

Pour cela, les communistes se mettent au service du combat. Nous sommes au rendez-vous de ceux menés actuellement, par exemple l'aide directe aux sans domicile fixe, le soutien aux enseignants et parents d'élèves, aux travailleurs en général, aux chômeurs, du soutien aux salariés victimes des décisions de justice iniques car notre justice est restée une justice de classe (Goodyear).

Nos voeux les plus chaleureux pour 2016. Il faut tourner la page des moments les plus difficiles de 2015 sans oublier pourquoi ces moments ont eu lieu. Puisons dans ce que l'homme a de meilleurs pour y arriver.

Aimé Coquet conseiller municipal de Béziers - Nicolas Cossange conseiller régional

15/01/2016

pcf beziers,beziers